L’ombre de la mort – Andrew Lane

L'ombre de la mort - Andrew Lane

(livre lu en français)
(titre VO : Death Cloud)

Le livre :

Londres, 1868. Sherlock Holmes a 14 ans. Après une année dans un pensionnat qu’il n’apprécie guère, Sherlock espère passer ses vacances en famille. Mais son grand frère Mycroft vient le chercher et lui annonce qu’il passera l’été chez un vieil oncle dans le Hampshire.

Mais loin de la tranquillité de la campagne, il découvre son premier meurtre, son premier enlèvement et avec ses amis Virginia (la fille de son tuteur) et Matty (un jeune garçon abandonné), il s’apprête à déjouer son premier complot. Quand Sherlock s’est retrouvé embarqué dans l’enquête, il ne pensait pas frôler la mort d’aussi près…

L’avis du consulting blogger:

C’est donc avec Sherlock Holmes que j’ai choisi d’ouvrir cette nouvelle année bloguesque car j’ai décidé que 2013 serait une année holmésienne aussi bien dans ma vie en ligne qu’IRL. Attendez-vous donc à découvrir des contributions de plus en plus régulières sur le sujet. Je vous prépare également un rendez-vous mensuel un petit peu particulier dont vous découvrirez le premier numéro le jour de l’anniversaire de Sherlock (le 6 janvier, pour les mécréants qui n’auraient pas retenu cette date). Mais assez bavardé et passons à mon avis sur ce premier volume d’une série nous dévoilant l’adolescence de Sherlock Holmes. Je tiens au passage à remercier Brigitte des éditions Flammarion pour l’envoi des deux premiers volumes de cette série découverte lors du dernier SLPJ à Montreuil.

Le fait est que si j’ai immédiatement trouvé que Flavia ferait une bonne version ado de Sherlock, je n’avais encore jamais lu de roman mettant réellement en scène un jeune Sherlock Holmes. J’étais assez curieuse de voir ce que cela pouvait donner et j’ai finalement beaucoup aimé ce premier volume, malgré une ou deux petites choses qui m’ont un poil moins convaincue que le reste.

Le premier point qui m’a marquée est l’effort fait par l’auteur pour créer un cadre vivant et détaillé. Les descriptions sont suffisamment nombreuses pour que le lecteur n’ait aucun mal à se représenter l’univers dans lequel évoluait un jeune homme dans la seconde moitié du XIXème siècle. Odeurs, couleurs, conventions… l’époque est brillamment rendue : l’auteur glisse tout un tas de détails très chouettes qui loin d’alourdir le texte le rendent très vivant. On voit vraiment le décor prendre vie sous nos yeux.

Quant à Sherlock, je me faisais une joie de le rencontrer à 14 ans et j’ai plutôt bien aimé le jeune homme que j’ai rencontré. Je l’ai trouvé attachant et touchant tout en étant plutôt assez cohérent avec l’adulte que l’on connaît bien. Il est intelligent, sportif, brillant, original et unique mais reste un ado qui a beaucoup à apprendre. J’ai aimé voir comment son caractère s’est formé, de même pour ses connaissances, sa méthode… A ce sujet, Crowe, son précepteur est un personnage formidable qui enseigne à Sherlock l’art du raisonnement logique, le pousse à développer ses capacités intellectuelles… Crowe est aussi un drôle de personnage qui range son tabac dans une pantoufle et conserve son courrier empalé sur la cheminée au moyen d’un poignard… Drôles de manières qui me rappellent quelqu’un, pas vous ? ^^ Mycroft est aussi assez présent, même s’il apparaît peu en personne, et là encore j’ai aimé voir l’influence qu’il a pu avoir sur Sherlock.

C’est très intéressant et j’ai trouvé qu’Andrew Lane avait su utiliser judicieusement toutes les lacunes du Canon sur la jeunesse de Sherlock. Il connait bien le texte de Conan Doyle et lorsqu’il prend quelques libertés dont je n’aurais pas forcément fait personnellement le choix, cela reste cohérent avec le texte original. Je pense par exemple à la découverte par Sherlock des effets des drogues récréatives… Je n’avais pas du tout imaginé cela comme ça, mais au final eh bien pourquoi pas ? C’est une explication possible comme une autre même si ça n’est pas la mienne.

