L’étrange cas du Docteur Watson et de Sherlock Holmes – Conan Loyde

L'etrange cas du docteur Watson et de Sherlock Holmes - Conan LoydeLa nouvelle :

P.S. : si un autre lecteur tombe sur ce manuscrit, cela signifiera que nous avons échoué. Que j’ai échoué. J’espère de tout cœur qu’on ne me tiendra pas rigueur d’avoir été, selon toute vraisemblance, à l’origine de la disparition de mon meilleur ami et compagnon d’aventures, le plus grand détective de tous les temps, Sherlock Holmes.

Prenez deux héros victoriens, une enquête apparemment sans queue ni tête, un étrange professeur, quelques substances illicites, une pincée de K. Dick et deux gouttes d’Asimov et vous aurez la recette d’une nouvelle évidemment fantastique.

L’avis du consulting blogger :

Alors que j’en avais entendu parlé il y a déjà pas mal de temps, ça n’est finalement qu’hier, à l’occasion de l’anniversaire de Sherlock que j’ai pris le temps de lire cette nouvelle. Je voulais absolument lire quelque chose d’holmésien pour marquer l’occasion mais ne voulais pas me lancer dans l’un des ouvrages peuplant mes étagères dans la mesure où j’avais déjà un en-cours assez prenant et un programme de lecture plutôt chargé pour le mois.

Anybref, j’ai donc cliqué sur le fichier abritant cette nouvelle et je me suis laissée embarquer dans cette histoire totalement étrange mais absolument géniale. D’ailleurs, juste un point de détail en passant, autant je suis attachée aux livres de papiers, autant cette nouvelle n’aurait indéniablement pas la même saveur lue sur du papier. Il faut là lire à l’écran, et si comme moi, vous ne possédez ni tablette, liseuse ou je ne sais quelle autre invention du diable, votre bon vieux PC ou Mac fera l’affaire. Le texte étant relativement court : moins de 30 pages, les yeux n’ont pas le temps de souffrir. Mais je digresse encore… Bref, cette fois-ci, c’est pour de bon, parlons de ce texte.

Bien que le titre semble assez explicite, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en entamant ce texte (dois-je vous rappeler encore une fois que je ne lis pour ainsi dire jamais résumés et quatrième de couverture avant d’ouvrir une livre? ) et le premier point qui m’a marquée, c’est que si je ne pouvais pas encore juger de la qualité de l’intrigue, j’ai immédiatement entendu parler les personnages avec leurs voix habituelles ce qui ne m’arrive pourtant pas souvent. Je m’explique : pour moi, Sherlock et John ont toujours eu des voix bien particulières, qui n’ont strictement rien à voir avec celles de leurs divers interprètes. Depuis ma première découverte du Canon, ils ont chacun une voix propre, qui leur appartient, rythmée par leurs choix de vocabulaire, la syntaxe de leur phrase, et tout un tas de choses beaucoup plus subjectives comme leur personnalité, leur physique, leur respiration… (merci de ne pas appeler les hommes en blanc, je vais parfaitement bien) Et là, c’était vraiment bluffant parce que vraiment dès les premières lignes, les personnages (un poil plus John que Sherlock, d’ailleurs) parlaient avec la ‘bonne’ voix : j’avais donc bien affaire à mes personnages favoris et non à une vulgaire imitation.

Ensuite, pour ce qui est de l’intrigue… Celle-ci est vraiment très, très étrange et demande d’être plutôt ouvert d’esprit, de ne pas avoir de mal à voir coexister plusieurs dimensions et réalités, mais elle m’a personnellement beaucoup plu. J’ai vraiment réussi à y croire, à en saisir et suivre la logique. Le texte est court mais tout se met bien en place. Il ne reste aucun loose ends to tie up (on dit comment en français ? ) et j’adore le fait que la solution ne soit pas blatantly obvious (oui j’ai du mal avec le français en ce moment, et en plus quand je parle anglais je redonde… achevez-moi !) mais qu’on puisse choisir (ou pas d’ailleurs) entre plusieurs explications possibles. Le mystère est résolu mais en même temps cette résolution est ouverte et j’aime beaucoup ça.

Enfin, le truc génial de cette nouvelle, c’est les très nombreuses références à la littérature du XIXème siècle, et d’ailleurs, avec sa chute qui boucle parfaitement la boucle, réussissant à suprendre le lecteur tout en le ramenant au début du texte, je trouve que l’histoire a presque un petit goût XIXème. Alors certes, certains ingrédients seraient anachroniques, mais pas plus que ceux que l’on peut trouver dans des romans d’anticipation de l’époque. C’est un texte drôle et étonnant qui vous fait passer tout naturellement d’une époque à l’autre sans que cela accroche nulle part.

