The American Adventures of Surelick Holmes – Ralph Ell- 1975

The American Adventures of Surelick Holmes

(film vu en VO)
(c’est vrai que maintenant que l’image est floutée, on n’a plus aucune idée de ce que Watson est en train de faire…)

Le film :

Les membres du conseil d’administration de Mr. Rich Bitch sont assassinés l’un après l’autre, après que ce dernier a refusé de verser une rançon d’1 million de dollars pour leur libération.

Mr Rich Bitch engage alors Charles Head qui a son tour fait appel à son ancien camarade de classe Surelick Holmes pour tenter de retrouver le tueur. Surelick Holmes et son fidèle compagnon Watson s’envolent donc pour les Etats-Unis afin de résoudre l’enquête.

Pas de vidéo pour cette fois, histoire d’éviter (un minimum) les visites indésirables sur ce blog. Je vous laisse vous débrouiller par vous mêmes pour dénicher ce film si vous l’osez… (ça n’est pas très compliqué. Ah merveilles de l’internet !)

L’avis du consulting blogger :

Avant toute chose, chers lecteurs, ayant l’obligeance de bien vouloir vous lever et observer une minute de silence à la mémoire de l’innoncence et la pureté de votre consulting blogger qui se sont envolées en fumée dès les premières secondes de ce film.

Bien, vous vous en doutez, avec un titre pareil, on pénètre dans le côté sombre de l’addiction holmésienne. Ne me demandez pas pourquoi je suis allée chercher ce film. Je ne sais même pas moi-même. Juste que quand j’ai vu son titre, j’ai dit Naaaaaan. C’est des conneries ! Un tel film ne peut pas vraiment exister. Et, aheum, après vérificaton, le film existe bien… Mes alors, mes yeux, mon dieu, ça brûle, et si je n’ai pas fini aveugle, je suis au moins traumatisée à vie par ce que j’ai vu.

Le film démarre sur une conversation téléphonique entre Holmes et son ami américain, qui s’avère être beaucoup moins profonde que la gorge de Watson (Je ne pouvais pas m’en empêcher. Je suis désolée mais à ce stade, le jeu de mot graveleux est un mécanisme réflexe d’auto-défense de l’esprit). Et dès les premiers instants, on est littéralement bluffés par les qualités d’acteur de Holmes (Larry Chandler). Quelle intensité, quel naturel dans l’élocution ! Malheureusement on ne peut pas en juger pour Watson (Frank Massey) puisque ce dernier a bien trop souvent la bouche autrement occupée pour pouvoir parler. On notera cependant que l’arrière de sa tête et ses épaules sont particulièrement expressifs.

Les bruitages sont du meilleur goût comme vous pouvez vous en douter et parfaitement assortis aux expressions du visage des divers protagonistes, d’un naturel fou… Sauf de la part de Holmes qui reste la plupart du temps aussi dur impassible qu’un bloc de marbre. Et les dialogues, non mais les dialogues ! Quelle finesse ! Quelle richesse de vocabulaire ! J’ai particulièrement aimé le magnifique Thank you for coming. Suivi aussitôt, au cas ou vous n’auriez pas saisi l’allusion au premier jet, par I am so glad you came. de la part de Charles Head, s’adressant à Sherlock Holmes juste après qu’ils ont célébré leurs retrouvailles comme il se doit.

Puis alors, quelle réalisation de qualité ! J’ai beaucoup aimé la moustache qui se décolle au milieu d’une scène et l’acteur qui continue comme si de rien n’était, absolument imperturbable, perdu dans l’intensité du moment. Ou alors, l’angle de la caméra plus qu’hasardeux par moment…

Le pire (ou le mieux ? A ce stade, je ne sais même plus) dans toute l’histoire, c’est qu’ils ont vraiment cherché à caser 2-3 allusions au Canon, en détournant des titres d’aventures, notament. A mon humble avis, ils auraient juste mieux fait de s’abstenir parce que ça n’est pas ça qui va changer grand chose au film. A ce stade, on s’en fout un peu que ce soit Sherlock Holmes ou non. Tout comme à ce stade, on s’en fout que l’histoire ne se déroule pas à l’époque victorienne mais soit transposée aux années 70.

Et dire que je n’ai pas encore parlé de l’enquête ! Comment ai-je pu oublier l’enquête ? C’est pourtant, comme vous n’en doutez pas, le point central de ce film. Disons que les protagonistes se montrent très consciencieux dans leur investigation. Ils font vraiment tout le touuur de la question, et plutôt deux fois qu’une, avant de démasquer le coupable qui n’est autre que SPOILER (au cas où certains auraient envie de s’infliger ça) : Maryarty.

