Le bizarre incident du chien pendant la nuit – Mark Haddon

Mark Haddon - Le bizarre incident du chien pendant la nuit

(livre lu en anglais)
(titre VO : The Curious Incident of the Dog in the Night-Time)

Le livre :

Il a 15 ans et s’appelle Christopher Boone. Il excelle en mathématiques et adore Sherlock Holmes. Il aime les diagrammes, les listes, la vérité. Il ne supporte pas qu’on le touche. Pour lui, 4 voitures rouges à la file sont synonymes de Bonne Journée ; 3 voitures rouges : d’une Assez Bonne Journée ; 5 voitures rouges : d’une Super Bonne Journée.

Quand un jour, Christophe apprend que Wellington, le caniche de sa voisine, a été assassiné, il décide de mener l’enquête qui va lui permettre d’arracher au passé l’énigme de sa propre histoire. Et de nous la raconter…

L’avis du consulting blogger :

Si j’avais prévu de lire ce livre un jour ou l’autre, c’est clairement les nombreux billets que j’ai pu lire sur le sujet qui m’ont poussée à franchir le pas si tôt. Agacée, dérangée et blessée par la plupart de ces billets qui bloquent sur la différence de Christopher, j’avais besoin de lire ce livre pour avoir ma propre opinion et ne plus être polluée par cet amas de bêtise.

Systématiquement tous les lecteurs dont j’ai pu lire les billets ont bloqué sur l’autisme/le syndrome d’Asperger (démenti par l’auteur qui a expliqué s’être inspiré pour construire son personnage de plusieurs individus présentant divers types de neuroatypies car il ne voulait justement pas limiter Christopher à un diagnostic médical) du personnage principal. Comme si cela le définissait, comme si cela était son début et sa fin. Or Christopher dit justement au ch.71 que ce comportement est ridicule parce qu’en réalité, tout le monde a des special needs selon son cas, sa personnalité, et pourtant ce terme ne s’applique qu’à un petit groupe de personne. C’est justement observé. Pourquoi vouloir à tout prix lui coller une étiquette et le réduire à cette étiquette ? Pourquoi ne tout simplement pas accepter qu’il ne raisonne ni ne fonctionne comme les personnages que l’on croise habituellement en littérature ou dans la vie de tous les jours ? Même s’il présente certains traits que l’on retrouve chez les austistes/aspies, on s’en fout. Il est lui, sa propre combinaison et c’est tout ce qui compte.

Christopher est un personnage extraordinaire, et s’il m’a profondément touchée pas un moment je n’ai ressenti de pitié à son égard car je me suis retrouvée en lui, beaucoup. En fait, et c’est la beauté de ce personnage, malgré son mode de fonctionnement qui peut sembler totalement original, je crois que tout le monde peut se reconnaître au moins un peu, dans l’un ou l’autre de ses traits. Il est différent mais pas plus que chacun de nous. Au risque de me répéter, chacun de nous à des besoins spéciaux, comme il le dit lui-même, chacun de nous a des réactions, un comportement qui peut sembler bizarre, inhabituel pour un observateur extérieur.

Le plus drôle dans l’histoire, c’est que j’ai ouvert ce livre, pour faire une pause dans ma lecture d’un recueil de nouvelles holmésiennes, histoire de ne pas risquer l’overdose. Il faut croire que malgré mon besoin de changer d’air, je n’ai pas pu m’empêcher de rester dans le thème. Il faut dire pour ma défense que je ne savais pas du tout qu’il serait autant question de SH dans ce roman. Les divers billets que j’ai pu lire sur le sujet semblent ne pas prendre conscience de l’omniprésence de Sherlock Holmes au sein de ce récit et s’arrêtent à l’évidente évocation du Chien des Baskerville (au passage, je préfère prévenir que Christopher spoile intégralement quant à l’intrigue de ce roman).

Ce roman est tout entier empreint de la présence de Sherlock Holmes et de son auteur, non seulement on apprend plein de petits choses sur l’un comme sur l’autre, mais en plus on découvre pourquoi ce personnage est si cher aux yeux de Christopher, pourquoi il lui sert de modèle et je me suis sentie très proche de Christopher, sur ce point-là. Cette phrase m’a particulièrement marquée pour des raisons personnelles : And then I thought that I had to be like Sherlock Holmes and had to detach my mind at will to a remarkable degree so that I did not notice how much it was hurting inside my head. Parfois il n’évoque même pas le detective et pourtant on sent sa présence derrière les mots de Christopher, comme ici (j’ai enregistré un TAS de citations au cours de ma lecture, c’est-à-dire plus que d’habitude) : All the other children at my school are stupid. Except I’m not meant to call them stupid, even though this is what they are. Alors certes, le roman a été écrit bien avant BBC Sherlock mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec cette réplique de la série : Because you’re an idiot… No no no, don’t be like that. Practically everyone is. Enfin, on a de nombreuses références aux divers textes du Canon. A commencer par le titre, qui reprend ce fameux dialogue de Silver Blaze :