Bon, j’aurais aimé voir Sherlock un peu plus autonome, que son comportement lui appartienne d’avantage et ne soit pas seulement le fruit de l’influence de ceux qui ont participé à son éducation mais cela ne m’a pas dérangée outre mesure. En fait, la construction du personnage tel qu’on le connait dans le Canon et les nombreuses références à ce dernier manquent un peu de finesse dans ce roman mais ça n’est pas très grave : on est clairement dans un roman jeunesse et du coup, j’ai accepté sans trop broncher ce que nous propose l’auteur. Moi, râleuse professionnelle, pour une fois, je me suis laissée divertir par ma lecture sans chercher à me montrer trop exigeante (ça doit être l’esprit de Noël qui adoucit mon délicieux caractère, hum…). Je voulais juste passer un bon moment et c’est effectivement la façon dont j’ai vécu ma lecture.

Le seul point qui m’a un peu chagrinée concerne la relation qui se développe entre Virginia et Sherlock. Je n’ai pas vraiment adhéré à l’idée d’un Sherlock flirtant maladroitement avec une jeune dévergondée américaine… C’est vraiment le petit point qui m’a embêtée et ne colle pas à l’image que j’ai du personnage. Pour moi, ça n’est tout simplement pas sherlockien comme comportement et je n’ai pas bien vu l’intérêt d’ajouter un tel ingrédient au roman. La question de l’orientation romantique / sexuelle de Sherlock fait couler pas mal d’encre depuis longtemps et je peux comprendre que l’auteur ait pu vouloir avancer une hypothèse mais, elle ne m’a pas convaincue. Pour moi Sherlock Holmes n’est et n’a jamais été amoureux : ça ne l’intéresse pas et ne lui arrive pas. Ca ne lui correspond tout simplement pas et il n’ y a pas besoin de chercher d’explication à cela. Cela-dit, ce petit désagrément, s’il m’a parfois fait lever les yeux au ciel ne m’a, à aucun moment, gâché le plaisir de la lecture.

Du côté de l’intrigue, je dois dire que j’ai été assez bluffée par son originalité, sa folie ! Au début, je trouvais un peu dommage d’avoir collé des abeilles sur la couverture (très jolie d’ailleurs la couverture, avec ses découpages et effets de relief), pensant que dans le genre spoiler, on pouvait difficilement faire mieux… Mais en fait, la réalité est beaucoup plus complexe que cela et ça n’est pas parce que vous savez que les abeilles ont un rôle à jouer que vous avez compris quel est leur rôle réel. Alors bon, le truc est totalement surréaliste et improbable mais le fait est que c’est tellement inattendu, tellement génial que l’on y adhère sans souci. Et puis j’ai trouvé que c’est quand même une géniale idée d’avoir choisi de faire des abeilles le thème central de ce roman.

En fait, on a très clairement affaire à une aventure dédiée au jeune public et du coup, j’ai envie de dire que tout est permis : affrontement qui n’en finissent pas de s’enchaîner et dont Sherlock sort toujours vainqueur au péril de sa vie, péripéties à peine croyables, références à l’original un peu lourdes et trop nombreuses pour un premier volume… Certes tout cela manque franchement de réalisme et de finesse, mais ça fonctionne bien et on se laisse embarquer sans soucis, surtout que l’auteur ne lésine pas pour autant sur les détails effroyables : ça se bastonne à toutes les pages, s’évanouit, s’enfuit, se fait rattraper… C’est un peu « facile » comme construction mais je suis sûre que je jeune lecteur découvrant ce roman pour la première fois vit de bonnes grosses poussées d’adrénaline.

Bref, une première rencontre avec un Sherlock Holmes adolescent qui m’a enchantée malgré ses petits défauts. La série semble clairement destinée à des lecteurs assez jeunes (une dizaine d’années, je dirais), mais on se laisse transporter sans souci. On s’attache à Sherlock et savoure les nombreuses allusions au Canon. Je me plonge dans le tome 2 et vous en parle aussi vite que possible !

Les premières aventures de Sherlock Holmes : le tome 2.

Acheter le livre sur Amazon

Le site officiel de la série.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 commentaires sur “L’ombre de la mort – Andrew Lane

  1. Pauline dit :

    J’ai le tome 3 dans ma pal, j’adore cette série, tu me donnes envie de m’y mettre! Merci bien pour la piqûre de rappel!

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s