La mort de Sherlock Holmes – Road Book

Road Book - La mort de Sherlock Holmes

Le Road Book :

Sherlock Holmes ne serait qu’un imposteur ! Un adepte de la drogue ! Les journaux londoniens abondent de lettres qui insultent la mémoire du célèbre détective. Pour le docteur Watson, c’en est trop. Il se décide enfin à raconter la véritable histoire de la mort de Sherlock Holmes.

L’avis du consulting blogger :

J’ai découvert les Road Books pour la première fois, il y a quelques mois à Paris, lors du Salon du livre. J’avais écouté un extrait et j’avais été conquise par le concept totalement original et par le fait que le catalogue contienne déjà deux titres mettant en scène Sherlock Holmes. J’ai finalement profité du concours organisé il y a quelques jours par l’éditeur sur sa page Facebook pour découvrir une oeuvre complète. Bilan, si ça n’est pas tout à fait un coup de coeur, ma première impression est confirmée : les Road Books sont un nouveau support absolument génial pour (re)découvrir des classiques de la littérature.

Ce que j’adore avec ce concept, c’est que, malgré les apparences, un Road Book n’a pas grand chose à voir avec un livre-audio ‘classique’. Un audiobook, ça peut être très sympa, hein, mais trop souvent c’est soporifique au possible : on a l’impression que le lecteur s’ennuie à mourir et n’a qu’une hâte : arriver au bout du bouquin le plus vite possible. Là c’est vraiment tout le contraire : le premier truc ue l’on constate c’est que les personnes intervenant dans la création du Road Book prennent leur temps.

Le texte, ici une adaptation de FINA, n’est pas précipité et surtout ne démarre pas immédiatement. Musique, bruitages… commencent en amont de la lecture pour déjà plonger l’auditeur dans une ambiance particulière. Tout un contexte est ainsi recréé qui permet à l’auditeur d’être ainsi immédiatement plongé dans l’histoire. En fait, c’est tout à fait comme me l’avait présenté le gentilhomme sur son stand au Salon du Livre : un film audio. On entend le bruit des pas, du vent, de l’eau, les portes qui claquent… et tous ces bruits se superposent au texte et on n’arrive plus vraiment à faire la séparation.

C’est vraiment un ensemble qui prend vie et captive l’auditeur, sans pour autant que tous ces stimulis viennent le déconcentrer. Au contraire, on est d’autant plus accroché à l’histoire que tout tend à la faire exister, si bien que l’on oublie tout le reste. On est vraiment totalement immergé et on oublie complètement ce qui se passe autour du nous. Attention donc si vous écoutez votre Road Book avec un casque dans la rue, vous risquez d’oublier de continuer à avancer ou alors de rentrer dans les gens qui arrivent en face de vous… (non pas que ce genre de chose me soit arrivé, bien sûr… aheum…)

Du côté des interprètes, si j’ai été immédiatement conquise par Etienne Grebot en Moriarty et Emmanuel Fumeron en Watson, je dois avouer que j’ai d’abord eu du mal avec la voix de de Thierry Monfray, qui interprète Sherlock Holmes. Je trouvais cette voix trop naïve, insouciante, empreinte de jeunesse pour un tel personnage. Et cela me perturbait un peu. Les intentions sonnaient juste, mais pas le timbre de la voix (je reconnais qu’il s’agit là d’un ressenti vraiment très personnel, qui ne sera pas forcément le vôtre).

Du coup, j’appréhendais assez la fin de l’oeuvre : la lecture de la lettre laissée par Holmes à Watson. J’attendais vraiment ce passage au tournant et finalement, cela a été une bonne surprise. Je ne craignais qu’une chose : qu’on nous inflige un truc larmoyant et dégoulinant d’émotion. Heureusement, Sherlock Holmes rest très sobre, presque froid et détaché comme on l’attend du personnage et le résultat en est d’autant plus touchant, parce que cette lettre, laissée par un type qui prétend être au-dessus des émotions est juste très belle. Et franchement, j’ai trouvé ce passage, très bien géré, avec beaucoup de délicatesse. A tel point que dans les derniers instants, le timbre très particulier de la voix de Sherlock Holmes ne m’a plus tant dérangée que cela.

Bref, je suis définitivement conquise par le concept des Road Books ! Le résultat est original et captivant et j’espère vraiment que de nombreux textes du Canon continueront à être adaptés sous cette forme.

Ecouter un extrait sur le site officiel Road Books

Acheter le Road Book sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 commentaires sur “La mort de Sherlock Holmes – Road Book

  1. sheherazade2000 dit :

    intéressant comme concept, je note 🙂

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s