Le train de la mort – Roy William Neill – 1946

Sherlock Holmes - Le train de la mort

(film vu en VOSTFR)
(titre VO : Terror by Night)

Le film :

Lady Carstairs doit prendre le train en compagnie d un diamant aussi énorme que précieux. Son fils Roland embauche alors Sherlock Holmes accompagné de Watson pour assurer sa protection. Sauf que Roland a pris le diamant, qu il est assassiné et que la pierre disparaît…

L’avis du consulting blogger :

Malgré l’intervalle de temps entre la publication des deux billets, j’ai découvert ce film très peu de temps après L’arme secrète. Si j’étais loin d’avoir eu un coup de coeur pour ce dernier film, je l’avais quand même trouvé plaisant au point de vouloir découvrir le reste de la série et puis je voulais élucider au plus vite la question du cadre temporel posée dans le billet ci-dessus.

Sur ce dernier point, j’ai très rapidement eu ma réponse, comme expliqué dans les commentaires sur le précédent billet : ce sont l’ensemble des personnages et de l’univers holmésiens qui ont été transposés à l’époque du tournage. Une sorte de Sherlock des années 1940s, quoi. Finalement, il n’y a rien de nouveau sous le soleil… Une fois cette précision obtenue, j’étais justement plus à même d’apprécier la réussite ou non de la transposition, et je dois dire que le résultat est convaincant. On reconnait les personnages et ils nous entraînent le plus naturellement du monde dans leur époque. Pour un peu, on croirait presque qu’ils ont véritablement vécu au milieu du XXème siècle. D’autant plus que je n’ai pas noté d’anachronisme comme cela a pu être le cas dans L’arme secrète.

Bon, les personnages sont un poil âgés à mon goût et Watson est toujours aussi stupide que dans le précédent épisode, mais finalement ça m’a un peu moins dérangée que la dernière fois. Tout d’abord, parce que je savais par avance à quoi m’attendre, du coup il y avait moins matière à déception sur ce point. Mais surtout, parce que la dynamique du duo est excellente. Il y a vraiment une complicité entre Holmes et Watson qui ressort très, très bien et du coup, cela estompe un peu les défauts dans la représentation individuelle des personnages. J’aime beaucoup les interractions du duo Basil Rathbone / Nigel Bruce : les répliques rebondissent et ils fonctionnent bien ensemble. Je pense que cela est dû en partie au grand nombre de tournages qu’ils ont partagé sur cette série. D’ailleurs, cela pourrait être intéressant de visionner les films dans l’ordre pour voir justement comment la dynamique du duo évolue au fil du temps et des épisodes.

Pour en venir maintenant à l’intrigue de ce film, je l’ai largement préférée à celle de L’arme secrète. J’ai adoré cette ambiance de husi-clos à l’intérieur d’un train. On a l’impression que personne n’est vraiment innocent, que tout le monde a quelque chose à cacher. Côté ambiance, cela fait terrrrriblement penser au Crime de l’Orient-Express et c’est génial (que l’on me pardonne, je suis également poirotphile à l’occasion). Et puis, il y a une vraie enquête à mener et si l’identité prise par le coupable est rapidement évidente pour le spectateur, ça n’est pas très grave parce que l’on prend beaucoup de plaisir à suivre le déroulement de l’enquête, à voir ce pauvre Watson se couvrir de ridicule tandis que Holmes, fait évidemment preuve une fois de plus d’une grande finesse, avec la complicité de Lestrade. Et puis comme la dernière fois, il y a tout un tas d’allusions au Canon une fois de plus bien sympathiques à découvrir. Ainsi on identifie, entre autres, quelques traits du Signe des Quatre et de La disparition de Lady Frances Carfax dans l’affaire à laquelle se trouvent confrontés Holmes et Watson.

Bref, si j’étais juste un poil déçue de ne pas appercevoir ne serait-ce qu’un instant le 221B, j’ai quand même beaucoup aimé cet épisode, d’avantage que le précédent en fait, et je compte bien poursuivre ma découverte de la série. Seul regret, les sous-titres sont toujours aussi mauvais…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

7 commentaires sur “Le train de la mort – Roy William Neill – 1946

  1. belette2911 dit :

    Bon, faudra vraiment que je trouve le temps de me visionner cette série ! 😉

    J'aime

  2. Dorothée dit :

    C’est le probleme avec la serie des Rathbone, Watson est Balourd ! ce que BBC Sherlock et aussi les films de Guy Richie ont corrige. Watson est un ancien soldat, il doit etre energique ! franchement 🙂

    J'aime

    • Méloë dit :

      En parlant de Guy Ritchie, c’est l’une des seules choses que j’ai aimées dans son film : son Watson malin et au caractère fort. C’est suffisamment rare pour mériter d’être souligné !

      J'aime

      • Dorothée dit :

        On peut lui accorder ca ! et le fait que son Sherlock soit un homme d’action, car (comme Aurelia me l’a fait remarque… rendons a Cesar ! 🙂 ), dans beaucoup d’adaptation, il est seulement cerebral, alors que les livres prouvent qu’il peut de temps a autre faite le coup de poing, et il y a aussi le tisonnier de « la bande mouchetee ».
        Pour le reste, c’est comme pour le Lupin de Salome : peut-mieux-faire-tres-facilement (la BBC l’a prouve !)

        J'aime

  3. […] pouvez commencer, comme moi, par la chronique de notre Consulting Blogger éclairé sur le film Le Train de La Mort, et ensuite, l’aventure mes amis, puisque, The Game is back on  😉 […]

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s