Caroline détective – Pierre Probst

Caroline détective - Pierre Probst

Caroline détective…

Incroyable mais vrai ! Pouf, le petit chat blanc, a disparu ! Caroline et ses amis s’inquiètent et partent à sa recherche… Mais quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils croisent dans la ville plein de chats blancs portant chacun un noeud papillon…

L’avis du consulting blogger…

Je continue sur ma lancée d’articles tenant plus de l’archivage personnel (même si je doute de parvenir un jour à un enregistrement exhaustif de toutes ces sources) que de la réelle chronique, en vous présentant cet album redécouvert dans les bibliothèques de ma jeunesse.

A l’occasion d’une séance de tri/rangement, titre et couverture de ce volume ont attiré mon attention et c’est sans attendre, assise en tailleurs au milieu de l’ancien grenier que je me suis plongée dans cette relecture tout à fait sympathique !

Lire la suite

Publicités

Le diadème de béryls – Christel Espié (illustrations)

Le diadème de béryls - Christel Espié

Le diadème de béryls…

Un banquier très agité surgit un matin chez Sherlock Holmes et son fidèle ami Watson : un affreux scandale menace toute l’Angleterre, si le génial détective ne l’aide pas à retrouver de précieux joyaux disparus ! Bravant la neige et le froid, Sherlock Holmes mène l’enquête. Les apparences ne résisteront pas longtemps à son œil aiguisé…

L’avis du consulting blogger…

Il y a quelques temps, je vous avais parlé avec énormément d’enthousiasme de l’autre nouvelle canonique, adaptée en album aux éditions Sarbacane : ‘La bande mouchetée. J’en avais tellement aimé les illustrations que je n’ai pas pu m’empêcher d’emprunter à son tour ‘Le diadème de béryls’ pour redécouvrir cette nouvelle sous les pinceaux de Christel Espié.

Dès la première page, je suis une fois de plus tombée sous le charme des tableaux illustrant la nouvelle, page après page. Je crois que j’ai même préféré cet album au précédent bien que le texte ne fasse pas nécessairement partie de mes favoris.

Lire la suite

L’aventure du ruban moucheté – Christel Espié (illustrations)

Le ruban moucheté - Sarbacane

L’album :

Une jeune femme affolée réveille à l’aube Sherlock Holmes et son ami Watson : sa soeur a péri brutalement dans des circonstances inexpliquées, tandis que son beau-père, homme violent et irascible, l’effraie de plus en plus.

De Baker Street aux brumes de la campagne anglaise, une aventure du célèbre détective à l’atmosphère ultra-britannique, illustrée de superbes peintures grand format.

L’avis du consulting blogger :

Malgré la déception des Vampires de Londres, continuons à explorer les ouvrages dédidés à la jeunesse avec cet album que j’ai découvert au Salon du Livre, au printemps dernier (et que j’ai donc mis plus de 6 mois à lire. C’est normal). Immédiatement conquise par le graphisme, j’ai demandé au responsable présent sur le stand quels étaient les autres titres holmésiens disponibles et si (on peut toujours rêver) l’ensemble du Canon serait ainsi adapté. Malheureusement, cela ne sera pas le cas, car la chose deviendrait visiblement assez répétitive et pas très passionante pour l’illustratrice. Dommage ! Il faudra donc se contenter de ce volume et d’un second : Le diadème de Beryls.

Au moment de devoir choisir, c’est bien évidemment ce titre qui a plus particulièrement retenu mon attention, parce quitte à le dire encore une fois : j’adore l’intrigue et l’ambiance de La bande mouchetée. Ce récit m’avait terrorisée il y a quelques années, entre les animaux sauvages qui évoluent en liberté sur la propriété, le fait qu’une bonne partie de l’histoire se déroule dans l’obscurité peuplée de bruits étranges sans que je n’ai la moindre idée à l’époque de ce qui allait, assez littéralement, me tomber dessus et enfin la révélation finale de l’arme du crime. Et j’adore le relire. Franchement, j’ai beau le connaitre par coeur maintenant, je ne m’en lasse pas et je me laisse à chaque fois embarquer comme si c’était la première fois.

