Un manuscrit en or massif – Julian Symons

Julian Symons - un manuscrit en or massif

Un manuscrit en or massif…

Le manuscrit inédit de Conan Doyle que l’on a retrouvé est-il authentique ?

Warren Waymark, le plus fou, le plus extravagant, le plus riche de tous les passionnés de Sherlock Holmes, l’inaccessible Warren Waymark qui se barricade dans son château de Baskerville, est-il bien le vrai Warren Waymark ?

Une chose est sûre : les cadavres qui pleuvent autour de Sheridan Haynes, l’acteur spécialisé dans l’interprétation de Sherlock Holmes, sont, eux, vraiment vrais et véritablement authentiques.

L’avis du consulting blogger…

Incapable de réellement tourner la page suite à ma lecture du précédent roman de l’auteur, j’ai choisi de me plonger dans cette deuxième enquête de Sheridan Haynes sans attendre. Bilan, l’ouvrage est loin d’avoir répondu à mes attentes mais j’ai enfin le sentiment de pouvoir passer à autre chose.

Souvenez-vous, à la fin de l’ouvrage précédent, j’étais un peu troublée par la précipitation du dénouement et j’avais l’impression de ne pas avoir obtenu toutes les réponses attendues. J’espérais donc que l’action de ce volume se déroulerait peu de temps après et me permettrait de nouer tous ces petits fils qui traînaient. Malheureusement, si l’on retrouve bien Sher et Val et s’il est brièvement fait allusion aux événements du volume précédent, la continuité s’arrête ici. Je n’ai pas eu le moindre début de réponse à mes interrogations.

Pire encore, une fois de plus j’ai trouvé le dénouement extrêmement précipité et par là-même un peu frustrant. Tout à coup le lecteur est noyé sous le flot des révélations sans avoir le temps de les assimiler et d’en tirer lui même la moindre déduction. La fin m’a tout de même semblée un poil moins abrupte ici, parce qu’une fois les révélations passées, on passe encore quelques moments en compagnie de Sher. Ainsi, je n’ai pas eu de mal à ‘archiver’ cette lecture dans mon esprit une fois la dernière page tournée, mais je ne suis pas conquise pour autant.

Un autre élément qui m’avait profondément dérangée dans le tome précédent était le racisme et sexisme suintant de chaque réplique, de chaque attitude des personnages. C’est quelque chose de toujours très présent ici alors que nous sommes une bonne dizaine d’années plus tard. Certains passages m’ont littéralement ulcérée (je pense à 2 extraits en particulier que je ne pourrais même pas me permettre de citer sur ce blog aujourd’hui) mais globalement, sachant à quoi m’attendre, cela a moins attiré mon attention et j’étais donc plus à même de me concentrer sur l’intrigue.

Intrigue qui était pourtant fort alléchante : un manuscrit inédit d’Arthur Conan Doyle qui refait miraculeusement surface, un collectionneur pas très net qui vit coupé du monde dans une reproduction du Château de Baskerville… Autant d’ingrédients qui promettaient un récit captivant.

J’étais vraiment très curieuse d’en savoir plus et ma déception a été d’autant plus grande de voir ainsi le dénouement bouclé en quelques paragraphes. Surtout qu’une fois de plus de nombreux protagonistes sont de la partie et que le lecteur a besoin de temps pour appréhender le rôle apparent et réel de chacun.

En revanche, j’ai beaucoup aimé le fait que SPOILER : le manuscrit soit un faux. C’est rafraîchissant au milieu de tous ces pastiches introduits comme de réels textes du Dr. Watson et c’est également beaucoup plus crédible. Je pense que résolue de façon plus progressive et avec des personnages moins caricaturaux c’est une enquête qui aurait pu beaucoup me plaire.

Quant à Sheridan, enfin, j’ai trouvé l’utilisation de son personnage moins intéressante que dans le volume précédent. Etant LE Sherlock Holmes de toute une génération, son nom est définitivement lié à celui du héros dans les esprits. Ainsi, toute une réflexion sur la question de l’adaptation et notre rapport aux médias, aux héros populaires, avait été amorcée autour de lui et j’avais trouvé cela très intéressant.

