Tag Favourite Characters : The address is 221b Baker Street…

Chers irréguliers,

Bigre a créé un tag ‘favourite characters’ pour parler de façon amusante de nos séries favorites. Ce mois-ci, c’est Sherlock qui est à l’honneur et je n’ai pas pu résister à l’envie de reprendre la chose ici.

Je vous invite donc à découvrir mes réponses qui sont, vous le verrez, intimement liées à l’interprète de chaque personnage. Pour ce tag, je n’ai pas pu dissocier le rôle de l’acteur car si un personnage en particulier correspond à chaque catégorie, c’est avec tout à cause, ou grâce à celui ou celle qui lui donne vie à l’écran.

Par ailleurs, il est fort probable que mes réponses auraient été bien différentes s’il s’était agi d’une autre adaptation ou même du Canon !

logo du Tag 'Favourite Characters'

!! Attention spoilers si vous n’avez pas vu les 3 premières saisons de Sherlock !!

Mon personnage préféré…

London Sherlock

Londres

 

En préparant mon billet, j’ai choisi de compléter cette proposition en dernier parce que je n’arrivais pas vraiment à me décider. Après réflexion, la réponse me semble évidente : aussi étrange que cela puisse paraître, mon personnage préféré de la série est… la ville de Londres.

Non seulement elle joue un rôle capital  tout au long des épisodes mais en plus je suis totalement amoureuse de l’image terriblement romantique qui en est donnée dans la série.

En lisant le Canon holmésien, on imagine pas un seul instant Holmes et Watson vivre en dehors de Londres et la ville est un personnage à part entière de leurs aventures. C’est même l’idée derrière l’exposition qui se tient encore pour quelques jours au Museum of London.

Quand je regarde la série, j’ai exactement la même impression : la ville n’est pas un décor figé, anonyme et transposable dans lequel évolueraient les personnages. Elle est bouillonnante et joue un rôle incroyablement important dans les aventures qui se déroulent en son cœur. Pas de Sherlock, sans ville de Londres, alors pour moi elle mérite totalement le titre de ‘personnage préféré’ !

Le personnage que j’ai envie de tuer…

Amanda Abbington - Mary Morstan

Mary Morstan

 

Autant je trouvais sympa l’idée de faire intervenir le personnage de Mary Morstan dans la série, autant il est grand temps qu’elle quitte le navire à mon sens !

Certes Amanda Abbington joue à merveille le rôle que l’on a écrit pour elle mais je n’en peux vraiment plus de ce personnage dont l’histoire prend trop d’importance à mon goût.

Alors certes, Mofftiss a évité d’en faire une potiche insipide en lui donnant un tel passé mais cela prend trop d’ampleur. Elle est censée n’être qu’un personnage accessoire et ne plus vraiment faire partie du tableau après le mariage (qui occupe en plus tout un épisode !).

Pour le coup, je préfère largement la version Guy Ritchie du personnage : une jeune femme vive et drôle mais qui reste un personnage secondaire et ne vient pas interférer avec la trame principale.

Le personnage qui me fait pleurer…

John Watson - Martin Freeman

John Watson

 

Martin Freeman m’a bouleversée dès les premières secondes de ‘The Reichenbach Fall’ et j’étais en larmes à la fin de l’épisode. J’aime énormément la façon dont il interprète John Watson tout au long de la série, mais dans cet épisode il m’a vraiment impressionnée et c’est là que j’ai pris conscience de l’étendue de ses talents d’acteur.

Sa douleur est physiquement visible aussi bien lorsqu’il assiste à la chute de Sherlock que lorsqu’il évoque son ami des mois plus tard. Il ne surjoue pas un instant les émotions de son personnage et c’est ce qui le rend d’autant plus touchant : on voit toute sa souffrance derrière la retenue et la pudeur du soldat.

Le méchant que j’aime bien…

Andrew Scott - Moriarty - Sherlock

Moriarty

Ca n’est pas forcément la question la plus adaptée à cette série au vu de son nombre limité de méchants… Du coup, si je choisis Moriarty c’est un peu par défaut car c’est vraiment un personnage que je déteste de bout en bout.

