Let me show you the Appledore vaults…

Magnussen's mind palace

© BBC.

Chers Irréguliers,

Je n’ai pas encore pris le temps de revoir la dernière saison de Sherlock, mais certains éléments-clés de ces 3 épisodes continuent de hanter mon mind attic. Il s’agit bien souvent de points de détail, mais comme il est à peu près certain que mon cerveau ne me laissera pas en paix tant que je n’aurais pas couché ces réflexions sur le clavier, allons-y !

!! Attention, ce billet contient des spoilers très importants sur Sherlock S03E03 : ‘His Last Vow’. Si vous n’avez pas vu cet épisode, je vous conseille de rebrousser chemin !!

Anybref, commençons donc avec un élément du dernier épisode : ‘His Last Vow’. Cet épisode est une réécriture de l’aventure canonique intitulée ‘The Adventure of Charles Augustus Milverton’. Dans l’aventure originale, Milverton, maître chanteur détestable enferme les éléments lui servant de moyen de pression sur ses victimes dans un coffre.

Or, il s’agit d’un aspect du texte qui a subi une modification qui n’a visiblement pas été du goût de tous les fans… D’après ce que j’ai pu lire dans divers articles consacrés à l’épisode, un certain nombre de spectateurs, n’ont pas trouvé la proposition très crédible… Pour ma part, j’ai trouvé ce choix brillant !

Ce que j’imaginais…

A vrai dire, avant même que l’épisode ne commence, j’avais essayé d’imaginer ce à quoi il pourrait ressembler. Ce que pourrait donner la transposition à notre époque de cette aventure, pas tant au niveau de l’intrigue en elle-même qu’au niveau de la représentation du personnage, des outils à sa disposition, de son mode opératoire…

Ma première conclusion était que les archives de Milverton/Magnussen (Lars Mikkelsen) devaient être impérativement virtuelles, pour mieux coller aux sources à disposition du criminel. On nous répète sans cesse que le net fourmille de nos informations personnelles, accessibles à qui les recherche ; il semblait donc logique qu’un maître chanteur moderne profite de cette mine de renseignement infinie et continuellement mise à jour.

La question de la sécurité, aussi, a son importance. Bien sûr, une base de donnée n’est jamais ni indestructible ni inviolable, mais elle me semble quand même plus facile à protéger et à déménager qu’une infinité de preuves physiques qui peuvent être vandalisées ou accidentées. Il n’existe bien souvent qu’une copie de ces preuves physiques, là ou un individu prévoyant peut avoir des centaines de copies de sauvegarde de ses données.

Et puis les preuves physiques prennent rapidement trop de place si l’on souhaite rester à jour du débit de données créés à chaque instant. Vous imaginez, imprimer chaque publication du mur Facebook de votre victime, chaque mail reçu et envoyé, le résumé de chaque commande passée en ligne, etc ? C’est tout bonnement impossible. On est aujourd’hui confrontés à trop d’informations, sans savoir celle qui pourra devenir un moyen de pression. 

Et la réalité…

Tant et si bien que l’espace d’un instant, j’ai été déçue lorsque nous découvrons, au début de l’épisode, Magnussen évoluer physiquement entre des rangées et des rangées de preuves et dossiers divers. Cela me semblait anachronique et pas du tout dans le ton de la série. En réalité, cela ne me plaisait tellement pas, que j’ai fini par imaginer une autre option, certes un peu folle, mais absolument imparable… et qui s’est révélée être correcte.

Si Sherlock possède un mind palace parfaitement organisé en fonction des connaissances qui lui sont utiles, pourquoi ne pas imaginer qu’un autre personnage à l’esprit tout aussi brillant ait choisi d’appliquer la même méthode aux connaissances qui lui sont utiles dans sa propre ‘profession’ ? 

Il peut alors faire face au flux d’informations en sélectionnant les plus appropriées au moment voulu. Le seul moyen d’accéder aux informations pour les détruire… est alors d’accéder et de détruire leur détenteur lui-même. Mais encore faut-il le savoir ! Un certain nombre de critiques s’évertuent à expliquer en quoi une telle utilisation du cerveau humain est impossible dans le cas de Magnussen. Hors, à mon sens, à partir du moment où l’on accepte que Sherlock en est capable, on doit pouvoir admettre que d’autres aussi le sont :What one man can invent another can discover.

