Les enquêtes de Sherlock Holmes – Haruka Komusubi

Les enquêtes de Sherlock Holmes - nobi nobi !

Les enquêtes de Sherlock Holmes…

Dans le Londres de la fin du XIXème siècle, le docteur Watson fait la connaissance d’un individu des plus remarquables : le détective privé Sherlock Holmes.

Embarqué malgré lui dans les plus étranges enquêtes de la ville, il apprendra aux côtés de cette légende vivante les filons de la logique et de l’observation méticuleuse qui mènent à la résolution de ces énigmes. Mais elles semblent toutes avoir un point commun : le machiavélique professeur Moriarty !

Holmes va devoir user de son intuition légendaire pour déjouer les plans de son pire ennemi… Élémentaire !

L’avis du consulting blogger…

Je vous annonçais la sortie de ce manga, il y a quelques jours. Pour ma part, je ne pensais pas pouvoir le découvrir aussi rapidement mais Mummy me l’a offert à l’occasion d’un voyage en train et je l’ai immédiatement dévoré. 

Bilan, s’il ne s’agit pas d’un coup de cœur, j’ai tout de même beaucoup apprécié cet ouvrage, allant de bonne surprise en bonne surprise tout au long de ma lecture. A commencer par le très grand soin apporté à l’objet en lui-même : j’ai beaucoup apprécié le détail du signet intégré et assorti à la couverture.

Autant donc évoquer tout de suite de ce qui m’a déplu, afin de terminer ce billet sur une note positive car ce sont définitivement les aspects positifs qui l’emportent et que je veux garder en mémoire au terme de cette lecture.

En réalité, un seul élément ne m’a pas vraiment plu dans ce manga et il s’agit… de son esthétique. C’est d’autant plus dommage que l’aspect graphique est particulièrement important sur un tel support. Je n’ai malheureusement pas du tout été séduite par les dessins d’Haruka Komosubi.

Tout d’abord, j’ai trouvé que la plupart des personnages secondaires manquait de personnalité. Certains se ressemblent entre eux et globalement il leur manque ce petit quelque chose qui permettrait à mon sens de vraiment identifier à la fois le personnage et la plume de l’illustrateur. De même, si un effort est fait pour représenter le 221b Baker Street, c’est toujours la même vue qui est réutilisée, sans variation, sans originalité ni fantaisie.

D’autre part, si Watson a un air assez sympathique, je n’ai pas vraiment aimé le visage de Sherlock Holmes. Alors certes, on remarque un véritable effort de tracer un portrait du personnage fidèle à sa description physique telle qu’elle apparaît dans le Canon mais le résultat m’a un poil déçue.

Holmes n’est pas vraiment décrit comme un Canon de beauté, j’en conviens, mais là j’ai trouvé le trait trop anguleux, trop ‘agressif’. De façon générale sur l’ensemble de l’album j’ai trouvé le trait de l’illustrateur pas assez harmonieux à mon goût pour que les dessins soient réellement un plaisir à regarder, que j’ai envie de m’attarder à en admirer les détails et c’est un peu dommage.

Cela-dit, à m’attarder sur ce point, je lui donne plus d’importance qu’il n’en a réellement eu sur ma lecture, car au final ces illustrations m’ont plus laissée indifférente qu’autre chose. Elles n’ont pas réellement gênée ma lecture. Simplement, différentes elles auraient pu me faire apprécier d’avantage l’oeuvre dans sa globalité.

Mais assez bavardé sur ce sujet. Il est temps de passer à ce qui m’a totalement conquise dans ce manga : c’est à dire tout le travail d’adaptation de l’oeuvre originale, ce qui est finalement le plus important à mes yeux. J’ai découvert quelque chose d’assez différent de ce à quoi je m’attendais et cela a été une très agréable surprise.

