Les énigmes de Sherlock Holmes – Tim Dedopulos

Les énigmes de Sherlock Holmes - Tim Dedopulos

Les énigmes de Sherlock Holmes…

Vous connaissez mes méthodes, appliquez-les. 

Accompagnez le plus grand détective du monde et utilisez votre propre sens de la déduction pour résoudre ces énigmes ingénieuses.

L’avis du consulting blogger…

J’avais feuilleté ce livre une première fois en magasin, attiré par son titre et sa couverture et je l’avais reposé peu après, a priori peu convaincue par son contenu. J’ai fini par l’emprunter à la bibliothèque pour me faire un avis plus poussé, espérant avoir trouvé un bon divertissement pour quelques soirées au coin du feu. Malheureusement, j’ai été énormément déçue par cet ouvrage et les éléments positifs bien que présents ne feront pas le poids face aux défauts, dans ma chronique.

Pourtant, l’ouvrage est aguicheur : une joli couverture ‘moelleuse’ (Matilda saurait sans doute vous préciser le terme technique et le matériau employé pour obtenir un tel effet), une introduction soignée, de la plume du Dr. Watson lui-même pour plonger le lecteur dans l’ambiance et donner une certaine cohérence au recueil au-delà du simple catalogue d’énigmes, une jolie mise en page et de très belles illustrations : qu’il s’agisse de reproductions colorisées des dessins de Sydney Paget ou d’originaux créés pour l’occasion. 

De même, un gros effort de contextualisation a été effectué : chaque énigme est amenée par une discussion canonique ou apocryphe entre Holmes et Watson. Cela-dit, tout cet effort de mise en scène ne parvient pas à faire oublier qu’il s’agit le plus souvent d’une compilation d’énigmes vues et revues et non de défis inédits imaginés pour l’occasion.

En outre, j’ai été extrêmement déçue par le choix même des énigmes, d’autant plus que certaines méritent à peine ce titre. En effet, on rencontre tout au long de l’ouvrage un certain nombre de problèmes physiques qui reposent uniquement sur les connaissances préalables du lecteur. Du sifflement de la bouilloire à la sensation de froid lorsque l’on marche pieds nus sur un carrelage qu’il faut expliquer, il n’y a rien à résoudre, rien à observer ou déduire. Il s’agit simplement de réciter une loi physique si tant est qu’on la connaisse. 

De même, pour un certain nombre d’énigmes, la solution donnée ne repose pas tant sur la déduction que sur l’imagination débordante de l’auteur. Ce dernier a bâti un beau petit récit inventé de toute pièces et bien souvent à peine cohérent, qu’il est impossible de reconstituer à partir des seules données du texte. On n’est plus du tout dans la déduction mais dans un jeu de devinettes, contre lequel Holmes ne cesse de nous mettre en garde, un comble !

Il y a également beaucoup trop à mon goût de problèmes mathématiques qui m’ont semblé terriblement abscons même après avoir lu leur résolution. De plus, toutes ces énigmes suivent le même modèle et j’ai rapidement cessé de compter le nombre de fois où l’on nous demande de calculer l’âge d’un individu ou une distance parcourue en un temps donné. C’est extrêmement lassant et ce manque de variété m’a profondément ennuyée.

L’aspect répétitif de la chose se retrouve non seulement dans la formulation des énigmes mais également dans leur résolution. Non seulement certaines énigmes sont directement tirées du Canon sans la moindre modification et alors une simple connaissance de la nouvelle permet de résoudre la chose, mais en plus il n’est pas rare qu’une même solution revienne à plusieurs reprises, tout au long du recueil. 

Je pense en particulier SPOILER : au coup de l’objet en glace qui a fondu en laissant une trace d’eau dont la présence permet au lecteur de remonter le fil. La première fois, on trouve ou pas la solution mais dans tous les cas, on admet que l’astuce est sympa et juste ce qu’il faut de tordue. Au bout de trois fois, le lecteur a l’impression d’être pris pour un imbécile.

