Beekeeping for Beginners – Laurie R. King

Beekeeping for Beginners - Laurie R. King

Beekeeping for Beginners…

Sherlock Holmes connait un grave épisode de dépression lorsqu’il décide un matin de partir explorer les Downs du Sussex, à la recherche d’une colonie d’abeilles sauvage. Il est soudainement tiré de ses idées noires lorsqu’une jeune fille, aussi intelligente qu’effrontée, lui tombe (littéralement) dessus.

La demoiselle devient rapidement son apprentie… et un mystère inédit à résoudre pour lui. Pourquoi cette riche orpheline qui vit avec sa tante se cache-t-elle dans des vêtements si mal ajustés ? Pourquoi est-elle si prompte à se blesser et tomber malade ?

Le détective devra trouver rapidement la réponse à ces questions s’il ne veut pas que sa protégée et le nouveau départ qu’il vient de prendre dans la vie ne connaissent une fin aussi tragique que soudaine.

L’avis du consulting blogger…

Souvenez-vous, il y a quelques mois, je vous parlais de ma lecture du premier volume des ‘Aventures de Mary Russel et Sherlock Holmes’ : Sacrifier une reine. Peu convaincue par l’ouvrage dans son ensemble, j’avais surtout trouvé le personnage de Mary Russel profondément antipathique. Je me demandais même ce que Holmes pouvait bien trouver à la jeune fille pour choisir d’en faire son apprentie.

Puis j’ai parlé de mes impressions avec une blogueuse américaine qui a énormément apprécié ce livre et ressent une profonde sympathie pour Russel. Cet échange m’a donné envie de donner une nouvelle chance à la série et surtout à son héroïne. Je me disais qu’avec un autre texte et dans un état d’esprit différent au moment de ma lecture, j’aurais sans doute une appréciation différente des personnages et de leur histoire.

C’est donc dans l’espoir de découvrir la jeune fille sous un autre jour que j’ai téléchargé cette nouvelle censée nous présenter les événements relatés au début de Sacrifier une reine, du point de vue du Maître (l’ouvrage original étant rédigé à la première personne et présentant exclusivement le point de vue de Russel). Malheureusement, c’est une nouvelle déception car cette lecture n’a pas vraiment amélioré l’opinion que je pouvais avoir de Russel ou de sa relation avec Sherlock Holmes.

En effet, si j’ai trouvé ce court texte distrayant et tout aussi bien écrit que le précédent, une fois de plus je n’ai vraiment pas été convaincue par les événements relatés et le résultat ne correspond pas du tout à ce que j’attendais après avoir découvert l’existence de ce texte sur le site de l’auteure.

Même si la révélation m’a semblé ‘énorme’, on ne peut pas vraiment parler de spoiler puisqu’elle survient dans les premières lignes du texte : lorsque la rencontre a lieu, Holmes est en proie à un grave épisode de dépression et envisage même sérieusement de mettre fin à ses jours. C’est dans ce but qu’il part pour les Downs, ce matin d’avril 1915, équipé de ses petits pots de peinture (pour les abeilles) et d’un troisième flacon contenant un poison qu’il compte s’administrer.

Il justifie cette décision en expliquant qu’il est en proie à un ennui terrible depuis qu’à 55 ans, il a pris sa retraite dans le Sussex et qu’on lui a fait comprendre qu’il était trop âgé pour participer activement à l’effort de guerre. Dès cet instant, j’ai fait un blocage, totalement réfractaire à l’idée d’un Holmes suicidaire, surtout au vu des raisons évoquées.

Alors certes le personnage vit très mal l’inactivité (les rares fois où il use de stupéfiants dans le Canon, c’est parce qu’aucune affaire n’est en mesure d’occuper son esprit) et n’a pas nécessairement une des personnalités des plus équilibrées, j’en conviens, mais j’ai vraiment trouvé que l’annonce de ce suicide imminent tombait comme un cheveu sur la soupe. Même s’il a parfois des attitudes de drama queen, Holmes n’a rien d’une Emma Bovary fuyant l’ennui et les problèmes de la seule façon possible pour un esprit totalement déconnecté de la réalité.

Au contraire, c’est selon moi un personnage extrêmement lucide et pratique, ancré dans le monde, son époque, et son environnement. Je n’arrive pas à trouver cette décision que l’auteure lui prête, cohérente avec l’image que je peux avoir du personnage. J’avais déjà trouvé l’image donnée du personnage dans le précédent volume assez éloignée de ma propre représentation, mais ici cette incompatibilité entre ma vision et celle de Laurie R. King est malheureusement encore plus marquée.

De même, lorsqu’il avoue ses penchants suicidaires et sa récente tentative avortée à Watson, celui-ci ne réagit absolument pas. Assez étrange de la part d’un ami de longue date et médecin, non ? La seule arrivée fortuite de Russel dans sa vie semble faire oublier immédiatement et à tout le monde l’état d’esprit dans lequel il était prétendument quelques jours seulement auparavant…

Je n’ai malheureusement pas été beaucoup plus convaincue par la suite des événements. On découvre en effet qu’au début de leur association, Russel est en danger de mortSPOILER : régulièrement agressée par son cousin qui souhaite s’emparer de son héritage, profitant d’une lacune temporaire dans le testament de la demoiselle.