Bref, vous l’avez compris, j’ai simplement adoré cette nouvelle. Elle n’aurait jamais sa place dans le canon (pour des raisons évidentes quand vous l’aurez lue), mais joue avec ce dernier de façon intelligente et met en scène les personnages de façon très crédible. Un court texte à découvrir, surtout que son prix n’est vraiment pas un obstacle.

Acheter le livre sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

12 commentaires sur “L’étrange cas du Docteur Watson et de Sherlock Holmes – Conan Loyde

  1. niki dit :

    aaaaaaaaargh, ma vie est finie ! je n’ai pas d’ebook et je n’en veux pas 😀
    même pas pour sherlock

    J'aime

    • Méloë dit :

      Ca au moins, c’est le cri du coeur !
      J’avoue que je ne suis pas fan de la lecture en numérique, mais bon quand il n’ y a pas de version imprimée, je fais un petit effort et je lis sur mon écran d’ordi.

      J'aime

  2. J’ai croisé d’autres billets sur cette nouvelle et je crois qu’il faut VRAIMENT que je la lise *__*. L’idée d’une intrigue barrée et bien monté me plait beaucoup.

    Je me permet aussi de te mettre le lien sur la fanfic que j’ai écrite sur la série Sherlock BBC. Vu que tu m’as l’air d’être franchement « calée » sur le sujet, j’aimerai bien avoir ton avis sur le réalisme du personnage de Watson.
    Le machin en question :
    http://etang-de-kaeru.blogspot.fr/2013/01/fanfiction-sur-la-serie-sherlock-bbc.html

    J'aime

    • Méloë dit :

      N’hésite pas, c’est une nouvelle que j’ai vraiment beaucoup aimé.

      Quant à ta fanfic, figure-toi que le lien vers le permier épisode traine dans mes favoris depuis… fort fort longtemps. Je l’avais repérée sur Hellocoton. Je ne sais pas si on peut dire que je suis « calée » mais il faut vraiment que je prenne le temps de la découvrir, alors ! Promis, je tâche de faire cela ce week-end, dès que j’en aurais fini avec les partiels (que je ferais sans doute mieux de préparer plutôt que de bloguer…). Comme je suis très très faignante, tu n’en n’aurais pas une version au format PDF, par hasard? Sinon, c’est pas grave, hein, je passerai la lire sur ton blog.

      J'aime

  3. Luthien dit :

    Cette nouvelle a l’air chouette dis donc !

    J'aime

  4. belette2911b dit :

    Bonsoir,

    Comme quoi, la taille de la nouvelle ne fait pas tout, elle peut être petite et bien faite. Hum… esprit mal tourné…

    Je l’ai lue aussi, l’auteur m’avait contacté via le site Babelio pour faire la pub de son e-book : une critique après une lecture.

    Moi non plus je ne suis pas trop fan des livres numériques (sont pas encore assez performants pour moi) et je n’en possède pas. L’affaire aurait dû être pliée mais l’auteur m’a expliqué comment faire pour obtenir l’option Kindle sur le PC. Je l’ai fait et j’ai donc lu le livre numérique, ce que je regrette pas, l’historie étant originale et la fin… surprenante.

    Donc, si vous avez un compte Amazon, vous pouvez obtenir l’icône Kindle et vous faire tout le canon holmésien pour presque rien ! en numérique, of course.

    Bonne soirée

    J'aime

    • Méloë dit :

      TU as l’esprit mal tourné, pas moi :p Je n’ai strictement vu aucun double-sens dans ta phrase :p

      Tu es vachement plus portée que moi vers la technologie. Perso, j’ai choisi la version PDF du fichier sur Syllabaire et ça va très bien comme cela.

      Je note cependant l’astuce pour des fichiers qui n’existeraient qu’au format Kindle.

      J'aime

  5. sybille dit :

    Super chronique !! ça m’a donné envie de découvrir cette nouvelle

    J'aime

  6. cecile83 dit :

    Tu m’avais donné follement envie. Je possède la liseuse. Je voulais télécharger la nouvelle pour le lire ce soir. Mais ma liseuse n’est pas un kindle 😦 et autant je veux bien lire sur une liseuse mais pas sur mon ordi … (il y a aussi une imitation de 50 shades of grey avec sherlock pour le kindle et même ça ne m’a pas décidé à lire sur mon ordi). Tout cela pour dire que c’est dommage ! Sinon le anybref me fait beaucoup rigoler !

    J'aime

    • Méloë dit :

      Si tu vas chez Syllabaire (le 2nd lien), il y a plein de formats au choix pour le téléchargement 😉

      Et le Anybref, n’est pas de moi à la base, mais je l’aime beaucoup et je l’utilise assez souvent.

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s