Alors, certes, la preuve physique n’existe pas et l’on peut se demander à partir de là, comment il se fait que les victimes de Magnussen ne lui résistent pas. C’est d’ailleurs la seconde critique que j’ai vu le plus souvent exposée. Hors pour moi ça n’est pas un problème. D’une part, la victime ne sait pas que la preuve n’existe pas. Et puis de toutes façons, aujourd’hui la preuve n’a plus grande importance. La seule peur du scandale suffit à faire plier les victimes.

Magnussen, magnat de la presse, a le pouvoir bien réel de publier ce qu’il veut, avec ou sans preuve à avancer. C’est ainsi que fonctionnent les médias aujourd’hui. L’information est viralement retransmise et qui se soucie de vérifier systématiquement ses sources ? Et puis, de toutes façon, une fois l’information publiée, juste ou fausse, le coup est porté, il est trop tard. Tous les démentis et procès du monde ne feront jamais oublier la publication originale.

On le voit tous les jours : combien d’individus inculpés à tort dans une affaire judiciaire (ou même simplement interrogés par la police comme témoins), se sont vus coller à vie l’étiquette de coupable dans les esprits collectifs. Même une fois leur innocence établie.

En bref…

Virtuelles les archives de Magnussen ? Peut-être, mais la menace qu’elles représentent, elle, est bien réelle. Même si les victimes de Magnussen savent qu’il n’a aucune preuve contre elles, elles savent aussi qu’elles n’ont aucun moyen de l’empêcher de publier ce qu’il veut et c’est là tout son pouvoir. C’est ce qui le rend si terrible, aujourd’hui encore plus qu’hier. 

Sherlock : pilotesaison 1saison 2minisode, saison 3

Sherlock : site officielblog personnel du Dr. Watsonsite professionnel de Sherlock Holmes

Acheter le DVD sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

16 commentaires sur “Let me show you the Appledore vaults…

  1. j’applaudis des deux mains !!!!!!!!!! c’est exactement ça !!!!!!! 😀

    J'aime

  2. Brillant exposé. Je suis tout à fait d’accord! ^^ Par contre, je ne savais pas que tant de fans ont été déçus. Les quelques personnes avec qui j’ai parlé ont trouvé ça très bien, et ont beaucoup aimé que Sherlock ne soit pas le seul à avoir un mind palace…

    J'aime

    • Méloë dit :

      Dans les jours suivant la diffusion, j’ai vu pas mal de journalistes / critiques râler, trouver ça ‘trop simple’ et un peu ‘réchauffé’ comme idée. Genre, Sherlock peut avoir un mind palace, ça leur pose aucun problème, mais ils rejettent l’idée si elle concernent d’autres persos…

      Même sur Facebook, dans les ‘fanpage’ que je suis, j’ai vu pas mal de gens assez déçus. Visiblement ils ne s’attendaient pas du tout à cela et on trouvé que cela manquait de réalisme et d’imagination en même temps.

      Après, il y a eu des avis très enthousiastes aussi, mais j’ai eu envie de prendre le temps de construire un minimum d’argumentaire sur le sujet (j’ai tellement rien d’autre à faire en ce moment… Un stage ? quel stage ? ^^)

      J'aime

  3. belette2911 dit :

    Bonjour ^^

    Moi aussi j’avais tiqué en voyant que rien n’était réel mais tout en virtuel… j’avais même pensé qu’il avait les dernières lunettes avec le Google incorporé 😀 C’est vous dire.

    J’aurais aimé une base de données version PC… mais oui, tu as raison, un PC, ça se pirate, ça se vole, ça se détruit tout seul puisque les supports ne sont pas garantis à vie.

    Donc, en cogitant, je me suis rendue compte que tout compte fait, l’idée avait du génie. Mais je me suis heurtée ensuite au fait que « sans preuve » physiques, comment arriver à faire pression ? Et je me suis demandée si quelque part, il n’y avait pas des archives…

    Non, pas d’archive, tout dans la tête et dans la manière de manipuler son monde, donner l’impression qu’on sait tout, qu’on dira tout et bingo, c’est fait.

