Quelle édition du Canon holmésien choisir ?

L’idée de rédiger cet article m’est venue il y a quelques semaines, suite à une question de Fanny pour la page Facebook Oh Sherlock, you are merveilleux (n’hésitez pas à leur rendre une petite visite). En effet, les membres de cette page se sont lancées depuis quelques temps dans une (re)lecture complète du Canon.

La question s’est alors posée de savoir quelle édition française choisir pour découvrir un texte qui soit le plus fidèle possible à l’original ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que la réponse n’est pas simple…

Autant être immédiatement claire sur le sujet, aucune édition française du Canon holmésien n’est une traduction strictement fidèle au texte original. Depuis 1894 et la publication d’une traduction en français de STUD (dans le quotidien Le temps) il faut se contenter de médiocres propositions, certaines cependant plus acceptables que d’autres.

Sans prétendre apporter une réponse qui fasse loi sur la question, essayons donc de faire un petit tour d’horizon des principales éditions ‘papier’ disponibles en langue française et de leurs caractéristiques. Cet article n’est absolument pas exhaustif et c’est à chacun de trouver ‘son’ édition : celle dont il aime la tournure et la présentation, celle qui correspond à ce qu’il recherche. Je veux juste essayer d’apporter quelques éléments pouvant éventuellement faciliter ce choix.

Je voue avoue que je suis restée très longtemps sans me poser la question et j’ai d’ailleurs encore fait des découvertes sur le sujet au moment de préparer cet article : en 15 ans j’ai eu l’occasion de manipuler diverses traductions et si certaines me semblaient plus agréables que d’autres à parcourir, si je relevais parfois des termes qui me semblaient douteux, je ne cherchais pas non plus à creuser le sujet.

Je pensais naïvement que quelle que soit la traduction, chacune avec ses avantages et ses petits défauts, elle était une proposition honnête et constituait une retransmission fiable du texte original… aheum…

Librio - Sherlock Holmes

Canon holmésien – éditions Librio
(couvertures 1990s)

Mes premières lectures du Canon ont eu lieu avec les éditions Librio : c’était l’édition exigée par le professeur pour le cours de français et je m’y suis ensuite tenue quelques temps parce que le prix dérisoire de ces livres (10 F ! pour 4 nouvelles) correspondait bien à mon budget de collégienne et que je ne savais alors pas grand chose du Canon, de ce qu’il comprenait… Je ne cherchais pas à lire les divers récits dans l’ordre et je prenais simplement beaucoup de plaisir à dévorer ces nouvelles à chaque fois que je le pouvais, comme elles arrivaient entre mes mains.

Ce qu’il faut retenir à son sujet : il ne s’agit pas d’une intégrale mais ça n’est pas forcément le plus gênant (la mention ‘texte intégral’ sur les couvertures, en revanche, est déjà beaucoup plus dérangeante…). En effet, lorsqu’on y regarde de plus près, on constate que ces recueils, outre le fait qu’ils réorganisent et réassemblent les nouvelles à leur guise sans grande logique chronologique ou thématique, mêlent également les travaux de plusieurs traducteurs d’une nouvelle à l’autre.

J’ai ainsi déjà relevé 4 noms, alors que je suis loin de posséder l’ensemble des volumes publiés sous cette forme : Lucien Maricourt, Michel Le Houbie, Henry Evie et René Lécuyer. Pas évident dans ces conditions d’instaurer une certaine cohérence dans le ton et la qualité de l’ensemble, bien que toutes les traductions semblent dater de la même période : la fin des années 1940s.

Cependant, j’avoue avoir une tendresse particulière pour ces volumes qui évoquent pour moi beaucoup de souvenirs. Leur prix étant toujours relativement bas, ils peuvent constituer un bon support pour faire les présentations entre un nouveau lecteur et le détective conseil, avant de passer à une édition plus consistante.