Je ne me souvenais absolument pas qu’il était question de tels incidents dans Sacrifier une reine  (SPOILER : les hématomes et contusions, l’empoisonnement alimentaire…) et j’aurais presque cru à une crise de paranoïa de la part de Holmes (aussi out of character que cela puisse sembler) si le dénouement ne semblait indiquer qu’il avait effectivement raison. Cela ne veut pas dire pour autant que j’ai trouvé la démonstration convaincante.

En effet, une fois de plus, j’ai trouvé cela loin d’être suffisamment subtile pour être crédible. Déjà que je trouvais agaçant ce côté victime perpétuelle chez la jeune fille en proie à des cauchemars terribles depuis la mort tragique de ses parents, mais là l’auteure en rajoute une couche et cela devient carrément grotesque à mes yeux.

Ainsi, au final le contenu n’a pas du tout répondu à mes attentes. Non seulement, il ne m’a pas permis de comprendre pourquoi Holmes choisi de s’attacher à Russel et d’en faire son apprentie (je reste aussi étonnée que Watson sur ce coup), mais en plus il apporte à l’arrière-plan des personnages des éléments qui m’ont semblé superflus et improbables

J’attendais des explications de ce court texte, qu’il noue tous les fils qui pouvaient traîner par-ci par-là dans l’esprit du lecteur à la fin du précédent volume mais cela n’a malheureusement pas été le cas. Holmes est totalement pris au dépourvu lorsqu’il rencontre Russel pour la première fois (il pense même avoir affaire à un jeune homme) et est plutôt agacé par cette intrusion.

Même si la chose le fait finalement rire (et là je dois dire qu’inconsciemment j’ai entendu le rire holmésien de Jeremy Brett), on ne comprend pas bien pourquoi il est soudainement fasciné par la jeune fille et choisi de la former au métier de détective. Or c’est précisément ce que j’espérais commencer de comprendre en lisant cette nouvelle.

Rien ne justifie ce changement de comportement, alors autant vous dire que mon opinion globale sur la série n’est pas allée en s’améliorant suite à cette lecture…

De même, j’ai été assez surprise par les choix de narration. Ce texte est censé nous présenter le point de vue de Holmes sur un épisode connu. Hors tout un tas de chapitre sont rédigés à la troisième personne. Un chapitre est même clairement rédigé du point de vue de Russel alors que l’on y a déjà eu droit de façon extensive dans Sacrifier une Reine.

Non seulement j’ai trouvé le résultat assez décousu mais en plus je n’ai pas bien compris ce qui justifiait cette alternance alors que tout ce qui m’intéressait (et que l’on m’avait annoncé), c’était d’avoir accès aux pensées et prises de décisions de Holmes.

Le seul aspect qui m’a plu dans ce texte, c’est l’accent mis sur l’apiculture au chapitre 4 et le parallèle tiré par Holmes entre les règles régissant cette discipline et celles régissant les relations humaines en général. Cela justifie le titre de l’ouvrage et lance une réflexion qu’il aurait été intéressant de pousser plus avant dans un texte un peu plus long. La comparaison entre sociétés humaines et sociétés d’abeilles n’est pas nécessairement nouvelle, mais elle n’en est pas moins très intéressante à mon sens.

En bref…

Une fois de plus j’ai été déçue par les aventures de Russel et Holmes. Trop de choix faits par l’auteure ne correspondent pas à mes goûts et mes attentes et je pense que jais tout simplement laisser cette série de côté pour le moment.

Mary Russel : tome 1

Laurie R. King : site officielFacebookTwitter

Télécharger la nouvelle sur Amazon

Infos : Beekeeping for Beginners de Laurie R. King. Nouvelle disponible au format numérique depuis le 6 juillet 2011. Edition numérique : 0€92.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

7 commentaires sur “Beekeeping for Beginners – Laurie R. King

  1. belette2911 dit :

    Ok, même en VO tu n’aimes pas 😆 Au moins, tu auras essayé ! J’aimerais bien savoir lire en anglais pour voir le POV de Holmes, mais je suis comme toi, le côté suicidaire, ça le fait pas !!

    Aimé par 1 personne

  2. Ida dit :

    Tout pareil que Belette. Le moins qu’on puisse dire c’est que vous aurez essayé. Quelle abnégation cela dit!Lire des pastiches peu crédibles (et presque dérangeants tant ils s’éloignent du canon qu’ils prétendent célébrer) dans le soucis d’informer ses lecteurs! Quel courage!

    Un grand merci à Méloë qui lit à notre place les livres que nous n’avons pas envie de lire afin de nous en avertir! 😀

    J'aime

    • Méloë dit :

      Vous me prêtez de biens nobles intentions ! La réalité me montre sous un jour beaucoup moins altruiste. Lorsqu’un livre me déplaît, je me dit que mon état d’esprit au moment de la lecture peut, au moins en partie, expliquer cette déception. Dès lors, j’ai toujours à coeur de faire une nouvelle tentative dans l’espoir d’être finalement conquise. Et si j’essaie d’élargir mes horizons par le biais du blog, de ce que je présente… le jour où je me forcerai à faire quelque chose qui ne m’attire vraiment pas est encore loin !

      J'aime

  3. Dorothée dit :

    j’ai trouvé quelques autres volumes, donc je te dirais si ca s’arrange… ou pas … 😉

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s