J’ai également relevé quelques difficultés liées à la traduction depuis l’anglais :  hormis quelques exceptions, les images-valises ( il s’agit de retrouver par association d’idées un lieu représenté par un assemblage de dessins) sont quasiment impossibles à résoudre pour un lecteur qui n’est pas profondément familier avec Londres et le Royaume-Uni, son histoire et sa géographie.

Alors certes, il y a énormément d’énigmes à résoudre mais le sentiment qui en ressort est une impression de remplissage à tout prix. J’aurais préféré voir la qualité privilégiée plutôt que la quantité et une quinzaine d’énigmes bien pensées m’auraient plus divertie que cette accumulation répétitive et inégale.

Enfin, je n’ai pas trouvé le classement des énigmes en divers niveaux de difficulté très judicieux. Un tel classement est terriblement subjectif et dépend profondément du mode de raisonnement de chacun, de ses connaissances et de son aisance dans certains domaines. A mon sens, un classement par type de raisonnement aurait été plus intéressant, bien que je ne sois de toute façon pas vraiment convaincue de l’utilité d’une telle organisation des énigmes au sein de l’ouvrage.

En bref…

Énorme déception pour ce recueil d’énigme. Il s’agit certes d’un très bel objet, mais le contenu laisse à désirer, à mon goût.

Acheter le livre sur Amazon

Infos : Les énigmes de Sherlock Holmes, de Tim Dedopulos. Titre original : The Sherlock Holmes Puzzle Collection. Publié le 2 mai 2012 chez Hachette Pratique. 288 pages. Edition papier : 14€95.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

7 commentaires sur “Les énigmes de Sherlock Holmes – Tim Dedopulos

  1. Ida dit :

    Hello

    Je crois (non en fait… j’en suis certaine! 😀 ) l’avoir offert à un de mes enfants à Noël.

    Je partage votre point de vue. C’est en effet un bel objet… Il y a un effort (certes un peu superficiel) pour l’intégrer dans l’univers Holmésien… Mais l’hétérogénéïté des contenus peut être très déconcertante voire décevante.

    En fait on n’arrive pas vraiment à comprendre à quel public s’adresse ce livre. Ou plutôt à quelle tranche d’âge. Trop simplet pour des adultes… Un peu ringard pour des ados… Mais vite trop complexe pour nos préados même férus de sciences qui peuvent trouver certaines énigmes trop ardues. Il me fait penser à ces livres de jeux qu’on vend l’été pour vous occuper sur la plage ou tenir les enfants tranquilles dans le train… Sauf que là… On ne sait pas si c’est fait pour la maman ou pour ses petits! 🙂

    Mon premier réflexe tout comme vous a été de le reposer sur la pile du libraire… Et puis quelques temps après, mon aîné étant dans cette inconfortable période d’entre deux (pas ado mais plus petit garçon), je me suis laissée tenter… Mauvaise pioche. Mon fils y a à peine touché. 😦

    Bref, un bel exemple d’un livre pour lequel on a tout misé sur l’embalage mais sans réfléchir beaucoup au profil du lecteur-cible. Le meilleur moyen de faire un bide d’édition…

    Aimé par 1 personne

    • Méloë dit :

      J’étais justement assez curieuse de savoir ce que pouvait en penser un ado car j’ai vraiment eu du mal à déterminer à quel public était officiellement destiné cet ouvrage. Flop chez vous aussi, donc… C’est dommage car l’idée était fort sympathique et l’objet de belle finition…

      J'aime

  2. belette2911 dit :

    Oui, je suis d’accord avec toi, l’objet est beau mais les énigmes sont parfois tarabiscotées et je ne vois pas comment les résoudre sans chercher midi à 14h ! Il est impossible, avec si peu de faits, de trouver les solutions !

    Aimé par 1 personne

  3. Dorothée dit :

    le coup du glaçon, je ne l’ai fait qu’une fois, et j’ai juré de ne plus le refaire 😉

    Aimé par 1 personne

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s