Sherlock Holmes LdP

Canon holmésien – éditions Livre de Poche
(diverses éditions selon les époques, de la plus ancienne à la plus récente)

C’est ensuite avec Le livre de Poche que j’ai poursuivi ma lecture des récits des enquêtes de Sherlock Holmes. Je possède à la fois les plus anciennes et les plus récentes éditions ainsi publiées. Là encore, c’est d’avantage par esprit pratique que par souci de qualité que je me suis tournée vers ces ouvrages.

Ce sont ceux que l’on trouve le plus couramment chez les bouquinistes (fournisseurs pratiquement exclusifs de votre hôte, depuis… toujours) et je me souviens avoir fait une razzia, il y a quelques années préférant par la suite continuer à acquérir les divers volumes dans la même édition pour plus de cohérence et d’esthétisme rangementesque…

Ce qu’il faut retenir à son sujet : quand l’on commence à vouloir faire les choses ‘sérieusement’, ces volumes ont au moins l’avantage de respecter le découpage original des divers recueils (à l’exception de CARD, qui pose toujours quelques soucis divers et variés aux éditeurs…). On peut donc commencer à appréhender le Canon dans sa globalité, à s’interesser au rythme de publication des divers textes, à leurs liens temporels… C’est vraiment une édition que j’apprécie parce qu’elle est facile à transporter et à manipuler.

Cependant, les défauts sont bien là : un traducteur différent pour chaque volume : Gilles Vauthier, Robert Latour, Pierre Baillargeon, Michel Londa… (au moins, chaque volume a été confié à un seul traducteur, ce qui confère à chaque recueil un minimum de cohérence interne) et une publication loin d’être intégrale.

Certains volumes n’ont simplement jamais été traduits tandis que la nouvelle édition propose à la fois recueils complets et nouvelles indépendantes. C’est là encore un peu le fouilli  et il n’est pas forcément évident de s’y retrouver pour l’instant.

Cependant, on peut encore espérer que l’ensemble des recueils finira par être publié. Ces traductions, dont je reparle juste en-dessous, semblent être les plus couramment reprises, puisqu’un volume de STUD que je possède, publié par Gallimard dans la collection folio junior reprend également la traduction de Pierre Baillargeon.

sherlock Holmes Bouquin

Canon holmésien – éditions Robert Laffont
ancienne et récente éditions

Enfin, terminons cette première partie avec l’édition qui semble globalement faire l’unanimité parmi les lecteurs (Bernard Oudin, dans Enquête sur Sherlock Holmes, la considère d’ailleurs comme la meilleure traduction française disponible du Canon), bien qu’elle ne soit pas exempte de défauts.

Il s’agit de l’édition publiée par Robert Laffont dans la collection ‘Bouquins’. C’est l’édition que j’ai dernièrement adoptée (et je bave actuellement devant une édition des années 1960s présente chez mon bouquiniste, mais elle est un poil chère à mon goût surtout que la jaquette est absente… Craquerai-je ou pas ?) en attendant de mettre la main sur une intégrale en langue anglaise.

Ce qu’il faut retenir à son sujet : Cette traduction en deux volumes datant de 1956 a été plusieurs fois mise à jour et rééditée, mais n’est curieusement plus disponible aujourd’hui. Elle est cependant très répandue en bibliothèque et chez les bouquinistes.

En outre du Canon, enfin traduit et publié dans on intégralité et dans l’ordre, un certain nombre de textes supplémentaires et relativement rares d’Arthur Conan-Doyle (entre autres) sont proposés en annexe, ce qui est très intéressant.

Côté traducteurs, en revanche, c’est un peu moins glorieux puisque plusieurs personnes se sont réparti les divers textes à traduire. On retrouve, sans surprise, les noms croisés chez Le Livre de Poche ou Gallimard : Robert Tourville, Bernard Latour, Michel Landa et Pierre Baillargeon (en effet, la plupart des éditions au format poche ayant suivi reprennent tout simplement le texte des éditions Robert Laffont, dans sa version initiale).

