Holméseries #6

logo holméseries

Bonjour à tous ! Les holméseries reviennent et vous emmènent aujourd’hui à la découverte d’une association bien connue des holmésiens de France… et d’ailleurs. Une véritable caverne au trésor de ressources pour en apprendre toujours plus sur l’univers de Sherlock Holmes.

Le sujet du jour :

Quand l’idée des holméseries a germé, il y a presque un an, je ne pensais absolument pas me retrouver un beau jour à consacrer un numéro de ce rendez-vous à la SSHF (Société Sherlock Holmes de France). Cette association occupe une place tellement centrale dans l’holmésologie francophone, qu’il me semblait évident que tout le monde la connaissait et surtout que je n’aurais pas grand chose à vous apprendre à son sujet. J’ai finalement changé d’avis lorsque j’ai réalisé que les gens ont pas mal de préjugés assez erronés à son sujet et n’ont pas toujours l’idée d’explorer (ou n’osent pas) les diverses ressources qu’elle propose.

Je vous propose donc d’en apprendre un petit peu plus sur cette association et j’espère qu’à la fin de ce billet vous serez convaincus de devenir membre et d’explorer les richesses hébergées au sein de son site internet.

logo SSHF

Mais commençons tout de suite par en apprendre un peu plus sur cette association et son histoire…

Si les Baker Street Irregulars, la plus ancienne société holmésienne au monde, ont été fondés en 1934 par Christopher Morley, il faut attendre pratiquement 50 ans, pour que la Société Sherlock Holmes de France voit le jour en 1993, fondée par Alexis Barquin, Jean-Pierre Cagnat, Yves-Charles Fercoq et Thierry Saint-Joanis.

Elle a pour but premier de faire le lien entre tous les holmésiens francophones à travers le monde, quel que soit leur âge ou leur occupation. Ainsi la Quincaillerie Franco-Midland (le petit nom de la SSHF, tiré de STOC) est-elle représentée (entre autres) en France, en Italie, en Belgique et en Angleterre.

Son principal sujet d’étude est l’exploration des liens qui unissent Sherlock Holmes à la France. En effet, outre les origines françaises de Sherlock Holmes, la France est évoquée à plusieurs reprises dans le Canon. Les holmésiens de la SSHF se sont donc donné pour mission de tirer tout cela au clair.

Ils se retrouvent d’ailleurs régulièrement à l’occasion de réunions annuelles, de visites et de participations à divers événements.

Enfin, la SSHF gère également une importante collection/musée, actuellement hébergée dans l’Allier, où se situe le siège de l’association.

La SSHF sur internet…

Depuis plusieurs années, la SSHF est très présente sur internet : forum, Facebook, Twitter, Pinterest… Les quincaillers de la Franco-Midland sont partout !

Le point central de cette activité internetesque est le site officiel de la Société. Véritable mine d’informations, il vous faudra plus d’une visite pour faire le tour de toutes les ressources qu’il abrite.

Arthur Conan Doyle, Canon, pastiches, adaptations, holmésologie,… à peu près tous les sujets possibles sont abordés. J’aime personnellement tout particulièrement la possibilité d’effectuer une recherche par mot-clef au sein du Canon. Un doute sur l’authenticité d’un détail ou le titre de l’aventure dans laquelle un personnage particulier fait son apparition ? La réponse est à portée de clic. C’est vraiment un outil super pratique et dont je ne pourrais plus me passer à présent.

Mais ça n’est pas tout : on peut également y lire des fanfictions, se tenir au courant de l’actualité holmésienne, effectuer une recherche dans l’encyclopédie qui regorge de renseignements sur le Canon et ses personnages, les adaptations et leurs interprètes… C’est donc un outil que l’on peut prendre le temps d’explorer au hasard, en cliquant de lien en lien mais aussi venir délibérément consulter pour effectuer une recherche précise et mettre un peu d’ordre dans son mind attic personnel.

