La science de Sherlock Holmes – Philippe Jaussaud

conférence La science de Sherlock Holmes

La science de Sherlock Holmes…

Avec la Révolution scientifique du XVIIe siècle, les sciences et les techniques deviennent des figures centrales dans notre imaginaire. Les personnages de savants dans la littérature reflètent les attentes et les craintes de la société vis-à-vis du pouvoir que donne le savoir.

Au XIXe siècle, siècle de la révolution industrielle, le genre policier intègre lui aussi la science sous la forme de ‘récits de détection’ (ou detective stories). Les aventures de Sherlock Holmes en sont un exemple fameux.

L’avis du consulting blogger…

J’ai découvert cette conférence faisant partie d’un cycle au thème très alléchant grâce à l’ami Google qui m’envoie chaque jour sa sélection de liens en rapport avec Sherlock Holmes. Et comme en ce moment, je subis chaque jour de longs trajets et que la lecture dans les transports, c’est juste impossible, mon ipod est devenu mon meilleur ami. Anybref, l’idée c’est que la mise en ligne de cette conférence est tombée à pic, même si je n’ai pas été totalement convaincue par le contenu…

Philippe Jaussaud est clairement fan de son sujet et a un milliard de choses à raconter mais c’est justement là que le bât blesse. A vouloir absolument parler de tout, il passe à côté de quelques petites choses essentielles pour une telle présentation… Pour commencer, la forme de son exposé, soit une liste systématique des divers domaines scientifiques évoqués dans le Canon, n’est pas forcément folichonne.

Malgré son enthousiasme pour son sujet, cette organisation de son discours donne un ton assez monotone à l’ensemble et le conduit à se répéter sur certains points tandis qu’il laisse totalement de côté certains domaines pourtant bien présents dans le Canon (à tout hasard… l’archéologie… Pourtant Sherlock Holmes est bel et bien archéologue à ses heures perdues, dans DEVI par exemple, et le temps du Canon est définitivement le temps des débuts de l’archéologie telle qu’elle finit par exister de nos jours).

En outre, je l’ai trouvé un peu brouillon aussi. Il partage avec mon maître de stage cette manie de ne pas finir la moitié de ses phrases et d’enchainer sans transition des propositions qui n’ont rien à voir entre elles. C’est crispant et d’autant plus complexe à suivre quand on est privé du visuel, en particulier lorsqu’il évoque et commente le contenu de son powerpoint sans toujours le décrire.

Je reconnais sur ce dernier point que si j’avais pu assister à sa conférence en direct, j’aurais sans aucun doute trouvé son propos beaucoup plus clair. Le diaporama était indissociable du discours et en ayant accès uniquement à l’enregistrement audio, nul doute que l’on perd une partie de l’information.

Mais tout ceci n’est que détail face au point qui m’a le plus dérangée au cours de mon écoute : les imprécisions régulières de l’orateur. Par exemple, dans SILV, c’est avec l’inspecteur Gregory que Sherlock Holmes échange sur le curieux incident du chien pendant la nuit, pas Watson. Edgar Allan Poe est américain, pas anglais et surtout, le truc qui m’a fait grincer des dents : l’anthroplogie judiciaire n’est pas que la biométrie faciale. Les empreintes digitales c’est aussi de la biométrie, aussi de l’anthropo, nom d’un problème à trois pipes !

Et le pire, c’est que Philippe Jaussaud ne cesse de dire je pense. Je n’ai pas vérifié. etc et c’est ça qui m’a le plus énervée. A la limite, on peut ignorer des trucs, c’est normal et on n’a pas besoin d’être un expert infaillible pour s’exprimer sur un sujet donné (sinon, je n’ai qu’à fermer cet espace bien vite et laisser tomber stage et mémoire tant que j’y suis).

En revanche quand on choisit de s’exprimer en public, on prépare son intervention avec soin jusque dans les moindres détails, et quand on veut avancer quelque chose, on vérifie ses informations (cela-dit, j’ai aussi des profs qui arrivent nous faire cours sur un sujet qu’ils n’ont absolument pas préparé, avec le diaporama d’un collègue qu’ils découvrent en même temps que nous… Véridique.).

Anybref, je ne vais pas relever ici toutes ces petites ‘erreurs’ qui ont pu m’agacer parce que ce ne serait pas forcément productif et risquerait de passer pour de l’acharnement, alors que le résultat est globalement très intéressant et sympathique.