Même si Francis Lacassin s’est chargé de coordonner, éditer et préfacer le tout, cela m’embête un peu cette diversité de plumes, pour un ensemble de texte initialement rédigés par un seul auteur et censés former une unité. Cela reste quand même une traduction plutôt rigoureuse (malgré quelques petites erreurs de sens /anachronismes) qui permet de se plonger vraiment dans le Canon, d’en découvrir tous les textes sans avoir à recourir à la version originale.

sherlock holmes varia

Canon holmésien – diverses éditions
Le Masque, Omnibus, Archipoche

Pour ce qui est des éditions que je n’ai pas eu l’occasion de tester personnellement, je ne peux toutes les évoquer. Il me semble néanmoins essentiel de mentionner la traduction proposée par Le Masque dans les années 1990s et qui a fait couler beaucoup d’encre.

Il y a un article de Thierry Saint-Joanis sur le site de la SSHF qui est très complet sur le sujet, bourré d’exemples et que je vous invite à lire. On y apprend aussi pas mal de petites choses sur les mésanventures subies par le Canon au fil de ses éditions et traductions successives.

Je ne peux pas non plus évoquer les éditions françaises du Canon sans mentionner Omnibus et son intégrale qui est restée pendant très longtemps… pas intégrale. En effet, malgré le titre de la collection et la mention portée, cette compilation a longtemps été lacunaire : CARD  (toujours elle) en était absente.

Visiblement, l’oubli a été réparé à l’occasion de la nouvelle traduction, par Eric Wittersheim, parue en 2009. En revanche, il semblerait que le texte se promène tout seul en fin du troisième volume, hors de son contexte original…

Cette édition proposant le texte en édition billingue, il pourrait être intéressant d’y plonger le nez pour voir quelle version du texte en langue anglaise est proposée au lecteur et vérifier si cette nouvelle traduction, par un traducteur unique (l’aspect très intéressant de cette édition), est enfin une vraie bonne nouvelle !

Enfin, plus récemment, ArchiPoche vient de publier une édition absolument sublime des Aventures de Sherlock Holmes dans ‘La bibliothèque du collectionneur’ : papier bible, tranche dorée, jaquette de couverture… et un prix très raisonnable.

C’est esthétiquement un très bel objet de collection. En revanche, je n’en sais pas beaucoup plus : qui est le traducteur ? Les autres recueils seront-ils édités dans la même collection ? Le site officiel ne mentionne aucune information à ce sujet. Une enquête est en cours mais je n’ai pour l’instant reçu aucune réponse de l’éditeur… Dès que je le pourrais, je vous transmettrai ces informations.

oxford sherlock holmes old

Canon holmésien – éditions Oxford (ancienne édition)
photo © edgeofspace.net

Après ce petit tour d’horizon pas très glorieux, la solution semble simple, du moins en théorie. Lorsque l’on en a la possibilité, il suffit de se tourner vers une édition en langue originale du texte. Sauf que dans les faits, ça n’est pas si évident que cela et la plupart des éditions en langue anglaise ne valent pas beaucoup mieux que les éditions françaises.

En réalité, une seule édition est fiable et totalement conforme aux textes des premières éditions. Il s’agit de l’édition publiée par Oxford University Press.

Les autres éditions sont généralement basées sur les adaptations américaines du texte original ou bien reproduisent le texte initialement publié dans la presse, qui malgré son antériorité n’est pas le texte de référence (en effet, des corrections ont régulièrement été apportées au moment de la publication définitive sous forme de livre, lorsqu’incohérences et impossibilités -entre autres- ont été relevées).

On peut trouver régulièrement sur internet des intégrales de l’ancienne édition (le forum de la SSHF a même un topic dédié au sujet). A partir de 2008, une nouvelle impression a été lancée mais semble être en pause pour le moment : seuls cinq volumes sont disponibles pour l’instant d’après mes recherches. On en revient donc à notre problème de base : cela peut sembler absurde mais il est aujourd’hui extrêment complexe de mettre la main sur une édition intégrale et fiable du Canon holmésien.