Enfin, on trouve également sur ce site  un certain nombre d’ouvrages en vente car la SSHF gère également les éditions Mycroft’s Brother qui publient pastiches et essais.

Devenir quincailler…

Mais toutes ces ressources que je viens d’évoquer ne sont qu’une infime partie des trésors hébergés sur le site, la partie émergée de l’iceberg !

En devenant membre de la SSHF, vous aurez accès à une partie privée du site abritant des conférences, des interviews, des films complets (dont certains sont pratiquement introuvables ailleurs), des essais, des pièces radiophoniques… Il y a tant de choses à découvrir que je n’en ai même pas encore fait le tour. 

Il y a tellement de choses à explorer qu’il n’est pas toujours évident de s’y retrouver parce que l’on a tendance à vouloir tout découvrir en même temps la première fois. Mais cela vaut vraiment le coup de prendre le temps de venir et de revenir, de farfouiller tranquillement… Pour être totalement honnête avec vous, je suis loin de le faire assez souvent à mon goût et c’est aussi un peu pour me donner un grand coup de pied au derrière que j’ai choisi de rédiger ce numéro des holméseries.

Enfin, en devenant membre, vous recevrez également régullièrement l’Ironmongers daily news dans votre boîte mail. Ce magazine accueille les articles des membres et propose des choses très diverses : annonces, réflexions sur le Canon, critiques d’adaptations… Il permet de ne rien manquer de l’actualité holmésienne et SSHFienne et les parutions sont suffisamment espacées pour que l’on ait le temps de le lire à fond. A noter aussi que l’on retrouve l’intégralité des numéros publiés, avec un sommaire général des articles, dans la partie du site réservée aux membres.

Quant à l’inscription, il n’y a rien de plus simple : elle est gratuite et se fait intégralement en ligne. J’avoue que pour ma part, j’ai assez longuement observé les lieux sans oser m’inscrire. J’imaginais que le SSHF était une espèce  de vieille institution assez austère, peuplée d’un tas de vieux messieurs très dignes et très sérieux et que je n’y avais pas forcément ma place… J’imaginais qu’il y avait un énorme test de valeur terrifiant à passer (façon totémisation) pour être accepté (oui j’ai facilement l’imagination débordante et non je ne vous révèlerais pas la nature des épreuves que j’imaginais) et qu’à mon petit niveau et avec mon goût pour les fanfics un peu olé-olé (elles font même rougir les gens qui lisent par dessus mon épaule… hum…), je n’avais pas grand chose à faire parmi ces gens. Et puis un jour, la curiosité a quand même fini par l’emporter et c’est tant mieux ! Aucun besoin de prouver son pédigré holmésien, l’inscription est vraiment libre et accessible à chacun, qui que l’on soit, quels que soient nos sujets d’intérêt.

je veux aussi ajouter que ce numéro m’a donné l’occasion d’échanger par mail avec l’un des fondateurs, Alexis Barquin, qui s’est montré vraiment adorable et très accessible. Les membres de la SSHF ne doivent donc pas vous faire peur ! Ils sont passionnés et très ouverts alors n’hésitez pas à les contacter directement si vous avez une question à leur poser.

L’inscription au forum est, quant à elle, indépendante. Là encore il y a énormément de sujets abordés et l’on peut facilement se sentir perdu au début. Mais une fois de plus, il suffit de prendre son temps et de revenir régulièrement pour commencer à prendre ses marques même si l’on ne poste pas immédiatement. Je me suis inscrite au forum vraiment très récemment et je ne participe pas beaucoup parce qu’un forum c’est terriblement chronophage et puis parce que c’est quand même un lieu où les interventions sont un minimum réfléchies. Pas besoin d’avoir un Doctorat en études holémsiennes pour participer, hein, mais vous n’y trouverez pas de flood incessant comme cela peut être le cas ailleurs (quel que soit le sujet du forum) et les gens qui prennent la parole essayent d’apporter une opinion ou un propos un peu constructif. Là encore, j’ai observé les lieux un moment, assez intimidée, avant de me décider à m’inscrire et à participer, mais franchement n’attendez pas forcément aussi longtemps que moi, parce qu’on y apprend plein de petites choses et que c’est aussi le moyen d’entrer en contact avec d’autres holmésiens et d’apporter son gravillon à l’édifice.