Je n’ai absolument aucune empathie pour lui et absolument rien ne le rend sympathique à mes yeux, ne serait-ce qu’une demi-seconde. C’est d’ailleurs un truc que j’aime assez dans la série : que l’on ne force pas la sympathie du spectateur en lui trouvant des circonstances atténuantes.

En revanche, je dois dire que je suis bluffée par la performance d’Andrew Scott. Il instille une certaine folie terrifiante chez le personnage. Son Moriarty est excentrique et imprévisible et c’est ce qui le rend flippant, car d’une seconde à l’autre, on ne peut jamais prévoir ses actions, ses réactions.

Lorsque j’ai vu ‘The Great Game’ pour la première fois, la scène de la piscine m’a mise dans un état de tension extrême. Et au moment où l’on s’apprête à souffler, à relâcher son attention quelques instants, paf il réapparaît. C’est brillant.

Bon par contre, maintenant il est mort hein. Alors au placard Jim !

Le personnage qui fait toujours rire…

Molly Hooper - Sherlock

Molly Hooper

Molly Hooper est tellement attachante et maladroite qu’elle me donne toujours le sourire. Ca n’est pas de la moquerie car elle est clairement plus fine qu’il n’y parait au départ. Sherlock a d’ailleurs bien conscience de ses qualités puisque c’est à elle qu’il confie un rôle majeur dans sa fausse mort.

Le personnage de Louise Brealey a un côté clown blanc, comique malgré elle qui me plait. Elle met les pieds dans le plat, fait des blagues déplacées en public (même si je suis personnellement fan de son humour de morgue) et pose en même temps un regard assez lucide sur ceux qui l’entourent (sauf quand il s’agit de son avenir avec Sherlock, au début de la série. Mais justement, elle arrive à dépasser ça et ne se complaît pas éternellement dans une admiration niaise et béate du personnage).

C’est un personnage inventé de toute pièce par Mofftiss et je ne m’attendais pas forcément à ce qu’elle prenne autant d’importance au fil des épisodes mais je me suis vraiment attachée à elle.

Le personnage qu’on n’aimerait pas s’il n’était pas joué par lui…

Mark Gatiss - Mycroft Holmes

Mycroft Holmes

Mycroft Holmes est un personnage qui apparaît très peu dans le Canon et qui ne présente habituellement pas un grand intérêt. A priori, on peut créer une excellente adaptation du Canon sans le faire intervenir : on ne se rend même pas compte de son absence, en fait. Mais ici Mark Gatiss a réussi à créer un personnage charismatique et plein de surprise que j’ai toujours beaucoup de plaisir à retrouver.

Si la plupart de ses interventions me font beaucoup rire, je ne me suis toujours pas remise de la première impression que m’a faite son personnage. D’ailleurs, je ne suis sans doute pas la seule à avoir été persuadée qu’il s’agissait de Moriarty, lorsque John le rencontre pour la première fois. Ca me semblait bien pas très subtil comme introduction du personnage mais en même temps je n’ai pas imaginé un instant qu’il puisse s’agir de quelqu’un d’autre.

La mort qui m’a le plus frappé (au sens propre)…

photo Magnussen Sherlock

Charles Augustus Magnussen

Si j’ai férocement détesté Charles Augustus Magnussen, brillamment interprété par Lars Mikkelsen, tout au long de l’épisode, je n’ai vraiment pas vu sa mort venir. Ou plutôt, pas de cette façon et j’en suis restée bouche bée, le cerveau momentanément en arrêt. 

Je crois même avoir mis l’épisode en pause, le temps d’assimiler la nouvelle. Sa mort a en effet d’autant plus été un choc pour moi que c’est Sherlock qui l’a tué. Je ne m’attendais vraiment pas à un tel geste du personnage, tel que j’ai appris le connaître, si bien que plus d’un an plus tard, je ne sais toujours pas bien quoi penser de cette scène.

Le personnage le plus canon…

Lara Pulver - Irene Adler - Sherlock

Irene Adler

Je trouve Irene Adler absolument fascinante dans cette adaptation, alors que c’est un personnage qui a plutôt tendance à m’agacer dans le Canon. Laura Pulver est très, très belle à mes yeux, très élégante aussi. Elle est incroyablement sûre d’elle et orchestre sa vie selon ses propres règles ce qui contribue à la rendre canon à mes yeux.