Sherlock Holmes - Oxford University Press

Canon holmésien – éditions Oxford
(quelques titres disponibles en 2013)

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. J’espère que cet assez long laïus vous a intéressés et j’espère aussi qu’il vous évitera les égarements que j’ai connu quand je me suis penchée sur la question pour la première fois. Il ne faut pas oublier que c’est une question qui bouge pas mal vu que le succès récemment renouvelé des personnages donne lieu à de nouvelles rééditions fort nombreuses depuis quelques mois (VO, format numérique…). Certaines ont des couvertures très attrayantes, mais quitte à se faire plaisir, autant prendre le temps de choisir une édition qui corresponde vraiment à ce que l’on en attend. Ce qui reste à définir…

Sources : Enquête sur Sherlock HolmesSSHF et explorations personnelles.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

26 commentaires sur “Quelle édition du Canon holmésien choisir ?

  1. belette2911 dit :

    Tu as tout dit… CARD a souvent posé problème, surtout avec son intro sur Beecher qui se retrouvait dans RESI et nous parlait alors de chaleur en plein mois d’octobre… J’aurais pu terminer folle, moi, en lisant mon canon éditions Laffont (livre de poche) qui n’est pas très… bon, pas fiable à 100%, quoi.

    Merci de mettre le pauvre lecteur en garde contre le canon chez Le Masque qui a traduit une « oie » par une « dinde », changeant tout la donne puisque la dinde n’a pas de jabot !!

    J’ai Omnibus, mais la dernière version, avec CARD et sa bonn intro, quand à Oxford, je bave dessus mais je ne sais pas où les acheter…

    Un super article pour ceux qui débutent et voudraient en savoir plus, une bonne remise à niveau de la mémoire des anciens qui cafouille parfois un peu… 😉

    J'aime

    • Méloë dit :

      L’intro de CARD m’a aussi perturbée et je pense que cela a été le cas pour pas mal de monde !

      L’édition Omnibus, tu en penses quoi de la traduction ? Parce que maintenant qu’ils ont réintroduit CARD, elle me rend curieuse.

      Pour les Oxford, si tu veux l’ancienne édition, il faut écumer Ebay ou Bargain Bin par exemple mais les prix montent parfois très haut…, et pour la nouvelle tu la trouves sur tous les sites de vente en ligne, je pense.

      J'aime

      • belette2911 dit :

        Ok, merci pour les renseignements ! 😉 Bon, la Oxford, c’est juste pour la collection, parce que l’anglais et moi… 🙄

        Omnibus est bien faite, avec les dessins de Paget, le papier bible, la gauche en anglais et la droite en français, CARD dedans, avec la bonne intro, mais j’ai parfois du mal avec cette traduction car je « connais » les termes de l’ancienne; pas par coeur, mais quand je lis, ça me revient parfois et j’ai du mal. Comme quand je consulte les textes sur les fichiers PDF, quand je suis en vacances et que je veux m’assurer d’un truc… 😀

        Mais c’est toujours les vieilles éditions que je consulte, pour un truc que je veux savoir, parce que je les connais mieux, point de vue disposition.

        J’adore Omnibus pour son papier bible !!

        J'aime

  2. Méloë dit :

    Merci pour ce long commentaire. Votre remarque est très juste et c’est bien pour cela que je précise que le choix de LA bonne traduction dépend avant tout de ce que l’on recherche. Si l’on veut simplement découvrir les aventures, alors un style fluide et qui nous plait est un critère amplement suffisant. Et en cela, je reste vraiment attachée aux Librio, par exemple.

    En revanche, quand on commence à s’intéresser à la cohérence interne des affaires, à leur chronologie… alors on recherche un texte le plus précis et fidèle possible.

    C’est vraiment une question d’objectifs et c’est pour cela que je n’ai pas choisi pour titre ‘quelle est la meilleure édition du Canon’ par exemple.