Si quelques petites libertés sont prises avec le Canon c’est pour mieux créer un véritable fil rouge entre les diverses nouvelles adaptées et donner du liant à l’ensemble du volume. Je m’attendais à découvrir une suite de nouvelles adaptées, sans transition ou justification quant à leur choix. Or j’ai eu la surprise de découvrir une véritable histoire se mettre en place à partir des textes originaux.

Le sommaire nous annonce 5 nouvelles adaptées. En réalité on en découvre un peu plus que cela : tout débute par un prologue de quelques planches en couleur : la rencontre de Holmes et Watson à l’hôpital St Bart’s, relatée par Watson lui-même qui sera bien sûr notre narrateur tout au long du volume.

L’affaire développée dans Une étude en rouge n’est pas évoquée mais il n’y en avait pas besoin. le but de ce prologue est d’instaurer le contexte, de présenter les personnages et la façon dont est née leur amitié et j’ai beaucoup aimé que Haruka Komusubi prenne le temps de le faire.

Il aurait aussi bien pu plonger le lecteur dans la première enquête comme c’est souvent le cas et j’aurais sans doute quand même apprécié ma lecture. Mais ce choix inattendu m’a vraiment semblé judicieux pour plonger les plus jeunes dans l’univers holmésien.

Haruka Komusubi pioche avec intelligence dans le Canon les divers éléments qui lui permettent de raconter l’histoire de Holmes et Watson à sa façon, montrant ainsi qu’il connait son sujet et n’est pas juste illustrateur mais réellement adaptateur.

Si bien que la réflexion m’est venue en cours de lecture que cet ouvrage peut tout à fait devenir un véritable outil pédagogique pour faire découvrir aux plus jeunes, en classe ou au CDI, les personnages et l’univers du Canon. Si l’on considère en plus les fiches consacrées à Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes en fin d’ouvrage, il y a vraiment de quoi ouvrir la discussion en classe, travailler sur les nouvelles et leurs adaptations, les personnages…

Alors certes, le suspense n’est pas tout à fait aussi intense que lorsqu’on lit l’oeuvre originale mais j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à redécouvrir ces textes et à voir comment Haruki Komosubi avait fait sa sélection et pris soin de lier les textes entre eux.

Quant au choix des nouvelles adaptées justement, je ne le connaissais pas avant d’entamer ma lecture mais là encore j’ai été très agréablement surprise. La première enquête sélectionnée est ‘Les six Napoléons‘. J’ai été tout particulièrement touchée par ce choix dans la mesure où c’est grâce à cette nouvelle que j’ai rencontré Sherlock Holmes pour la première fois, à un âge où j’aurais tout à fait pu lire ce manga.

Puis vient ‘La bande mouchetée‘, dont je n’ai plus besoin de vous dire qu’il s’agit de ma nouvelle préférée, et ‘La ligue des rouquins‘, un autre texte que j’affectionne également beaucoup.

Tout au fil de ces textes, on découvre qu’un seul homme se cache derrière ces affaires, telle une araignée au centre de sa toile : l’infâme professeur Moriarty. Sherlock Holmes va donc devoir l’affronter dans un chapitre qui mêle les intrigues de deux nouvelles : ‘Le dernier problème‘ et ‘Le détective agonisant‘.

Que le lecteur se rassure bien vite, Holmes ne reste pas mort bien longtemps puisque ‘La maison vide‘ vient clore ce recueil, aventure au terme de laquelle on voit Holmes et Watson repartir vers de nouvelles enquêtes. La boucle est ainsi bouclée et on fait le tour du Canon tout en n’ayant qu’une envie : retrouver les personnages dans leurs aventures originales. 

En bref…

Une adaptation fidèle et très bien pensée pour présenter Sherlock Holmes et John Watson aux plus jeunes.

nobi nobi! : site officiel, Facebook, Twitter

Acheter le livre chez Amazon

Infos : Les enquêtes de Sherlock Holmes, illustrations de Haruka Komusubi. Titre original : シャーロック・ホームズの挑戦. Sorti le 22 janvier 2015 chez nobi nobi!. 256 pages. Edition papier : 9€75.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s