Voilà, maintenant que vous en savez un peu plus, je vous propose de faire la connaissance d’Alexis Barquin, l’un des membres fondateurs de la SSHF et le responsable de son site internet, qui va éclairer pour nous quelques points particuliers.

Bonjour Alexis et bienvenue sur ce blog. Avant de parler de la SSHF, voici la question que j’aime poser à tous les intervenants de cette rubrique : Comment s’est passé ta rencontre avec Sherlock Holmes ? Ton intérêt pour le consulting detective a-t-il été immédiat ou bien a-t-il mis plusieurs années à se développer ?

Pour ma part, j’ai fait la connaissance de Sherlock Holmes à l’université. Je faisais des études de chimie et le détective était connu pour ses talents en la matière. Et comme les éditions NéO était à deux rues de l’université et publiaient au même moment leur intégrale (pas intégrale) de Conan Doyle… j’ai commencé à lire « Une étude en rouge » mais aussi en parallèle le reste de l’oeuvre de Conan Doyle. Séduit par le détective, j’ai englouti le Canon et vice-versa 🙂

​L’intérêt a été immédiat. En plus, la série Granada passait au même moment sur France 3 et me donnait à voir la représentation exacte que j’avais de Sherlock Holmes. Le clou était enfoncé 🙂

Merci pour ces précisions, Alexis. Nous pouvons donc maintenant passer aux quelques questions que j’aimerai te poser sur l’origine de la SSHF. On trouve bien quelques informations à ce sujet sur le site, mais j’aimerais en savoir plus. Dans quelles circonstances la SSHF a-t-elle vu le jour ?

Après avoir fini le Canon, j’ai tenté de conserver la même exaltation en lisant des pastiches mais cela ne fonctionnait pas, n’est pas Conan Doyle qui veut ^^. J’ai donc voulu connaître d’autres personnes ayant le même centre d’intérêt afin de partager cette passion. A cette époque, il n’y avait pas réellement de sociétés holmésiennes en France mais seulement deux fanzines : « La Troisième tâche » (de Jacques Baudou) et « La Lettre de Baker Street » (de Jean-Marc Faure). J’ai commencé à participer activement à « La Lettre de Baker Street »… Mais en 1991, Jacques Baudou stoppe sa publication et fin 1992 Jean-Marc Faure en fait autant. Les holmésiens français n’avaient plus de média fédérateur !

Thierry Saint-Joanis propose alors ses talents d’édition à Jean-Marc Faure pour prendre le relais de « La Lettre de Baker Street ». Jean-Marc le met donc en contact avec moi, Jean-Pierre Cagnat et Yves-Charles Fercoq. Ensemble nous décidons d’étendre l’idée de fanzine à une vraie société holmésienne de type anglo-saxon (costumes, réunions, publications…). La SSHF était née 🙂

1993 est finalement une date assez récente par rapport à d’autres sociétés holmésiennes dans le monde. N’y avait-il eu aucune autre tentative de la part des holmésiens français de se réunir avant cela ?

Eh non, à ma connaissance, la société des Amis d’Henri Fournaye ne publiait que leur fanzine « La Troisième tâche ». Néanmoins, il y a eu une fois une réunion des abonnés de « La Lettre de Baket Street » à Paris. Nous étions 5 ou 6 🙂

On est aujourd’hui bien loin des 5 ou 6 fans réunis ! Au fil des années, la SSHF a grandi et a sans doute pas mal évolué. Y-a-t-il des événements, des réalisations dont ses membres sont particulièrement fiers, ou qui constituent pour eux des souvenirs exceptionnels ?