En outre, elle interprète son rôle de Dominatrix sans la moindre vulgarité. Même lorsqu’elle est nue lors de sa première rencontre avec Sherlock, je trouve qu’elle garde une certaine classe et j’ai énormément d’admiration pour son travail dans cette scène qui n’a sans doute pas été la plus facile et la plus agréable à tourner.

Le personnage qui évolue le plus…

Sherlock - Benedict Cumberbatch

Sherlock Holmes

Si j’ai hésité un instant à faire de Sherlock Holmes mon personnage préféré, quand j’ai vu le titre de cette catégorie, il était pour moi évident qu’elle lui convenait mieux. Et là encore, c’est grâce à la performance de son interprète : Benedict Cumberbatch.

Dieu sait que je n’ai pas aimé la saison 3 mais si je dois lui reconnaître une seule qualité c’est qu’elle nous montre à quel point Sherlock a évolué et gagné en maturité au cours des années passées auprès de John, puis pendant le hiatus.

Dans le ‘A Study in Pink’, on fait la connaissance d’un jeune génie excentrique, isolé et délibérément (en partie au moins) asocial. Le diagnostique de sociopathe est auto-infligé mais le fait est qu’il sonne régulièrement assez juste. Sherlock, égocentrique habitué à mener ses petites affaires comme il l’entend a d’abord beaucoup de mal à prendre en compte les changements apportés par l’arrivée de John au 221b et dans ses enquêtes. Lestrade dit d’ailleurs de lui dans le premier épisode : Sherlock Holmes is a great man – and I think one day – if we’re very, very lucky, he might even be a good one.

Petit à petit on finit par le voir faire des efforts, prendre non seulement l’avis de John en compte mais aussi poser un regard différent sur les autres personnages de son entourage. L’évolution de sa relation avec Molly est clairement un signe de la façon dont il change de façon plus générale, je pense.

Il reste toujours aussi génial, excentrique et agaçant qu’auparavant mais prend aussi d’avantage en compte ceux qui l’entourent, au delà même du sacrifice grandiloquent (mais facile à faire quelque part) que représente la fin de ‘The Reichenbach Fall’.

C’est encore plus marquant, lorsqu’il rentre du hiatus, dans la saison 3 et encourage le mariage de John et Mary. Clairement, il ne s’attendait pas vraiment à ça pour son retour mais lui qui avait la fâcheuse manie de chasser systématiquement toutes les conquêtes de John prend sur lui.

Au fil de ces trois saisons, sans changer sa personnalité intrinsèque, il apprend à vivre dans le monde, avec les autres et plus simplement au milieu d’eux et c’est une évolution très touchante à mes yeux.

Je m’identifie à…

Una Stubbs - Mrs Hudson - Sherlock

Mrs Hudson

La vieille dame est fine et pleine de ressources, comme lorsqu’elle a la présence d’esprit et le courage de cacher le téléphone confié par Irène à Sherlock dans ‘A Scandal in Belgravia’. Et n’oublions pas qu’avec l’aide de Sherlock, Mrs Hudson parvient à se débarrasser de son mari, quelques temps avant le début de la série.

Je me retrouve aussi dans l’affection qu’elle porte très clairement à ses locataires. Elle s’attache à eux et outrepasse largement son rôle de landlady, malgré ce qu’elle en dit. A côté de ça, elle ne se laisse pas impressionner non plus par leurs caprices. Elle a un côté très maternel en fait, que j’aime beaucoup. Et puis Una Stubbs est juste parfaite dans le rôle.

C’est un personnage indispensable au quotidien de nos deux héros : Mrs. Hudson leave Baker Street? England would fall! et j’aime l’idée qu’elle est sans doute le témoin de tout un tas d’événement à peine croyables avec de tels locataires. Si John est devenu célèbre en relatant ses aventures avec Sherlock, nul doute qu’elle aurait à son tour quelques anecdotes croustillantes à partager !

