Il y a 85 ans…

Chers Irréguliers,

Nous commémorons aujourd’hui le décès de Sir Arthur Conan Doyle et pour l’occasion, les Baker Street Babes ont mis en ligne un recueil un petit peu particulier : il s’agit d’un ensemble de traductions du poème 221b de Vincent Starret.

Sir Arthur Conan Doyle

Sir Arthur Conan Doyle

Il y a quelques mois, les fans du monde entier étaient invités à participer à l’ouvrage en proposant traductions et services de relecture. Le poème est donc désormais disponible dans une grande variété de langues : vietnamien, grec, tchèque, suédois… toutes plus exotiques les unes que les autres et le résultat est très sympathique à feuilleter.

Faisant partie de l’équipe de relecture, j’ai ainsi pu découvrir en avant-première les trois traductions françaises proposées et donner mon avis sur chacune d’elles. Je ne vous dirais pas laquelle est ma préférée. De toutes façons, elles ont finalement toutes été insérées dans le recueil, alors bonne découverte !

Découvrir le recueil sur le site des Baker Street Babes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 commentaires sur “Il y a 85 ans…

  1. Ida dit :

    Bonjour… Je me perds dans des considérations métaphysiques aujourd’hui en lisant ce billet… 🙂 Je ne sais trop quoi penser des célébrations d’anniversaire de décès…Est-ce que pour rendre hommage à une personnalité, il vaut mieux commémorer l’anniversaire de sa mort ou de sa naissance? Moi je pencherait plutôt pour la naissance, me disant qu’il y a plutôt lieux de se réjouir de la venue au monde de certaine personnes plutôt que de s’attrister indéfiniment sur leur disparition… Ben oui l’anniversaire d’une mort c’est triste par définition. Et puis n’ayant pas été intime du défunt, l’éventuelle expression de ma tristesse serait assez saugrenue pour ne pas dire déplacée… Anybref (Méloë Copyright 😉 ), le lien vers le PDF proposé par le site BakerStreetBabes rame quelque peu et se bloque sur mon vieil ordi… Impossible d’accéder aux traductions. J’allais y jeter un oeil par curiosité (car vous avez le don de piquer la mienne) bien que je n’aie jamais été une grande amatrice de poésie… Mais bon… ça ne marche pas… Je ne me battrait pas contre les caprices de la machine pour de la poésie. Curieusement ce genre littéraire ne m’a jamais séduite, aussi loin que je m’en souvienne… sans doute une réaction viscérale définitive suite aux récitations idiotes qu’on me faisait apprendre à l’école en primaire (franchement Maurice Carême et Lucie de Laruemachinchose… pfff…), ou à celles certes plus élaborées sur lesquelles je devais faire des commentaires composés au lycée… La poésie a toujours été un instrument de supplice à l’école… Jamais une expérience esthétique et encore moins de simple plaisir. Mais bon… Je vous raconte encore ma vie, là! A ces vieilles radoteuses perdues dans leurs souvenirs… 😀

    J'aime

  2. Rouge velours dit :

    Je ne connaissais pas ce poème et c’est un bel hommage pour cette commémoration!

    J'aime

    • Méloë dit :

      C’est un poème qui me touche énormément dans sa version originale. C’est vrai que ce projet commun de traductions est un très bel hommage.

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s