Qui a tué Sherlock Holmes ? – Kenneth Fink – 2004

Les experts - saison 5

(Les experts – S05E11)
(épisode vu en anglais)
(titre VO : CSI – Who Shot Sherlock?)

L’épisode :

Un groupe d’holmésiens se réunit régulièrement, en costume, pour résoudre des énigmes et discuter du Canon. Mais un soir, leur Sherlock Holmes, chez qui les réunions ont lieu, est retrouvé assassiné dans sa cave aménagée en 221b Baker Street grandeur nature.

Qui de Moriarty/Josh Frost (Sebastian Roché), d’Irene Adler/Kay Marquette (Catherine Dent) ou de John Watson/Nelson Oakes (Rod McLachlan) a tué Sherlock Holmes/Dennis Kingsley (Ted Rooney) ? A moins qu’il ne s’agisse d’un suicide ?

Un extrait :

L’avis du consulting blogger :

Tout a commencé lorsque The Well-Read Sherlockian a posté cette photo de Dennis Dobry, un sherlockien ayant reconstitué le 221b Baker Street grandeur nature dans sa cave, sur sa page Facebook. Epoustouflée par le travail de Mr. Dobry, je suis allée lire les commentaires sous la photographie et j’ai appris l’existence d’un épisode des Experts qui auraient vraisemblablement été inspiré par cette reconstitution malgré les dénégations (très crédibles…) de la production. J’ai beau ne pas du tout être fan des Experts, aussitôt la nouvelle apprise je n’ai pas hésité un instant avant d’aller à la recherche de l’épisode en question.

Bilan, mon opinion globale sur la série n’a pas changé, mais j’ai quand même beaucoup aimé cet épisode. Alors bon, l’intrigue est toujours aussi inutilement alambiquée que dans mes souvenirs de la série et les enquêteurs sont incapables de réfléchir sortis de leurs analyses/expérimentations hyper coûteuses et pas du tout réalistes, mais à raison d’un épisode à la fois, ça passe.

Surtout que j’ai trouvé qu’il était assez drôle et que les scénaristes avaient vraiment bien su tirer parti du thème choisi. Parce que si tous les clichés que l’on peut coller aux holmésiens sont là : réunions en costume, consommation d’aliments typiquement anglais (sur lesquels on insiste assez lourdement histoire d’être certains que les spectateurs l’ont bien remarqué…), accent britannique surfait histoire de se donner un air (et petite vanne au passage quand on découvre que Josh/Moriarty est vraiment anglais et donc ne peut pas arrêter de parler avec un acccent anglais), folie douce et légère déconnexion de la réalité pour mieux oublier leurs petites vies médiocres… et si les nombreuses références sont souvent sur-expliquées (comme la signification du pseudonyme ‘Reichenbach’ choisi par un enchérisseur sur le net), il y a aussi tout un tas de petites choses un peu plus subtiles à repérer qui sont très sympathiques.

J’ai par exemple adoré l’idée que la recherche du tueur soit basée avant toute chose sur l’identification des cendres de tabac trouvées sur la scène de crime. Alors ça n’est pas le seul élément étudié, mais c’est réellement lui qui conduira au tueur et là pour le coup, il n’ y a pas plus de précisions que cela d’apportées. Tant mieux pour le spectateur qui savoure la référence et tant pis pour les autres. J’ai trouvé ça très chouette parce que c’est le moyen parfait d’intégrer une référence moderne au Canon (tout en prouvant au Dr. Watson que la monographie de son ami a visiblement trouvé un pulic intéressé ! ) et de rappeler que les travaux de Holmes dans le domaine de l’expertise médico-légale sont posé les bases des méthodes appliquées par nos experts modernes, qu’ils agissent à la télévision ou pas.  Franchement, cela a été la bonne surprise de l’épisode.

L’ambiance de l’épisode fait aussi un peu penser à un roman d’Agatha Christie ou à une partie de Cluedo : un nombre restreint de suspects représentant chacun un personage-type. On a l’impression de ne jamais vraiment quitter le jeu de rôle vécu par les 4 protagonistes et ça donne une ambiance très particulière à l’épisode qui m’a beaucoup plu. On se croirait dans l’une des énigmes qu’ils se soumettent l’un l’autre lors de leurs réunions hebdomadaires. Comme si l’un d’eux avait juste passé le niveau supérieur en commettant un vrai meurtre et que finalement les autres n’étaient pas plus émus que cela et continuaient de vivre cela comme un grand jeu, un simple défi de plus.

J’ai juste regretté que l’on ne passe pas plus de temps dans la cave de Dennis/Sherlock Holmes parce que les décorateurs ont visiblement fait un superbe travail de reconstitution et cela aurait été chouette d’en profiter un peu plus longuement. C’est vraiment dommage de ne pas avoir d’avantage mis ce décor à profit. J’aurais bien aimé que la résolution de l’énigme s’y déroule : que l’on pousse la référence à Agatha Christie jusqu’au bout en réunissant tout le monde dans ce salon au décor surranné avant d’expliciter le secret de chacun et de dévoiler l’identité du coupable.

Bref, un épisode franchement sympathique qui a bien su utiliser l’ingrédient holmésien. Pas un incontournable à ne surtout pas manquer, mais une curiosité à regarder quand on en a le temps.

Le site officiel de la série.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

7 commentaires sur “Qui a tué Sherlock Holmes ? – Kenneth Fink – 2004

  1. sheherazade2000 dit :

    ça y est, à présent j’ai envie de revoir « CSI » ! 😀

    J'aime

  2. belette2911 dit :

    Ma soeur est tellement fan de CSI Las Vegas qu’elle te cite des dialogues entier et que lorsqu’elle voit des images qui passent à la télé, elle te donne le titre de l’épisode, saison et numéro compris.

    J’aime bien mais mon vice est ailleurs. Par contre, cet épisode, je l’ai vu au moins trois fois. Le révolver dans la cheminée, hein, avec un élastique, style « le pont de Thor » ou alors je confonds ?

    Waouououu, le salon dans la cave !!! super ! J’aimerais bien le même, je me demande combien ça peut couter pareille réplique, surtout pour les meubles… magnifique !

    J'aime

    • Méloë dit :

      C’est bien cela pour le revolver, tu ne confonds pas.

      Je n’ose pas imaginer le prix d’une telle reconstitution… mais ça fait rêver !

      J'aime

      • belette2911 dit :

        Je ne me sens plus. J’ai laissé des litres de bave sur mon pauvre clavier.

        C’est dans cet épisode que le petit blond (ma soeur me tuerait si elle apprenait que je ne connais plus le nom de cet expert, celui qui était souvent au bureau) découvre le flingue dans la cheminée…

        J'aime

  3. Manette dit :

    Moi je suis enthousiaste de CSI à long terme et même avant que je savais aucun chose sur Sir Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes j’aimais beaucoup cet épisode! Il est très élégamment réalisé! Le personnage de Gil Grissom, l’enquêteur principal, semble un peu influencé par Sherlock Holmes.

    J'aime

    • Méloë dit :

      Ce que tu dis de Gil Grissom, le rend tout de suite beaucoup plus intéressant à mes yeux. Peut-être que je vais me laisser tenter et regarder d’autres épisodes, alors.

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s