La bande mouchetée - Christel Espié

© Christel Espié

Et c’était justement la première fois que je découvrais une version illustrée de ce texte. Et c’est un vrai coup de coeur. Les tableaux que Christel Espié a créés pour l’occasion sont absolument sublimes, comme vous pouvez le voir juste au-dessus. Le trait, les couleurs, le rendu des textures, j’aime tout ! Dans les scènes de nuit en particulier, il y a un jeu sur les lumières juste magnifique et puis pour une fois, une véritable recherche a été effectuée par l’artiste avant de prendre les pinceaux pour proposer au lecteur une représentation de Holmes qui ne soit pas caricaturale. En effet, j’ai constaté avec joie que l’on nous épargne (entre autres) le deerstalker et l’inverness. Holmes porte un manteau de ville et un haut de forme, comme il se doit et cela lui va à merveille. 

L’aspect effrayant de l’affaire est également très bien rendu, à tel point que j’en appréhendais presque les illustrations finales. Et mon dieu quelle horreur la dernière ! SPOILER : Nan, sérieusement, cet horrible serpent qui a l’air de se jeter sur le lecteur est juste terrifiant. Surtout qu’il n’est pas tout petit.  Baaaah. De quoi renouveller l’effet que cette histoire a toujours eu sur moi.

Enfin, j’ai trouvé la traduction de Blandine Longre très agréable. Les mots choisis sont simples mais globalement le texte n’est pas dénaturé (voire massacré) comme cela peut parfois être le cas dans les traductions de classiques destinées à la jeunesse. Alors bonn, je n’ai pas été pointer mot à mot avec le texte original, mais c’est vrai une proposition fluide et plaisante du texte qui est proposée.

Finalement, le seul petit bémol réside dans le format de ces albums : ils sont (vraiment) très grands et si cela permet de mettre les illustrations en valeur, l’ouvrage n’est pas très pratique à manipuler (surtout quand vous habitez chez un chat envahissant qui adooore venir lire avec vous)…

Bref, un magnifique album ! Les illustrations de Christel Espié sont absolument sublimes et je ne regrette qu’une chose : que seuls deux titres du Canon aient ainsi été adaptés !

Acheter le livre sur Amazon

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le chien des Baskerville (Playmobil) – Richard Unglik

Le chien des Baskerville - Playmobil

(ouvrage reçu en SP – Casterman)

Le livre :

Photographe de talent, Richard Unglik est l’inventeur d’un concept unique et hors-norme : la reconstitution d’univers entiers à l’aide de figurines et d’éléments Playmobil. Les véritables tableaux qu’il compose de cette manière sont photographiés un à un, et organisés de manière à raconter une histoire.

Après avoir publié avec succès trois titres d’inspiration plutôt documentaire, Richard Unglik s’est décidé pour la première fois à se lancer dans une fiction, librement inspirée de l’un des plus grands classiques de la littérature policière : Le Chien des Baskerville.

L’avis du consulting blogger :

Le chien des Baskerville a beau ne pas être mon texte holmésien préféré, comme j’ai régulièrement eu l’occasion de l’expliquer, j’ai eu un énorme coup de coeur pour cet album.

Richard Unglik est un véritable génie. L’idée de départ semble pourtant simple : mettre des playmobils en scène et les photographier pour illustrer une histoire. Mais sincèrement qui est capable d’en faire autant, armé seulement de ces petites figurines ? Il y a vraiment un excellent travail de reconstitution, de composition, de photographie et ensuite de retouche et de mise en page.