Sincèrement, le porno (gay ou pas) des années 70 devrait être puni par la loi. C’est juste pas possible. Et sérieusement, des gens regardent ça sans avoir envie d’exploser de rire toute les 3 répliques (parce que personnellement, je me suis payé un fou rire magistral tout au long de la chose)? Des gens sont émoustillés par ce genre de films ? Il faut croire car le pire c’est qu’il a visiblement encore du succès, vu qu’il est vraiment trèèès facile à trouver. A noter qu’il existe aussi visiblement une version hétéro de ce film. Je ne demande pas à voir !

Bref, je ne sais absolument pas comment conclure. Mais juste plus jamais ça. (sauf si je mets un jour la main sur Des pipes pour Sherlock Holmes, parce qu’avec un titre pareil, je sens que c’est du brutal…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

18 commentaires sur “The American Adventures of Surelick Holmes – Ralph Ell- 1975

  1. belette2911 dit :

    Oh my god (miché) ! Je vois, je vois que l’affiche est prometteuse et que certain l’aiment dur… Je sors ou tu me laisses rester ?

    Et bien, le porno joyeux de l’époque n’était pas triste et je pense que je vais me payer une tranche de rire en le prenant sur le Net, juste pour ne pas mourir idiote.

    Merci de la mise en garde.. à-vous ? Là, je sors.

    J'aime

    • Méloë dit :

      Mais reste, je t’en prie. C’est d’ailleurs en pensant à toi que j’ai rédigé ce billet. (cette phrase pourrait être mal interprétée…) Franchement, j’ai vraiment rigolé pendant 1h30 et je pense que ce sera aussi ton cas. En tous cas, si tu le regardes, je compte sur un billet sur le sujet !

      J'aime

      • belette2911 dit :

        J’aurais bien aimé, mais pas moyen de le trouver hier, et en plus, je suis tombée sur un site malveillant qui a déclenché toutes les alarmes du PC : après l’anti malware, quatre fichiers infectés par des bêbêtes… 😦

        As-tu l’adresse du site où tu l’as téléchargé ? Tu peux passer par les MP de FB (je pense que tu es dans mes amis FB) pour ne pas que l’adresse soit visible dans les comm… 🙄

        Je me doute que ça doit être marrant ! Déjà rien que la jaquette… et ils en sont, de la jaquette, dans le film.

        Bien sûr que je rédigerais un billet sur pareil film, ne pas le faire ce serait un crime de lèche majesté…

        J’aime quand on pense à moi lors de la rédaction d’un billet et qu’on me glisse des petites phrases pour me faire rire.

        J'aime

        • Méloë dit :

          J’ai pas téléchargé mais regardé directement en ligne. En revanche, j’ai pas gardé le lien que j’ai utilisé :/ Si je retrouve, je te le fais passer via Facebook.

          J'aime

          • belette2911 dit :

            En streaming ? Ok, je vais essayer de mon côté de voir ce truc, mais mon homme va se poser des questions sur ma santé mentale… 😀

            J'aime

            • Méloë dit :

              et sur tes préférences… :p

              J'aime

              • belette2911 dit :

                Oui, en effet… mais bon, si je lui saute dessus ensuite, il va pas se plaindre… 🙄

                J'aime

              • belette2911 dit :

                J’ai réussi à le trouver en streaming sur un site dont je ne ferai pas la pub via les comms (uniquement par MP avec preuve que vous êtes majeur ET vacciné).

                Comment dire ?? J’ai pas compris les dialogues, vu qu’ils parlaient en anglais mais je sens que je n’ai pas raté grand-chose 🙄

                J’avoue que j’ai passé des passages… à la fin, ça devenait long ! (oups). 😀

                J'aime

                • Méloë dit :

                  J’ai pas sauté de passages, mais je faisais d’autres trucs en même temps, parce qu’effectivement, c’est pas non plus passionant et ça traîne en longueur. Pour les dialogues, à part deux-trois jeux de mots douteux, tu n’as pas manqué grand chose.

                  J'aime

                  • belette2911 dit :

                    Tu faisais d’autres trucs en même temps… 😀 Faut faire gaffe aux mots choisis, avec moi… Non, non, je sors !!!

                    J’ai pas vu de longueurs, moi, que des tailles normales… oui, je suis déjà dehors, si jamais on me cherchait… 🙄

                    J'aime

  2. Du porno holmésien, ils nous auront tout fait avec Sherlock ! Vu que j’ai déjà bien rigolé en lisant ton billet, j’imagine combien tu as dû te marrer en regardant le film 🙂 Rien que le prénom de Holmes…Surelick, mouahaha !

    J'aime

    • Méloë dit :

      j’étais morte de rire tout au long du truc ou presque (bon, par moments c’était quand même un peu rasoir, tellement c’est répétitif et inintéressant) mais je ne pense tout de même pas récidiver de si tôt ! Et Effectivement, rien que le prénom annonce la couleur…

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s