La méthode policière de Sherlock Holmes (1/3) – Edmond Locard

Edmond Locard - la methode policiere de sherlock holmes

La méthode policière de Sherlock Holmes, partie 1…

Trouvé par hasard, dans La Revue hebdomadaire de 1922, cet article d’Edmond Locard, directeur de la police scientifique de Lyon, sur La Méthode policière de Sherlock Holmes peut intéresser les passionnés de Conan Doyle, les amateurs de romans policiers et ceux qui aujourd’hui accusent les infos trop bavardes des médias.

L’avis du consulting blogger…

Tout comme le lecteur qui l’a enregistré, je suis tombée sur ce texte par hasard, mais quand j’ai vu les noms de Sherlock Holmes et d‘Edmond Locard ainsi associés, je n’ai pas pu résister et j’ai immédiatement téléchargé le fichier.

Pas besoin de vous faire un dessin pour Sherlock Holmes, j’imagine… En revanche, pourquoi cet enthousiasme pour Edmond Locard ? Tout simplement parce que c’était un pionnier des sciences forensiques. Il a fondé le tout premier laboratoire de police scientifique en France et a même reçu le surnom de ‘Sherlock Holmes français’.

On a d’ailleurs étudié quelques un de ses travaux cette année lors d’un cours sur la criminalistique, et j’ai disserté sur son principe d’échange dans mon dernier partiel. Bref, Edmond Locard, c’est un peu mon nouveau dieu, du coup quand je découvre l’un de ses articles sur Sherlock Holmes, je me précipite et je savoure !

Anybref, on découvre donc un article rédigé en 1922 et qui traite d’une certaine littérature qui fait alors l’actualité. Edmond Locard, dans son introduction, parle de Holmes bien sûr, mais aussi de Lecoq, de Dupin, de Fantômas, de Lupin… Bref, de tout un tas de héros de la littérature populaire pour lesquels bon nombre d’entre nous ont une tendresse particulière aujourd’hui, mais qui sont de véritables ‘stars’ à l’époque où il rédige son article.

Ces personnages sont inscrits dans le quotidien des gens et du coup c’est très intéressant de l’entendre évoquer cette littérature et son influence sur le public auquel elle était d’abord destinée.

Une réflexion en particulier m’a énormément marquée dans cette première partie. Locard explique que désormais chacun aspire à la célébrité, à sa minute de gloire dans la presse mais qu’en même temps être brièvement mentionné pour une réussite à un examen ou un acte de courage ne suffit plus.

Souvent, ces événements ne font l’objet que d’un entrefilet, alors que les gens rêvent de sensationnel, que l’on parle d’eux encore et encore. Ils ne cherchent pas tant l’accomplissement d’un acte méritant l’admiration, que l’admiration elle-même. Or les seuls faits qui font réellement la une des journaux, ce sont désormais les crimes et les nouvelles ‘stars’ de l’actualité leurs auteurs.

Locard remarque que le public développe un goût de plus en plus prononcé pour le crime et les scandales en tous genres. Les héros littéraires ou du quotidien sont bientôt délaissés au profit de personnalités qui se démarquent dans le vice. Le public veut des détails croustillants et sordides. J’ai trouvé ça incroyablement lucide et encore d’actualité près de 100 ans plus tard (il suffit de se pencher un instant sur le contenu de nos journaux télévisés ou de nos programmes de télé-réalité…).

Vient ensuite l’exposé poprement dédié à Sherlock Holmes, dans lequel Edmond Locard explique à quel point les méthodes mises en place par le détective consultant sont pionnières et servent aujourd’hui de modèle dans les manuels d’enseignement de la police.

A l’époque où il rédige son article, Sherlock Holmes a acquis un rôle de modèle au même titre que les plus grands noms de la Recherche scientifique dont les découvertes ont véritablement marqué leur époque et permis de grandes avancées.

Pour justifier son propos, il prend 3 exemples directement tirés du Canon (NORW, BOSC et STUD) dans lesquels il décrit, analyse et commente la démarche de Holmes. Citant largement le texte, il étudie avec minutie la démarche pluridisciplinaire décrite et la façon dont Holmes parvient à déterminer l’identité du coupable. Attention donc aux spoilers si vous n’avez pas lu ces textes.

C’est absolument fascinant d’avoir ainsi le regard d’un professionnel, qui ne critique pas la chose d’un point de vue littéraire mais d’un point de vue purement scientifique, citant même Bertillon au passage. Je crois que cela aurait plu à Holmes, de voir ainsi ses méthodes commentées par quelqu’un qui les comprend réellement et peut poser sur elles un regard critique constructif, proposant telle analyse plutôt que telle autre ou demandant un examen complémentaire.

C’est amusant aussi de voir le sérieux avec lequel il s’attèle à la tâche. Il prend résolument ces exemples au sérieux, les traitant comme de vraies affaires en s’interrogeant sur la démarche de Holmes : son protocole est-il justifié et applicable par rapport au cas étudié ? Permet-il réellement d’obtenir les résultats décrits ? On a l’impression qu’il considère Holmes comme un collègue dont il commente les travaux et c’est extrêmement chouette.

Le seul petit regret que j’éprouve au final est que cet article n’est en réalité visiblement que la première partie d’une étude plus longue, comme le laisse supposer la mention ‘à suivre’ placée sous la signature de l’auteur. En effet, la fin semble un peu abrupte. Il manque des observations et une conclusion générale. Alors qui sera assez fin limier pour dénicher la suite de cet essai dans les archives de la revue ?

En bref…

Une petite découverte bien sympathique. Le genre de pépites sur lesquelles j’aimerais tomber plus souvent. Et un grand merci à René Depasse qui a mis en ligne une lecture de ce texte et l’a ainsi tiré de ses oubliettes.

La méthode policière de Sherlock Holmes : partie 2, partie 3

télécharger le fichier audio, lire le texte en ligne sur Gallica

Infos : ‘La méthode policière de Sherlock Holmes’, partie 1, de Edmond Locard. Article publié dans La revue hebdomadaire le 11 février 1922. Lecture par René Depasse.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 commentaires sur “La méthode policière de Sherlock Holmes (1/3) – Edmond Locard

  1. belette2911 dit :

    1922… Ta PAL a un certain âge :mrgreen:

    Ok, je sors, mais avant, je te remercie pour ce partage ! J’adore Locard aussi pour les avancées qu’il a réalisé. Holmes était le précurseur de la police scientifique 😉

    J'aime

  2. Dorothée dit :

    le monde ne change pas ! je vais aller lire ta découverte ! Merci !

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s