Et voilà ! N’hésitez pas à vous amuser à votre tour en complétant ces quelques propositions…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 commentaires sur “Tag Favourite Characters : The address is 221b Baker Street…

  1. belette2911 dit :

    Bravo !! Je pense comme toi, presque, sauf que j’aime bien Mary…

    Aimé par 1 personne

  2. Ida dit :

    Hello,

    – Londres, personnage principal : Je valide. En effet, pour moi Holmes et Londres son indissociables au même titre que Holmes et Watson. C’est LE triangle magique et nécessaire. Plus incontournable que celui de Lockart! La preuve : Elementary ne bénéficie pas de l’auréole canonique parce qu’il se passe ailleurs! Cette série n’est pas assez anglaise pour être réellement holmésienne!

    – Mary la plus inutile? Nous en avons déjà parlé ensemble, et nous sommes bien d’accord : elle prend trop de place. Exit! Du balais! 🙂

    – John fait pleurer? Ah ben non… Pas moi. Je le trouve touchant évidemment… Certes j’aurais bien envie parfois de le réconforter (c’est pour ça que Mary est de trop peut-être…), mais pas de pleurer.

    – Moriarty, le méchant qu’on aime? Mouais… C’est vrai que son côté bien « ondulé de la toiture » m’amuse un peu, mais j’ai du mal à aimer les méchants. Irene à la rigueur (je voudrais bien mettre la main sur une ou deux de ses robes!), mais… est-elle vraiment méchante? Elle essaie de dominer les hommes, mais en réalité c’est elle qui est leur jouet sans s’en rendre compte… Ou alors elle s’en rend compte et essaie de compenser… Comme dans le canon en fait.

    – Molly qui fait rire? Oui, moi aussi j’adore son humour de morgue. Cela étant je la trouve plus touchante que comique et je suis scandalisée de voir les scénaristes s’ingénier à la laisser vieille fille sous prétexte qu’elle manque de confiance en elle! Elle a tout ce qu’il faut pour plaire!

    – Mycroft sauvé par son interprète… Absolument! Ce n’est pas par essence un personnage sympatique, mais son côté un peu précieux-constipé le présente comme ne prenant pas réellement de plaisir grâce au pouvoir qu’on lui prête. Cela atténue en effet l’irritation réflexe qu’on peut souvent ressentir pour les premiers de la classe qui contrôlent tout.

    – Magnussen, le mort qui frappe le plus? Mouais… C’est vrai que ce sont surtout les circonstances et conséquences inattendues de sa mort qui secouent… Cela étant la mort de Moriarty n’était pas mal du tout… 😉

    Irene la plus canon : Ben oui. Yapafoto! Je suis jalouse… mais jalouse! 😀

    – Sherlock qui évolue le plus… Ben là… Je dirai que quand même ils évoluent tous tout de même. Watson, Molly… Même Mycroft… Mesurer celui qui évolue le plus est difficile. La question est aussi de savoir s’ils évoluent ou si on apprend pas seulement à mieux les connaître. Pour Mrs Hudson, je dirai qu’on la découvre davantage sans qu’elle ne change vraiment.

    – Mrs Hudson celle à qui vous vous identifiez le plus… Là c’est très personnel. Moi ce serait plutôt Molly (la fille brillante qui n’arrive pas à le mettre en avant pour séduire… Mais bon ça y est… cette période est derrière moi maintenant! 😀 )… Mais j’ai aussi beaucoup de sympathie pour Mrs Hudson. En effet, elle est présente d’un bout à l’autre du canon. Sans elle le 221b ne serait pas le 221b! Elle en est l’âme au même titre que le joyeux bordel que Sherlock y met! Son équivalent manque d’ailleurs terriblement dans Elementary. L’Angleterre s’écroulerait sans elle… Un peu comme Queen Elisabeth qui tient la boutique à Buckingham! C’est la figure tutellaire qui assure quelque chose de la continuïté, de la tradition dans des aventures dans lesquelles on pourrait se perdre s’il n’y avait pas ce genre figures-repères rassurantes. C’est ça qu’elle incarne. Son rôle est secondaire pour les intrigues mais capital pour la pérénité de l’atmosphère du 221b qui avec Londres assurent au spectateur-lecteur cette familiarité suffisante qui fait qu’on ne lit pas une aventure de Holmes! On s’installe dedans!

    Merci pour ce billet passionnant… auquel on a envie de répondre avec passion! 😀

    Aimé par 1 personne

    • Méloë dit :

      Merci pour votre très longue réponse Ida ! Je suis ravie d’avoir ainsi découvert vos réponses.
      L’exercice était sympathique et je me suis dit qu’il pourrait en tenter quelques unes.