    Tu as mis aussi le doigt sur un problème du siècle : les infos ne sont jamais recoupées ou vérifiées ! La preuve, avec la relation du président des zuessa… 🙄 on balance n’importe quoi et tirez votre plan, puisque celui qui a lancé la fausse rumeur n’est pas poursuivi. Les gens veulent du croustillant, pas de la vraie info. 😦

    Toute la force de Magnussen est là. C’était une idée brillante, mais fallait y réfléchir pour comprendre 😉

    J'aime

    • Méloë dit :

      Effectivement, les auteurs ont choisi une option qui demande aux spectateurs de réfléchir un peu pour saisir son fonctionnement la puissance qu’elle donne à Magnussen, etc. Et c’est justement cela que j’aime dans cette série, que même des ‘détails’ appellent à la réflexion, que le spectateur doive faire marcher ses petites cellules grises comme Sherlock.

      J'aime

  4. Dorothée dit :

    Tout à fait d’accord avec toi, même si j’ai un regret : Que Magnussen n’est pas été plus utilisé… un vague « coucou » dans l’épisode un, un petit mot dans le deuxième… la présence de Moriarty était plus inquiétante, mais bon, c’est comme ça.

    J'aime

    • Méloë dit :

      C’est vrai, mais bon ce dont deux méchants très différents, avec chacun un mode d’action bien particulier (même si pour le coup, Magnussen fait une très bonne araignée au centre de sa toile), alors je crois que je n’aurais pas trop aimé qu’ils soient introduits de la même façon. Et puis l’idée était de faire de Magnussen un addversaire plus passager (parce que lui il est bien mort, j’espère !)

      J'aime

  5. Ida dit :

    Maintenant que j’ai vu l’épisode en question, je peux réagir… Presque un an plus tard… J’aime bien redécouvrir vos ancien billets quand j’ai le temps.

    Je suis assez d’accord avec vous. Autant j’ai été déçue par beaucoup d’aspects de cette saison (en fait surtout l’importance croissante donnée aux affaires privées au détriment des intrigues -Ah bon? Je l’avais déjà dit? 😀 ), autant malgré tout, j’ai trouvé que certains éléments étaient bien sentis. Et celui là en fait partie.

    J’avoue que quand on voit Magnussen se balader dans son palais mental sans le savoir je n’ai pas tiqué une seconde… Que je me suis aussi laissée avoir par l’idée des lunettes connectées… Après tout pourquoi pas… Mais la chute finale posant qu’il importe peu d’avoir la preuve en main du moment qu’on sait qu’elle existe et qu’on peut bluffer avec est comme vous l’expliquez totalement raccord avec notre époque où il devient extrêmement simple de ruiner la vie de quelqu’un « grâce » au net, et même sans preuve aucune! C’était très fort. Très actuel. Et comme cette série dans son esprit initial avait pris l’option de surfer sur un Sherlock inscrit dans notre modernité, c’est parfait.

    En réalité cet épisode aurait pu davantage développer le bras de fer entre Sherlock et Magnussen s’il n’avait pas fallu encooooore tant mettre l’histoire de Mary encore au centre de l’affaire… Mary au centre du premier épisode… Mary au centre du second (normal c’est le mariage!)… Mary encoooooore au troisième… Elle me soule Mary! J’ai une overdose de Mary! Ce serait bien qu’elle disparaisse dans la saison 4 tiens! Cela fait partie de vos hypothèses, non? Je souscris! Allez hop du balais! Dans le canon… elle fait juste partie des meubles! Pas des intrigues!

    Oui, oui… je dois être amoureuse de John… 😀

    A moins que les scénaristes aient eux aussi besoin de se convaincre que John et Sherlock ne sont pas gays et qu’il faille bien une femme trèèèèèès (trop?) présentes entre eux…

    J'aime

    • Méloë dit :

      Je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule à en avoir assez de Mary. Autant je trouve qu’Amanda Abbington interprète brillamment le rôle qu’on lui a écrit, autant je rêve de voir son personnage quitter la série qu’elle détourne de ses thème initiaux !

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s