    J’ai bien reçu votre mail d’hier et j’y ai répondu en fin de matinée. N’avez-vous pas reçu ma réponse ?

    J'aime

    • Méloë dit :

      CARD correspond à ‘L’aventure de la boîte en carton’.

      Belette a effectivement rapporté un détail assez effarant de cette traduction, et c’est visiblement loin d’être le seul. certaines traductions sont plus fantaisistes que d’autres…

      Vous savez, malgré ma ‘dévotion’, de nombreux titres échappent à mon attention ! Je ne dispose pas non plus d’une réserve de temps illimité à consacrer à la question. Alors les conseils sont toujours les bienvenus ! Surtout lorsqu’ils sont aussi enthousiastes !

      J'aime

  3. sheherazade2000 dit :

    épatant ton article 🙂
    pour ma part, on m’a offer le canon holmésien au grand complet chez Penguin Books

    J'aime

  4. estellecalim dit :

    J’ai les Librio dans ma bibliothèque, et comme je les ai tous, je pensais que j’avais une bonne partie de la production de Conan Doyle, au moins pour les nouvelles. Mais bon, je ne me faisais pas trop d’illusion.
    Est-ce que tu connais, par contre, une édition numérique en VO dispo gratuitement sur internet qui serait de bonne qualité ? Je me méfie des gratuits d’Amazon qui m’ont réservé de bien mauvaises surprises, alors je ne sais pas trop où aller.

    J'aime

    • Méloë dit :

      Je t’avoue que je n’y connais rien en éditions numériques ! C’est pour cela que je n’en parle pas dans l’article. Il en existe une très grande quantité et je n’ai pas eu le temps (ni le courage pour l’instant) de les explorer. Mais n’hésite pas à poser la question auprès de la SSHF (sur le forum ou par mail durectement, Alexis Barquin est adorable), ils sauront sans doute te répondre.

      J'aime

  5. Caro Bleue Violette dit :

    Waouh, merci pour cet article qui permet d’y voir plus clair ! Moi qui me disais justement que j’allais continuer la lecture du Canon en VO parce qu’en français il y a des choses qui me gênent au niveau de la traduction (j’ai lu Une étude en rouge, Le signe des quatre et les 4 premières nouvelles des Aventures dans un volume Le Masque), je sais maintenant quelle édition adopter.

    J'aime

  6. Dorothée dit :

    j’ajoute ma petite pierre à l’édifice en disant qu’effectivement, la traduction en 2 volumes de chez France Loisirs n’est pas mal du tout (j’ai pu la comparer à des textes V.O)… et je l’ai éreintée, la pauvre (comme tu le sais 😉 ). Les librios sont bien aussi (et pour le chien, j’ai toujours mon vieux folio junior !)
    Très bon article, mamzelle ! Parce qu’il n’y a pas qu’avec Holmes que les traductions pèchent parfois… Certaines anciennes traductions d’Agatha Christie ou Anthony Morton m’ont fait grimpée aux rideaux ! et j’ai toujours mon bon vieil exemple de traduction de « Sur la Route » de Jack Kerouac où on trouve : « Il était au lit avec sa fille » (il faut comprendre avec sa petite amie, mais le traducteur y a été du sens premier de « girl »…)… J’ai frôlé l’apoplexie !
    traduction = trahison, comme on dit, mais il y a des trahisons plus belles que les autres 😉

    J'aime

    • Méloë dit :

      Merci pour ces précisions Dorothée 🙂 A nous tous, on va peut-être faire le tour ultime des diverses éditions ^^

      Mouaahaaa pour le Jack Kerouac, c’est un peu glauque cette boulette de traduction. Quant à Agatha Christie, je confirme que cela vire parfois au massacre ! J’ai lu une édition ‘jeunesse’ de Mort sur le Nil absolument désastreuse.