En 20 ans d’existence, la SSHF a fait beaucoup de choses (voyages, expos, animations, rencontres… voir son historique sur le site). Elle a tissé de nombreux liens avec ses homologues étrangers dans tous les pays et elle est reconnue par ses pairs anglo-saxons comme une société originale, prolifique, érudite et surtout conviviale.

Il y a de nombreux souvenirs exceptionnels : la rencontre avec Jeremy Brett à Manchester, l’exposition de plusieurs mois à l’Hotel du Louvre, l’inauguration de la statue Sherlock Holmes à Baker Street, le partenariat avec Robert Hossein pour sa pièce La Nuit du crime, les rencontres avec les holmésiens étrangers, nos livres…

C’est assez extraordinaire en effet ! Et l’on ne peut qu’espérer que la SSHF vivra encore de nombreux autres moments de cette envergure. Justement, quels sont les principaux projets de la SSHF pour les mois à venir et comment peut-on se rendre utile ?

Les projets sont nombreux… Nous allons essayer de renforcer notre activité d’édition (papier), ainsi que développer des projets virtuels (créer un musée en 3D, compléter l’encyclopédie sur Conan Doyle, etc).

Nous prévoyons aussi réunions et activités autour des 160 ans de Sherlock Holmes en 2014… Participer au giga-quizz de 200 questions de la John H. Watson Society ! Bref on a de quoi s’amuser 🙂

Pour se rendre utile, il faut s’inscrire et se faire connaître. Chacun peut apporter quelque chose avec ses propres compétences. Les principales qualités sont : la passion et l’envie d’oeuvrer ensemble pour le bien de la communauté holmésienne.

Justement, aurais-tu un petit mot  d’encouragement pour donner envie aux lecteurs de rejoindre la quincaillerie Franco-Midland ?

Notre but est de tisser des liens avec des holmésien(ne)s du monde entier pour travailler ensemble sur des projets passionnants autour de Sherlock Holmes et Conan Doyle.

Novices ou experts, jeunes ou vieux… tout le monde peut trouver (ou même créer) sa place. Chacun peut apporter son idée, nous l’aiderons à la développer si cela sert le bien commun.

Quelques exemples  d’outils « made in SSHF » online et gratuits :
– L’Encyclopédie (1300+ articles, remplissage en cours, le projet est à tout son début^^)
– La Bibliographie française (3000+ Livres/BDs/Journaux/Fanzines référencés)
– Le Canon online (version originale anglaise)
– Le Forum (pour poser vos questions)
– L’Espace bonus pour les inscrits (films, radio, articles, archives)
– The Sherlockian Who’s Who (2000+ holmésiens référencés)

Et pour ceux qui veulent contribuer mais ne savent pas trop comment :
http://www.sshf.com/sshf/contributions.php

Voilà, j’espère que ce sixième numéro vous a plu et vous a donné envie de rejoindre les rangs de la quincaillerie Franco-Midland !

Un grand merci à Alexis Barquin de la SSHF pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Vous êtes un membre actif de la vie holmésienne (auteur, éditeur, cercle holmésien, organisateur d’événements…) et vous souhaitez figurer dans une prochaine édition de ce rendez-vous ? N’hésitez pas à me contacter pour que nous puissions en discuter !

La SSHF : site officiel FacebookTwitterPinterest.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 commentaires sur “Holméseries #6

  1. cela fait plus d’1 an que je connais et suis abonnée à la SSHF !!ET J’ATTEND TOUJOURS AVEC IMPATIENCE DE LIRE LEUR REVUE VIRTUELLE !!!!!!et petit à petit j’y rencontre aussi les personnes que je suit sur le Web, comme quoi «  » les grands esprits se rencontrent «  » bien que je n’en soit pas un !!!!!! c’est un grand bonheur pour moi dont je vous remercie tous d’ailleurs ……. 😀 😉

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s