      J’ai choisi de ne citer chaque personnage qu’une seule fois pour pouvoir en évoquer le plus possible et il est vrai que par exemple, sur le plan du personnage qui évolue le plus, d’autres auraient ‘mérité’ le titre. De même pour la mort la plus choquante (où j’aurais également pu évoquer la vieille dame dans ‘The Great Game’) ou le personnage dans lequel on se retrouve. D’autant plus qu’au vu du nombre de personnages, les choix étaient limités parfois : si j’ai choisi Moriarty pour le méchant que l’on aime bien, c’est vraiment par défaut, par exemple.

      Il pourrait être amusant de répondre à nouveau à ces questions dans quelques saisons…

      J'aime

  3. A mon tour ! \o/

    – Mon personnage préféré : Sherlock, évidemment. Pour son génie et parce qu’il a du mal à être sociable. (Et aussi parce qu’il met de beaux manteaux.)

    – Le personnage que j’ai envie de tuer : personne dans cette série. Sauf peut-être Magnussen. Je ne tuerais certainement pas Mary, que j’apprécie énormément. On sent bien l’influence d’une série comme Spooks sur l’écriture de son personnage, d’ailleurs, c’est assez amusant.

    – Le personnage qui me fait pleurer : je n’ai jamais pleuré devant la série. En revanche, je trouve aussi Watson émouvant. La scène où il reconnaît Sherlock dans la saison 3 est magistralement bien jouée, sobre tout en étant extrêmement juste. J’ai été impressionnée.

    – Le méchant que j’aime bien : Moriarty ? Peut-être. Irene Adler est aussi une méchante pour moi, un peu comme Catwoman, elle est trop ambiguë pour être rangée dans les alliés de Holmes… ou ses ennemis. Moriarty me terrifie dans la scène où il fait croire à Molly qu’il est acteur sous les yeux des deux héros. En revanche, je suis absolument contre son retour dans la saison 4. Encore une fois, je n’ai pas pu éviter un rapprochement avec Batman : c’est typiquement le genre de réapparition digne du Joker… et s’il revient, je doute que ça soit une bonne idée.

    – Le personnage qui fait toujours rire : le duo John-Sherlock. Molly m’attendrit trop pour me faire rire.

    – Le personnage qu’on n’aimerait pas s’il n’était pas joué par lui : pas Mycroft en tout cas. J’ai aimé tous ses interprètes dans les adaptations que j’ai vues, que ça soit Stephen Fry dans le film de Guy Ritchie, Rhys Ifans aperçu dans Elementary ou Mark Gatiss ici. Je l’aime bien dans le Canon aussi ! Peut-être Watson, du coup. J’ai toujours trouvé difficile d’apprécier ce personnage mais depuis les sieurs Law et Freeman, je me suis un peu réconciliée avec lui.

    – La mort qui m’a le plus frappée : aucune. Le fait que Sherlock tue Magnussen ne m’a pas surprise, j’ai trouvé ça conforme à l’idée que je me faisais du personnage.

    – Le personnage le plus canon : Irene Adler ! Un modèle. J’aime beaucoup Lara Pulver comme actrice et elle a une façon brillante d’analyser ses personnages. J’aime le fait qu’elle se mesure à Sherlock et qu’elle n’ait peur de rien. What a woman!

    – Le personnage qui évolue le plus : Sherlock. Peut-être un peu trop dans la saison 3, d’ailleurs…

    – Je m’identifie à : Dure question. Spontanément, j’aurais dit Sherlock parce que je me sens proche de lui sur un certain nombre de points. (Moriarty, peut-être un peu…)

    J'aime

    • Méloë dit :

      Adeline, je me doutais que tu ne résisterai pas à l’envie de répondre à ces quelques propositions et j’aime beaucoup les références à d’autres univers que tu apportes dans tes réponses. C’est très enrichissant et me donne envie d’aller faire un petit tour du côté de ces séries.

      J’ai aussi été tentée de choisir Sherlock comme personnage auquel je m’identifie le plus mais je crois que c’est d’avantage vrai dans le Canon que dans la série et puis je tenais à caser un maximum de personnages dans mes réponses.

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s