      J'aime

      • Dorothée dit :

        imagine ma tête pour le Kerouac… Déjà qu’une petite erreur de date me met dans tous mes états, alors là !
        pour les éditions, tu as déjà bien écrémé le sujet, et les commentaires aident aussi !
        et on sait quoi éviter ! 😉

        J'aime

  7. H&Y dit :

    Bravo pour votre blog et ce post sur les traductions qui fait bien le tour de la question. Conan Doyle est un écrivain de talent et pour être emporté et goûté pleinement le rythme de sa prose, rien de mieux que de le lire en version original (quand on en a la possibilité).

    Une petite correction : l’auteur de l’excellente « Enquête sur Sherlock Holmes » est Bernard Oudin et non Robert comme c’est écrit plus haut.

    J'aime

    • Méloë dit :

      Merci d’avoir signalé cette erreur, je m’en vais la corriger de suite ! Lapsus révélateur : Jean-Eugène Robert-Houdin est un personnage que j’admire énormément.

      J'aime

  8. […] Meloë – Quel édition du canon Holmesien choisir ? […]

    J'aime

  9. […] Meloë – Quel édition du canon Holmesien choisir ? […]

    J'aime

  10. […] Meloë – Quel édition du canon Holmesien choisir ? […]

    J'aime

  11. Lucille dit :

    Je cherche actuellement une édition intégrale de Sherlock Holmes, et je suis tombée sur ton article !
    La version de Robert Laffon est-elle toujours la meilleure selon toi ou as tu eu l’occasion de « tester » une autre intégrale ?

    Aimé par 1 personne

    • Méloë dit :

      Côté nouveautés non mentionnés dans l’article, Archipoche a sorti au moment de Noël dernier une intégrale du Canon, reprenant une très ancienne traduction (mais pas nécessairement la plus fidèle. C’est à vérifier). Je n’ai pas eu l’occasion de la feuilleter.

      Personnellement, je reste attachée à celle de Robert Laffont.

      Maintenant, tout dépend également de ce que tu recherches : exhaustivité des textes pour le plaisir de la lecture ou dans une démarche plus scientifique : projet universitaire… ?

      J'aime

      • Lucille dit :

        Je cherche plus une intégrale pour lire les aventures de Sherlock pour mon plaisir personnel – et mieux les découvrir ! Donc, si la traduction n’est pas tout à fait fidèle, cela ne me dérange pas trop. Je pense donc commencer à économiser pour la version Robert Laffont ! 🙂

        J'aime

        • Méloë dit :

          Bonnes économies, alors ! Une dernière chose, si tu cherches avant tout le plaisir de la lecture, n’hésite pas à feuilleter quelques pages des divers éditions. Parfois, le ton d’un traducteur nous parle plus qu’un autre. C’est une appréciation subjective et personnelle mais qui va fortement contribuer au plaisir de la lecture 🙂

          J'aime

  12. LAFORET dit :

    Bonsoir, je ne suis pas un spécialiste de Sherlock Holmes mais j’ai déjà lu (il y a fort longtemps) une bonne partie de ses aventures et enquêtes…Or, je fais actuellement un retour sur ce personnage mythique et me suis procuré récemment les deux tomes qui lui sont consacrés chez Robert Laffont, collection Bouquins, ouvrages difficiles à trouver… en très bon état. C’est en effet une collection que j’apprécie, possédant déjà les aventures du Pr Challenger et celles du Brigadier Gérard. Donc, en parcourant différents sites (ou blogs) consacrés à Sherlock Holmes que j’ai eu le plaisir de lire votre « canon holmésien » concernant les traductions multiples des textes de Conan Doyle. Mais, n’étant pas non plus un spécialiste des traductions, je me suis demandé ce que vous entendez par les termes « CARD » et « STUD » qui apparaissent dans votre article et les commentaires qui l’accompagnent. Je vous remercie de combler mon ignorance.
    Et j’ajoute dès lors votre blog dans mon marque-pages. A bientôt et bonne fin de semaine.
    C.L.

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s