Je râle donc, beaucoup même (j’ai beaucoup de mal à m’arrêter quand je commence), mais pour être juste, c’est extrêmement agréable d’avoir accès en ligne à ce genre de contenu et j’ai apprécié mon écoute. Retrouver ce podcast quelques trajets durant était un véritable plaisir et j’en garde définitivement un bon souvenir.

Un point de détail en particulier m’a amusée : un lapsus de Philippe Jaussaud pas franchement inattendu. Inévitable même il semblerait : faites parles quelqu’un au sujet d’Arthur Conan Doyle et de Sherlock Holmes assez longtemps et vous pouvez être certains qu’au bout d’un moment, malgré tout ses efforts il en viendra à employer involontairement un nom pour l’autre.

Et c’est toujours Sherlock Holmes qui gagne dans ces cas-là ! Je guette toujours cet instant de confusion car le plus drôle c’est qu’en général soit l’orateur ne se rend compte de rien, soit il essaye de se corriger mais finit par s’embrouiller à n’en plus finir. Sherlock Holmes l’interdit littéralement de douter de son existence !

En bref…

Une conférence au sujet attirant et globalement intéressante, malgré mes râleries incessantes tout au long de ce billet. J’ai appris quelques petites choses et puis cela a égayé mes voyages en bus. Alors que demander de plus ? Je préviens quand même que Philippe Jaussaud spoile allègrement les intrigues des nouvelles qu’il exploite pour les besoins de son exposé. Donc à écouter à vos risques et périls !

La science de Sherlock Holmes : écouter / télécharger

Infos : ‘Rêves de science’, épisode 2 : La science de Sherlock Holmes : élémentaire, je présume ? Conférence de Philippe Jaussaud, mise en ligne le 4 février 2014.

Edit 15/03/2015 : le diaporama illustrant la conférence a finalement été mis en ligne sous forme de PDF. Une excellente nouvelle. Je pense du coup réécouter Philippe Jaussaud tout en consultant ce support pour me faire une nouvelle idée de son discours.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

12 commentaires sur “La science de Sherlock Holmes – Philippe Jaussaud

  1. belette2911 dit :

    Excellent ton petit compte rendu !! Même si le monsieur a fait quelques erreurs, n’a pas tout vérifié et que ça, c’est pas bien, surtout lorsque tu présentes devant des gens, on ne demande pas de tout savoir lorsqu’on répond à l’arrachée, mais là, pour un exposé… 🙄

    Par contre, tu as noté « blaisse » ou lieu de « blesse » et « pubic » ou lieu de « public » 😆 Je n’ose imaginer si tu avais mis un « s » à la place du « c » dans public… 😳

    Je sors de suite 😉

    J'aime

    • Méloë dit :

      Merci, c’est corrigé. Et ça m’apprendra à faire deux choses à la fois.

      J'aime

      • belette2911 dit :

        Pas de soucis, j’en oublie plein partout mais comme je lis ton texte, je les vois mieux que sur les miens que je relis et que je ne vois plus 😆

        J’ai un peu écouté la conférence, mais la voix me donnait envie de plonger dans les bras de Morphée… je l’ai téléchargée, donc. La conférence, hein, pas Morphée :mrgreen:

        J'aime

  2. Dorothée dit :

    Ca m’a l’air sympa, je note pour plus tard (quand j’aurais le temps… c’est pas gagne ce mois-ci…)
    Tu as raison d’etre critique, l’approximation est un grand probleme de notre societe, ca irai mieux si tout le monde, dans tous les domaine, verifiait ses sources!!!
    et desolee pour les accents :/

    J'aime

  3. lcritique dit :

    Je viens juste de découvrir ton blog : j’adore !!! Tu me donnes pleins d’idées lectures ! Pour la conférence, je pense la télécharger mais attendre vraiment d’être dans une soif de connaissance sur Sherlock pour me lancer (ça m’arrive généralement par vague 😉 )