Malheureusement, cet aspect semble avoir été un peu oublié depuis qu’il a quitté le petit écran. Alors bien sûr, quelques petites réflexions sont lancées ça et là, en particulier sur les holmésiens et leurs sociétés mais c’est beaucoup moins approfondi à mon sens que dans le volume précédent alors qu’il y aurait eu matière, je pense, à proposer quelque chose de différent mais tout aussi complet et intéressant.

C’est dommage parce qu’une fois de plus, un élément prometteur au départ finit par me décevoir par la façon dont il est traité. J’ai vraiment l’impression d’être passée à côté de ces deux romans…

En bref…

Cette seconde aventure de Sheridan Haynes ne m’a pas vraiment plus convaincue que la précédente. Il semblerait que malheureusement j’ai du mal à apprécier la plume de Julian Symons.

Les enquêtes de Sheridan Haynes : Dans la peau du rôle

Les éditions du Masque : site officiel

Acheter le livre sur Amazon

Infos : Un manuscrit en or massif, de Julian Symons. Titre original : The Kentish Manor Murders. Traduction de Jean Esch. Publication originale : 1988. Publié le 28 mai 1991 aux Editions du Masque (n. 2048, coll. les maîtres du roman policier). 217 pages. Ouvrage épuisé.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

9 commentaires sur “Un manuscrit en or massif – Julian Symons

  1. Ida dit :

    Bonjour Méloë,

    Le dénouement précipité que vous évoquez me fait penser à la fin de bien des aventures d’Hercule Poirot où il réunit tout le monde à la fin en révélant le noeud de l’affaire. La solution me semble toujours tomber du ciel car je n’arrive pas franchement toujours à repérer les pièces utiles ou non du puzzle final lors de ma lecture.

    Je ne cherche même plus à comprendre et je laisse venir patiemment sans chercher plus loin. Mais j’avoue que cette lecture « passive » n’est agréable qu’avec des auteurs dont le style est agréable et qui donne une réelle consistance à ses personnage et aux atmosphères.

    Je ne sais pas pour vous mais je trouve qu’il y a deux niveaux de plaisir dans la lecture d’un policier. Celui du contexte (atmosphère, personnages…) et celui de participer à l’intrigue en y réfléchissant à mesure qu’elle progresse.

    A bientôt

    Aimé par 1 personne

    • Méloë dit :

      Pour ma part, j’adore me creuser la cervelle lorsque je lis un roman policier. Le fait est qu’à une époque j’ai beaucoup aimé les aventures d’Hercule Poirot, car justement même si le dénouement est rapide, l’auteure nous glisse tous les indices nécessaires pour mener l’enquête au fil du texte. Ado, je menais une véritable compétition avec Poirot, m’acharnant à découvrir la clé du mystère avant lui. Inutile de vous préciser que je suis loin de n’avoir eu que des succès…

      Alors oui la fin est bouclée en quelques paragraphes (on se croirait dans un partie de Cluedo avec en plus tous ces personnages archétypaux) mais elle est toujours arrivée à point nommé pour moi. Ici, j’ai eu le sentiment que toute l’affaire aurait pu se terminer 10 pages plus tôt ou au contraire après quelques chapitres supplémentaires. Elle est assez détachée de ce qui se passe avant. C’est vraiment une impression personnelle et peut-être que d’autres verraient dans le textes les indices et éléments y conduisant logiquement.

      Par ailleurs, si j’accorde beaucoup d’importance à la façon dont est ficelée l’intrigue et à la façon dont elle me pousse à utiliser mes petites cellules grises, je suis tout comme vous très sensible à la peinture du contexte, à la construction des personnages… Or ici, typiquement, ni l’un ni l’autre ne m’ont vraiment convaincue…

      J'aime

  2. belette2911 dit :

    Bon, je ne note pas, ma collection n’en mourra pas !

    J'aime

  3. Rouge velours dit :

    Je ne connais pas cet auteur et pourquoi pas? Peut-être que je le lirai pour me faire ma propre opinion!

    J'aime

    • Méloë dit :

      EN effet, il ne faut jamais hésiter à se laisser tenter par un ouvrage même s’il ne m’a pas plu. Goûts personnels, humeur au moment de la lecture… tellement de paramètres entrent en jeu qu’ils ne faut jamais se laisser rebuter par un ouvrage, a priori.

      J'aime

  4. Bonne chance dans vos décisions, on se croise les doigts avec tous les efforts que vous faites.

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s