Le résultat est absolument magnifique, tour à tour terrifiant ou drôle. D’autant plus que les illustrations occupent bien souvent tout l’espace et viennent comme créer un décor de théâtre autour du texte. Certaines double-pages attendent même d’être dépliées pour dévoiler une illustration panoramique. On plonge sans peine dans l’univers de Richard Unglik, un univers bourré de fantaisie et de naïveté et c’est juste génial. Je vous laisse d’ailleurs découvrir cela avec l’extrait ci-dessous (même s’il n’est pas strictement identique à la version finalement publiée).

extrait Le chien des Baskerville - Richard Unglik

© Richard Unglik

Et puis ce qui est très chouette c’est que l’histoire est présentée au lecteur comme une véritable enquête, un vrai jeu de piste : lorsque cela est possible, le texte brut est remplacé par des coupures de presse, des articles de journeaux, des reproductions de lettresm de télégrammes… Chaque double page regorge de détails et de bonnes idées. Et un détail que j’ai adoré justement, au niveau des coupures de presse, c’est que le récit de la mort de Sir Charles Baskerville est inséré entre deux ou trois autres nouvelles de l’époque : développement des grands magasins, crimes de Jack l’éventreur… Il y a tout un travail brillant sur le contexte et c’est vraiment jubilatoire de suivre ainsi l’histoire non seulement au fil du texte mais aussi des objets et accessoires photographiés ou reproduits.

Enfin, pour dire quelques mots sur le texte, j’ai été très agréablement surprise de voir à quel point il respecte l’original. Alors bien sûr, quelques raccourcis et libertés ont été pris avec l’original mais finalement pas tant que ça, pas plus que dans un film ou n’importe quelle autre forme d’adaptation finalement. Richard Unglik a réussi à saisir l’essentiel du texte et ce qu’il n’écrit pas, il le retranscrit parfaitement avec les saynètes créées et photographiées. Et au final, c’est un très chouette moyen de découvrir l’histoire ou de s’y replonger.

Bref, gros coup de coeur pour ce superbe album, qui a d’ailleurs fait des jaloux, lorsque je l’ai amené en classe pour le dévorer entre deux cours… La preuve qu’il ne plaira pas qu’aux enfants ! C’est vraiment, une excellente adaptation graphique de HOUN, alors n’hésitez pas à vous faire plaisir !

Acheter le livre sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donald détective – Claude Morand

Donald détective - livre

Le livre :

Mickey, le gardien du zoo en a assez : depuis quelques jours les cacahuètes sensées nourrir les animaux disparaissent. Qui peut bien être le coupable ?

Pour le découvrir, une seule solution : faire appel au célèbre détective Donald !

L’avis du consulting blogger :

J’étais dans notre maison de vacances à farfouiller parmi mes livres d’enfance espérant en exhumer un trésor oublié lorsque je suis tombée sur ce titre du ‘Mickey club du livre’. Publié bien avant ma naissance, je ne sais pas à qui il a appartenu, car je n’ai pas le souvenir de l’avoir lu dans mon enfance. Mais quand j’ai vu le mot détective et la tenue de Donald sur la couverture, ma curiosité a été éveillée et je n’ai pas résisté à l’envie de découvrir cette petite histoire.

Donald a toujours été mon personnage préféré de la ‘famille’ Disney. Il est paresseux, râleur, prétentieux, et souvent de mauvaise foi ; j’adore ! Du coup j’étais assez amusée de le voir se transformer en Sherlock Holmes. Parce que le résultat est vraiment drôle. Si vous voulez mon avis, Donald est assez catastrophique comme détective mais on suit son enquête laborieuse avec amusement.

J’ai peut-être un humour pourri, mais j’ai vraiment trouvé certaines scène hilarantes, comme lorsque par exemple, Donald essaye de faire manger une cacahuète à une pieuvre… Je ne sais pas si vous arrivez à visualiser la chose… Certaines situations sont tout simplement tellement absurdes qu’on est obligé d’en rire.

D’autant plus que les dessins viennent vraiment bien appuyer le texte et ajoutent un nouveau niveau de surréalisme à l’histoire. Je ne sais pas à quoi ils fonctionnaient à l’époque chez Disney, mais c’était de la bonne…

Enfin, ce qui est chouette c’est de découvrir quelques clins d’oeils à d’autres oeuvres des studios, comme le sac de Donald, que ne renierait certainement pas Mary Poppins…

Bref, une historiette très sympathique qui reprend les clichés associés à Sherlock Holmes (sans la pipe, parce que fumer tue, mes chers enfants) pour permettre au jeune lecteur d’immédiatement identifier la profession de Donald sans aller plus loin (malheureusement) dans les allusions au Canon.

Acheter le livre sur Amazon