    J'aime

  4. Philippe Jaussaud dit :

    Commentaire de l’auteur de la conférence : j’admets tout à fait les critiques. Simplement, il faudrait aussi regarder le PPT que j’ai présenté. Par ailleurs, peu de « profs » (comme dit l’auteur …) relèvent ce genre de défi : étudier Sherlock Holmes au prisme de la science et en faire une conférence grand public. Je suis d’accord sur le fait qu’écouter une conférence sans la voir est souvent difficile. Quant à la préparation « avec soin » de ma conférence, elle a eu effectivement lieu, contrairement à ce qu’insinue l’auteur de la critique (je n’ai pas compté les heures, mais cela en représente plus de 20 …). Et les réserves ou réticences à trancher relèvent de ce que l’on nomme …l’honnêteté scientifique et intellectuelle …

    J'aime

    • Méloë dit :

      Bonsoir Monsieur,

      Tout d’abord merci pour votre passage et vos commentaires. Je tiens également à vous présenter mes plus sincères excuses si mes propos ont pu vous blesser, car là n’était vraiment pas mon objectif.

      Si j’ai râlé après quelques points de détails sur lesquels j’ai pu vous présenter comme hésitant, cela ne signifiait pas pour autant que je vous jugeais ignorant sur le sujet ou que j’émettais l’hypothèse d’une totale absence de préparation de votre part. Et je suis profondément désolée si c’est ainsi que vous avez interprété mes propos. Certes, certains petits points ont pu m’agacer et j’aurais aimé vous entendre parfois d’avantage sûr de vous mais à aucun moment je n’ai douté que cette présentation orale vous avait demandé plusieurs heures de préparation. Votre sujet était original et intéressant et comme je le souligne, c’est avec grand plaisir que j’ai écouté votre conférence, découvrant au passage un certain nombre d’informations.

      Je reconnais également qu’il m’est bien aisé de partager ainsi mon avis, cachée derrière mon ordinateur tandis que je laisse les autres s’exprimer en public. En revanche, je ne me considère absolument pas comme un ‘expert absolu’, et si c’est l’impression que je vous ai donnée, je le regrette profondément. J’ai encore tant et tant de choses à apprendre que je prétends absolument pas à ce titre. De même que je ne revendique pas le titre de ‘critique’. En revanche, depuis bientôt 5 ans maintenant, je donne mon avis, très personnel et subjectif, quoique j’essaye toujours de l’argumenter de mon mieux sur les divers textes, films, expositions, documents, etc qui croisent ma route.

      J'aime

      • Philippe Jaussaud dit :

        Merci beaucoup pour votre aimable réponse. Je ne suis pas blessé du tout, et très heureux d’apprendre que des jeunes s’intéressent à Conan Doyle. Mon père m’avait inoculé le virus. Je conserve précieusement quelques anciens recueils de nouvelles lui ayant appartenu (« La main brune », « L’entonnoir de cuir » …). Par ailleurs, je viens d’acheter l’ouvrage « Sherlock Holmes, détective consultant », afin d’améliorer ma documentation. Vous souhaitant bonne poursuite et beaucoup de succès pour votre blog. Bien cordialement à vous.

        J'aime

  5. Philippe Jaussaud dit :

    En addendum à mes commentaires sur « les profs qui ne connaissent pas leur sujet », je précise que j’ai lu et relu chaque aventure de Sherlock Holmes (plus de 5 fois …) depuis ma plus tendre enfance (mes années collègue). Donc, je ne pense pas entrer dans la catégorie définie par l’auteur. Enfin, j’admets quelques imperfections. Ainsi, j’ai parfaitement relu et vérifié l’histoire du chien n’aboyant pas, dans le texte. Mais lorsque l’on parle en public (sans notes dans mon cas …), une distance s’établit toujours avec ce que l’on a préparé. J’admets toutes les critiques …. mais seulement celles qui sont fondées. Meloë adopte une posture d' »expert absolu » qui me rend perplexe …

    J'aime

  6. Philippe Jaussaud dit :

    Erratum : lire « mes années collège » (et non « collègue » …)
    Post-Scriptum : l’auteur de la conférence ne voudrait pas passer pour un un râleur absolu … et de mauvaise foi ! Il est très heureux que sa conférence ait fait l’objet d’une critique approfondie par Meloë, qu’il remercie vivement. Longue vie à son blog ! Et qu’elle n’hésite pas à me contacter.

    P. S. : La parution de l’ouvrage « Sherlock Holmes, détective consultant » par J. B. Daumont est programmée. J’attends donc de le feuilleter pour juger … et l’acheter ou non.

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s