Le dossier Raboukine – Djian, Legrand & Etien

Les Quatre de Baker Street 2 - Le dossier Raboukine de Djian, Etien et LegrandLa BD :

Londres, 1890. Billy, Charlie et Black Tom sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain… Sherlock Holmes.

Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar…

Nos protagonistes vont avoir fort à faire pour déjouer machinations, trahisons et mauvais coups…

L’avis du consulting blogger :

J’avais tellement aimé le premier volume des Quatre de Baker Street, série découverte en début d’année, que je n’ai pas attendu bien longtemps avant d’aller chercher ce volume chez mon libraire BD préféré. Cependant, une fois acheté, je n’ai pas eu envie de me plonger immédiatement dedans. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais il y a des livres qui ont besoin, comme cela, de mariner un peu dans ma PAL avant que vienne le moment de s’y plonger.

Anybref, l’autre soir en rentrant de stage, après avoir passé la journée à dépouiller des actes de decès datant du XVIIème siècle, j’ai eu envie me plonger dans cette BD, histoire de retrouver Sherlock Holmes sans pour autant me lancer dans un gros truc. Epuisée, je ne l’ai même pas lu d’une traite, mais ai repris ma lecture dès le lendemain matin, avant de repartir bosser.

Bilan, même si j’ai un poil moins aimé l’intrigue de ce volume, la magie a de nouveau opéré et je vous le donne en mille… je veux maintenant découvrir les deux tomes suivants ainsi que Le monde des Quatre de Baker Street qui vient juste de sortir.

Le fait est que j’ai trouvé l’intrigue un poil complexe à mon goût pour un si court volume. Alors il y a des rebondissements, du suspense et tout mais j’ai trouvé la fin un peu brouillonne avec ses ellipses. J’aurais aimé que les auteurs aient la place de tout expliquer plus en détail, de nous montrer tous les éléments du dénouement. J’ai vraiment trouvé la fin abrupte et cela m’a chagrinée. Et puis, je dois reconnaître aussi que l’histoire russe, ça n’est pas particulièrement ma grande passion. Du coup, je n’ai jamais vraiment été tenue en haleine non plus.

Mais en dehors de cela, j’ai tout de même vraiment beaucoup aimé ce volume. J’ai retrouvé avec plaisir le trait si expressif qui m’avait déjà tant plu dans le volume précédent et comme côté couleurs je savais à quoi m’attendre, les ocres toujours très présents m’ont un peu moins dérangée. En plus, on a droit dans ce volume à une double page toute en nuances de bleus absolument sublime. Je suis restée bloquée dessus à la contempler pendant au moins dix bonnes minutes.

Et puis un truc que j’ai trouvé vachement mieux fait que dans le tome 1, c’est la façon dont le cadre historique est introduit. Plus de remarques artificielles sur l’Angleterre victorienne. On observe la vie se dérouler tout simplement. Et quand il s’agit de nous montrer et expliquer des choses sur l’histoire de la Russie à cette époque, les auteurs arrivent à le faire très naturellement. On découvre les informations au détour d’un discours ou de paroles échangées par les personnages de façon tout à fait spontanée. Cela rend l’ensemble beaucoup plus fluide et c’est vraiment l’une des grosses améliorations de ce tome. Alors que, comme je l’expliquais, le thème ne m’emballait pas plus que ça, les auteurs ont réussi à me donner envie de retenir les choses apprises dans ce volume.

Enfin, du côté des personnages, j’ai adoré retrouvé les Francs-tireurs. J’aime être témoin de leur amitié, de leurs chamailleries, de leur vie quotidienne autant que de leurs aventures… Et puis dans ce volume, on découvre (brièvement) comment ils sont devenus les assistants de Sherlock Holmes. Ce dernier n’apparaît une fois de plus qu’à la toute fin de l’épisode mais ça n’est pas gênant. Justement, parce que les vrais héros de cette BD, ce sont les Irréguliers et ce sont eux que l’on veut voir enquêter. Et franchement ce rendez-vous avec Holmes, Watson et Mrs Hudson en fin de volume me suffit amplement. Les personnages sont toujours aussi fidèles à l’image que j’ai d’eux et c’est chouette.

Côté personnages propres à l’épisode, et cela a sans doute grandement joué sur le petit manque d’intéret que j’ai éprové pour l’intrigue, j’avoue ne pas avoir été particulièrement touchée par les Russes impliqués dans le dossier Raboukine. En revanche, je commençais à beaucoup apprécier le libraire anglais et je ne m’attendais pas du tout à SPOILER : ce qu’il décède dans l’attentat contre sa boutique. Cet événement est d’ailleurs tellement brusque et violent qu’il agit vraiment comme un électro-choc.

Bref, malgré une intrigue pas totalement à mon goût, cette deuxième rencontre avec les Quatre de Baker Street s’est avérée largement aussi chouette que la précédente. Vivement que le prochain volume rejoigne mes étagères !

Les Quatre de Baker Street : le tome 1.

Acheter le livre sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

3 commentaires sur “Le dossier Raboukine – Djian, Legrand & Etien

  1. belette2911 dit :

    J’ai adoré tous les tomes de la série, mais le 4 est mon chouchou… assez sombre, prenant, suspense, bref, le cocktail Molotov de ma soirée.

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s