Sherlock Holmes dans la bande-dessinée – Philippe Tomblaine

sherlock holmes dans la bande dessinee - Philippe Tomblaine
Le livre :

Est-il possible d’adapter Sherlock Holmes en Bande Dessinée ? Cet ouvrage tente de répondre à cette question à travers un panorama – non exhaustif – des différents ouvrages de Bande Dessinée mettant en scène le héros de Conan Doyle.

L’enquête de Philippe Tomblaine, sur les traces du détective le plus célèbre du monde dans le 9e art, s’avère passionnante, digne de son sujet central. Elle montre comment les auteurs actuels ont su se glisser dans les différentes pistes du renouveau holmésien, comme en témoignera un large dossier d’entretiens inédits.

Suivre le détective au fil des cases, dans les ruelles brumeuses de Londres, c’est aussi en retracer la silhouette, à la fois célèbre, populaire et inconnue : le plus grand mystère de Holmes demeure à l’évidence lui-même, c’est élémentaire…

L’avis du consulting blogger :

Cet ouvrage est arrivé totalement par surprise à la maison, il y a quelques semaines. Au terme d’une enquête minutieuse, j’ai découvert que les coupables seraient une certaine Dorothée (la complice d’Arsène Lupin) ainsi qu’Aurélie de chez l’àpart éditions

Je dois dire, qu’en dehors des quelques titres déjà chroniqués ici ou sur Le boudoir, je ne suis pas du tout une spécialiste de la BD, même quand il s’agit de Holmes. Bien que j’essaye justement depuis quelques temps de combler mes lacunes dans ce domaine, c’est un support littéraire qui m’a longtemps laissée assez indifférente. J’ai bien lu quelques classiques de la BD franco-belge étant enfant et quelques manga à l’adolescence, mais c’était à peu près tout… jusqu’à ce que j’emménage à quelques mètres d’une librairie spécialisée dans la BD et aux vendeurs fort bons conseillers. A partir de ce moment-là, sans totalement bouleverser mes habitudes, j’ai commencé à faire quelques découvertes et surtout à me montrer de plus en plus curieuse. Et bizarrement (hum…), lorsqu’il a fallu faire un choix face à la diversité des titres édités chaque année, c’est vers les ouvrages holmésiens que je me suis d’abord tournée.

Du coup, cet ouvrage de Philippe Tomblaine est arrivé à pic pour la débutante que je suis ! Et si je n’ai pu m’empêcher d’y relever quelques défauts, il n’en reste pas moins une assez bonne référence de base pour tous les novices. En effet, si j’ai repéré quelques titres déjà en ma possession et d’autres dans ma wish-list, j’ai surtout noté un nombre incroyable de références à découvrir. Alors l’auteur le dit bien en début d’ouvrage, la liste qu’il établit au fil des pages est loin d’être exhaustive, mais il y a déjà de quoi faire ! Un spécialiste de la BD holmésienne risque de trouver la sélection effectuée un peu trop classique à son goût et connaît sans doute bien d’autres titres, mais pour débuter c’est formidable. D’autant plus que pour de nombreux titres on a droit à la couverture ainsi que quelques planches, histoire de se faire une idée du trait et du ton de la chose. C’est vraiment un bon point pour cet ouvrage, car le lecteur peut ainsi plus facilement effectuer une pré-selection personnelle parmi les titres présentés.

Un autre point intéressant réside dans le fait que Philippe Tomblaine présente les ouvrages sélectionnés, chapitre après chapitre (aux titres évoquant diverses aventures du Canon), selon deux axes : chronologique et géographique. On voit ainsi l’évolution de la BD holmésienne, ou plutôt ses évolutions parallèles dans le monde franco-belge et dans le monde anglo-saxon. Et là on réalise que dès le départ, le personnage n’a pas subi le même traitement du tout de chaque côté de l’Atlantique. J’ai vraiment apprécié cette comparaison géographique. Cette mise en relation est très intéressante et m’a donné une grande envie d’aller constater  ces divergences par moi-même.

En revanche, l’aspect chronologique est un peu moins folichon. Autant c’est intéressant d’étudier l’évolution ddu personnage et de son traitement dans le temps, autant, l’accumulation de dates, de titres et de noms d’auteurs, d’illustrateurs, d’éditeurs… devient assez rapidement rasoir. Impossible de tout retenir. On finit même par décrocher un peu. Bon heureusement, vers la fin la lecture devient plus fluide puisque l’accumulation laisse place à une sélection plus restreinte. Alors certes l’auteur fait du coup des impasses, mais au moins on a vraiment le temps de s’attarder sur les séries qu’il choisit de présenter. D’autant plus que lorsque cela lui a été possible, Philippe Tomblaine a interviewé auteurs et/ou illustrateurs qui parlent de leurs travaux et du coup s’ils ne livrent pas d’information révolutionnaire sur le personnage, ils donnent tout de même (généralement) encore plus envie de découvrir les ouvrages en question. Ces interviews offrent des coupures bienvenues dans la chronologie parfois un peu aride de l’histoire de la BD holmésienne.

Enfin, il y a un dernier point un peu problématique : l’ouvrage date de 2011. Il n’a que deux ans et pourtant il y a déjà eu pas mal de changements, des nouveautés qui n’ont pas eu leur place dans l’ouvrage… La production ‘bdéesque’ est aujourd’hui tellement rapide et abondante que par certains aspects cet ouvrage est déja dépassé. C’est un petit peu dommage, mais en même temps, je reconnais qu’il n’y a pas grande solution à ce problème… Peut-être l’ajout de quelques pages blanches en fin d’ouvrage, à la suite de la bibliographie fournie, afin que le lecteur puisse la compléter au fil des sorties et de ses découvertes ?

Bref, un bel ouvrage richement illustré et gorgé de références pour de futures découvertes. A réserver tout de même de préférence aux débutants puisque les spécialistes risquent de rester un peu sur leur faim. Pour ma part, j’ai appris beaucoup de choses. Merci Dorothée et Aurélie !

Acheter le livre sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 commentaires sur “Sherlock Holmes dans la bande-dessinée – Philippe Tomblaine

  1. Dorothée dit :

    Avec Sherlock, les choses bougent très très vite!
    J’aimerai qu’elles bougent un peu plus avec Lupin, tiens! (Hors sujet, je sais… mais de temps à autre, j’adore me plaindre 😉 ).

    J'aime

  2. belette2911 dit :

    Je l’ai aussi, lu, c’est vrai que parfois, on décroche un peu, je l’ai lu petit à petit, ce qui fait que j’ai eu le temps d’oublier des tas de détails, j’aurais dû le lire avec un carnet, mais j’aurais pris tellement de note que j’aurais un épais carnet.

    Inconvénient, le monde de la bédé bouge très vite et l’ouvrage sorti, il est déjà dépassé ! Mais j’ai bien aimé le livre, j’ai appris des choses.

    J'aime

  3. […] encore et toujours – de la BBC – pour la chronique de Mademoiselle Méloë, c’est ICI). En un peu plus d’un siècle, il y en a eu de l’encre qui a coulé : suites, […]

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s