Conan Doyle et Sherlock Holmes – Virgule

Virgule - janvier 2014
(achat janvier 2014)
(article publié dans le n°114 de la revue Virgule)

L’article :

Qui est Arthur Conan Doyle ? Le génial créateur du non moins génial Sherlock Holmes, sans doute le plus fameux détective imaginaire de tous les temps.

Mais Conan Doyle ne s’est pas cantonné à la littérature policière : il est l’auteur, aussi, de plusieurs recueils de contes, de romans historiques, de romans de science-fiction…

Et Conan Doyle, grand voyageur, a eu une vie passionnante, qu’il a racontée dans Ma vie aventureuse, une autobiographie qui se lit comme un roman !

À toi de jouer : découvre une citation de Sir Arthur Conan Doyle, et comme Sherlock Holmes, mène l’enquête dans les rues de Londres.

L’avis du consulting blogger :

C’est Belette qui m’a avertie de la parution de ce numéro de la revue Virgule, consacré à Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes. Aussitôt la nouvelle apprise, je n’ai pas attendu bien longtemps avant d’aller chercher le précieux en kiosque. Je ne l’ai même pas feuilleté avant de l’acheter car après des années de pratique (Arkéo junior, Le Petit Léonard et Cosinus on littéralement marqué mon enfance et mon adolescence. Le premier numéro de Virgule est malheureusement sorti un peu trop tard pour que je dévore cette revue comme les précédentes, mais j’ai toujours conservé le premier numéro, consacré à Molière.), je fais spontannément confiance aux publications des éditions Faton.

Mais bon, ça ne fait pas tout de faire confiance aux gens. Une fois rentrée à la maison, il était temps de voir ce que donnait ce dossier ! Première bone surprise, l’article est long (18 pages) et semble richement documenté de citations (tirées de Memories and Adventures ou Ma vie aventureuse en français) et illustrations diverses. Lorsque l’on prend enfin le temps de le lire en détail, on se rend compte qu’il y a effectivement beaucoup à apprendre entre ces pages. L’(les ? Dommage qu’aucun nom ne soit cité en fin d’article) auteur a vraiment pris le temps de mener son enquête (en ne se contentant pas de Wikipedia), d’accumuler les informations, révélant tout un tas de petites anecdotes sympathiques entre deux données généralement plus connues.

Je râlais, il y a quelques jours encore, au sujet d’un article de Telerama sur les adaptations holmésiennes, totalement creux et lacunaire, et pour lequel les recherches avaient vraiment été limitées à leur strict minimum (ils n’ont visiblement jamais entendu parler de Jeremy Brett, chez Telerama, et ne savent pas allez chercher beaucoup plus loin que le bout de leur programme télé… Anybref, c’est pas le sujet ici.), mais là on a le droit à des détails, une recherche iconographique (avec notamment une photo d’Arthur Conan Doyle jeune étudiant que je ne connaissais pas du tout parmi quelques illustrations beaucoup plus connues mais qu’il est toujours agréable de redécouvrir. Ahhh Sidney Paget…) et un vrai effort de mise en forme.

Justement, côté mise en forme, j’ai beaucoup aimé le découpage en petits ‘chapitres’, correspondant chacun à une étape marquante de la vie d’Arthur Conan Doyle. Cela rythme la lecture, donne de la structure à l’ensemble et permet aux personnes qui se laissent facilement distraire de morceler leur lecture sans en perdre le fil. Après un premier chapitre rappelant les événements du Dernier Problème, la vie d’ACD est présentée par époques et l’on découvre ainsi comment son existence est étroitement liée à celle de Sherlock Holmes… mais pas seulement. Cet article est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur ses travaux dans divers domaines et sur le personnage qu’il était tout simplement.

En plus le ton est extrêment plaisant, le vocabulaire plutôt recherché même, pour une publication à destination de la jeunesse (j’aime les auteurs qui ne prennent pas les jeunes lecteurs pour des imbéciles, mais leur proposent un travail soigné et précis, quitte à expliciter quelques termes en cours de route pour que tout le monde suive bien. Cela-dit c’est la moindre des choses, je trouve dans une revue littéraire, que de soigner son expression !).

Enfin, en bonus, deux pages de jeux pour permettre au lecteur de se lancer sur les traces de Sherlock Holmes, d’abord en décodant une citation masquée (même si pour le coup, j’ai été un poil déçue par le procédé proposé pour le décryptage. Une petite réutilisation des ‘hommes dansants’ aurait été de meilleur goût, à mon sens), puis en mettant à profit ses capacités à ne pas simplement voir mais observer en relevant un maximum d’indices laissés par le tueur sur une scène de crime reproduite sur une gravue d’un certain A. Meyer (? Je n’ai pas réussi à retrouver l’illustration originale). J’ai beaucoup apprécié que les jeux proposés restent dans le thème du dossier principal et je n’ai pas cherché à résister à l’envie de les faire, bien qu’ayant depuis longtemps quitté la tranche d’âge visée.

Bref, un dossier complet et captivant à ne pas réserver uniquement aux plus jeunes ! Filez vite l’acheter tant qu’il est encore disponible en kiosques !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

8 commentaires sur “Conan Doyle et Sherlock Holmes – Virgule

  1. Dorothée dit :

    donc, Belette t’a prévenu, et ton post m’a fait courir de même vers la maison de presse ! et je suis tout à fait de ton avis, pour une publication destinée aux ados, il est vraiment bien ce magazine et en apprendra aussi au grand (j’ai beaucoup aimé les anecdotes sur le ski par exemple) ! … et oui, toujours en crise d’Holmésologie aiguë…

    J'aime

  2. belette2911 dit :

    Hello,

    J’ai eu le temps de le lire et j’ai bien aimé aussi ! Bonne idée ces petits découpages, cela permet d’en lire un peu tout les jours si on n’a pas le temps… Moi, liquidé lors de mon souper ! 😉

    La gravure, je l’ai déjà vue sur le Net lorsqu’on demande « jack the ripper », illustration d’un journal de 1888 je pense.

    Un chouette article qui ne prend pas ses lecteurs pour des imbéciles qui ne savent rien. J’en ai appris un peu plus sans devoir bouffer de la bio ! Conte je suis.

    J'aime

    • Méloë dit :

      Pour la gravure, j’ai justement cherché avec Jack the Ripper, mais impossible de tomber dessus. C’est curieux. Il faudra que je recommence à chercher.

      En tous cas, je suis ravie de voir que tu as tout autant dévoré cet article que moi !

      J'aime

      • belette2911 dit :

        Oui, il était bien écrit, accessible pour tous et pas pompeux, très bien !

        Là, je suis en train de lire celui de cerveau machin chose (au matin, avec le café) 😉

        Tu tapes « jack l’éventreur » dans Google, cet ami qui ne te veut pas toujours du bien et tu choisis « images » et hop, la première, c’est elle, mais en noir et blanc.

        Le flic, la morte, la lampe, la femme derrière, même si plus petite.

        J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s