Recette #5 : teisennau Aberffraw

Chers Irréguliers,

Je vous propose de découvrir aujourd’hui une recette simple et rapide pour une pause sucrée à l’heure du thé. Dorothée, l’organisatrice de ce challenge s’est mise en tête de me faire découvrir la cuisine galloise et m’a récemment offert un charmant petit livre dont est tirée la recette du jour.

Pour être honnête j’étais la première à avoir des a priori assez négatifs sur la gastronomie galloise et je ne me sens toujours pas prête à goûter le laverbread (une espèce de bouillie gluante à base d’algues qui n’est pas sans me rappeler le farci poitevin… ou les ignobles pâtés de rejets de tondeuse que je confectionnais dans le jardin étant gamine. Ce dernier détail expliquant peut-être l’appréhension viscérale que je peux ressentir à la vue de ces plats, je vous l’accorde). Mais voilà, grâce à ce petit livre, j’ai découvert l’existence de tout un tas de recettes traditionnelles toutes plus alléchantes les unes que les autres et je m’en suis récemment donné à coeur joie !

La cuisine galloise sera donc à l’honneur de ce challenge au cours des prochains mois. Et l’on commence tout de suite avec les teisennau Aberffraw (ne me demandez pas comment ça se prononce. Même si je rêve de parler les divers dialectes des îles britanniques).

Abberfraw cakes

© consulting blogger

Un peu d’histoire…

Si l’on en croit les Gallois, la recette du biscuit d’Aberffraw serait la plus ancienne recette de biscuit britannique parvenue jusqu’à notre époque. Elle nous viendrait tout droit du 13ème siècle… Les Ecossais tiennent à peu près le même discours au sujet du shortbread, ce qui est assez cohérent dans le mesure où ces deux recettes sont assez semblables : il s’agit dans les deux cas de petits biscuits sablés. Ce qui est sûr, c’est qu’on retrouve cette recette dans un livre de cuisine publié en 1892 : le Cassell’s Dictionnary of Cookery, ce qui nous place bien en pleine époque victorienne.

Quant à la forme si particulière de ces biscuits, elle est tout simplement due à l’emporte-pièce pour le moins original qui est utilisé pour les découper : une coquille Saint Jacques ! La légende nous explique qu’il y a bien longtemps, la femme d’un prince gallois en résidence à Abberfraw sur l’île d’Anglesey (à la pointe Nord-Ouest du Pays de Galles) a trouvé une coquille Saint Jacques en se promenant sur la plage. Conquise par l’apparence de ce coquillage, elle aurait alors demandé à ce que l’on confectionne des biscuits rappelant cette forme. La vérité est (sans doute) ailleurs mais j’aime assez cette petite légende.

challenge cuisine britannique

La recette des teisennau Aberffraw…

La recette…

Je vous propose aujourd’hui une version traduite et à peine retouchée de la recette présentée dans le livre cité en sources. Pour ce qui est de l’emporte-pièce, je n’avais pas de coquille Saint Jacques sous la main, j’ai donc fait avec les moyens du bord : un coquillage dentelé prélevé au sein d’un butin récolté sur une plage du Sud de la France, il y a une bonne vingtaine d’années… Histoire de rester dans l’esprit de la recette. Vous pouvez aussi tout simplement utiliser un emporte pièce de la forme de votre choix.

Ingrédients…

115g de beurre doux à température ambiante

55g de sucre semoule

175g de farine

Un peu de sucre cristal

Réalisation…

Préchauffer le four à 180°C.

Battre le beurre et le sucre ensemble, jusqu’à obtenir une texture crémeuse bien homogène (on ne doit plus voir les grains de sucre). Incorporer peu à peu la farine et former une boule.

Pétrir brièvement la pâte sur un plan de travail légèrement fariné et l’étaler sur une épaisseur d’un centimètre environ. Découper les biscuits à l’aide d’un emporte-pièce légèrement fariné et les placer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.

Cuire une quinzaine de minutes à 180°C (jusqu’à ce que les biscuits soient dorés). Les saupoudrer de sucre cristal dès la sortie du four et laisser refroidir (ainsi le sucre va légèrement fondre et se fixer sur les biscuits qui étincelleront de mille feux).

Déguster les biscuits natures ou bien accompagnés de clotted cream (une bonne crème fraîche épaisse pourra servir d’ersatz), et de confiture  (avec une confiture de mûres maison, c’est un régal).

Mes recettes : sponge cake, lemon curd, mint sauce, fish and chips

L’alimentation à l’époque victorienne : introduction

Le challenge ‘cuisine britannique’ : présentation et récapitulatif chez Dorothée

Sources : Favorite Welsh Teatime Recipes, illustré par A.R. Quinton, et ce site entre autres.

welsh recipes
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 commentaires sur “Recette #5 : teisennau Aberffraw

  1. Dorothée dit :

    miam miam !

    pour le laverbread, ca ne se mange pas tel quel ! Tu en fais des gallettes en le melangeant des flocons d’avoines, et ca accompagne les oeufs aux bacons du petit-dejeuner… Je pense que je viens de trouver ma prochaine recette !… C’est different, je l’accorde, mais ca a un petit gout iode particulierement sympathique !

    J'aime

  2. belette2911 dit :

    Rien qu’avec le nom, on a envie de dire « à tes souhaits » ! 😀

    J'aime

  3. Lovely recipe and seems so easy too!

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s