Gregory (Scotland Yard detective): « Is there any other point to which you would wish to draw my attention? »

Holmes: « To the curious incident of the dog in the night-time. »

Gregory: « The dog did nothing in the night-time. »

Holmes: « That was the curious incident. »

J’ai été tout particulièrement touchée par ce choix, parce que Silver Blaze est l’un des tous premiers textes du Canon que j’ai découvert, et je me souviens encore parfaitement de son intrigue, près de 14 ans plus tard, alors que je ne l’ai jamais relu. Il fait partie du recueil que l’on devait lire pour le cours de français, avec Les six Napoléons, L’Homme à la lèvre tordue et Le traité naval. Ce recueil a marqué le début de ma fascination pour Sherlock Holmes. J’imagine que je dois remercier ma prof (Mlle Mantin), au cas où (improbable) elle passerait par ici !

Juste en passant, Christopher évoque aussi Doctor Who et ses daleks (plein d’autres choses aussi comme Star Wars et tout un tas d’éléments de culture populaire, mais je n’ai pas la place de tous les détailler ; ce billet est déjà bien assez long comme cela).

Pour en revenir à Christopher, j’aime sa logique, la façon dont il décrit et déduit, infodumpant au passage les connaissances accumulées parce qu’il ne peut s’en empêcher. J’aime la syntaxe simple, efficace et précise de ses phrases, la façon dont il ordonne tout en listes, avec des points en gras ou soulignés, des croquis. Non seulement cela permet de réellement suivre son mode de raisonnement, de comprendre comment son cerveau est organisé et fonctionne, appréhende les divers événements et éléments qu’il croise, mais en plus certains points avaient un côté familier, je me suis reconnue dans ce comportement.

Le cheminement de sa pensée est très intéressant à suivre. Il passe d’une idée à l’autre, par associations, avec un fil conducteur net même si l’ensemble pourrait sembler décousu pour un esprit fonctionnant différemment. Le changement de direction pris par l’histoire en cours de route en est d’ailleurs le symbole mais il ne m’a pas déstabilisée comme cela a pu être le cas chez d’autres lecteurs. Je me suis laissée guider par les pensées, la logique de Christopher. Et c’est tout ce qu’il attend en rédigeant ce livre.

Enfin, j’ai appris aujourd’hui-même que du 24 juillet au 27 octobre 2012, se jouera à Londres, une pièce de théâtre adaptée du roman, avec entre autres Una Stubbs (Mrs Hudson dans Sherlock) à l’affiche. Une captation pour une diffusion dans les cinémas du pays et ceux membres du programme NTLive (J’espère que la France en fera partie… Je croise déjà les doigts pour que l’on ait droit à des diffusions de Frankenstein) est prévue pour le 6 septembre. Tous les détails, ici.

Bref, immense coup de cœur pour ce roman. Je ne peux que vous le conseiller chaleureusement, que vous soyez fan de Sherlock Holmes ou pas, mais par pitié laissez tous vos préjugés et clichés de côté avant d’ouvrir ce livre. Acceptez de faire la connaissance de Christopher tel qu’il est, sans chercher à lui coller une étiquette qui expliquerait son comportement différent du votre.

Acheter le livre sur Amazon

Le blog de l’auteur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

12 commentaires sur “Le bizarre incident du chien pendant la nuit – Mark Haddon

  1. Aymeline dit :

    tu restes dans les Sherlock Holmes décidément, tu donnes très envie de le lire !!! 🙂

    J'aime

    • Méloë dit :

      Oui, et comme je l’explique, je ne l’ai même pas vraiment fait exprés pour une fois.

      C’est vraiment un superbe roman. Bon, si tu vas lire les autres avis sur Livraddict tu verras que la plupart sont bien moins enthousiastes que le mien, mais je te le recommande, vraiment.

      J'aime

  2. lireparelora dit :

    En ce qui me concerne, je l’ai abandonné tant je n’ai pas aimé la narration. En fait, j’étais larguée et je ne comprenais rien à ce que je lisais.

    Contrairement à toi, je trouvais les avis plutôt enthousiastes… Bref.

    J'aime

    • Méloë dit :

      C’est vrai que la narration est très particulière, mais elle concourt à construire le personnage. Ceal-dit, je comprends que ça puisse rebuter.

      On n’est pas forcément tombées sur la même série de billet. Et puis comme on n’a pas le même avis à la base, notre appréciation du ton d’un même billet est sans doute aussi différente.

      J'aime

  3. MyaRosa dit :

    C’est un roman qui m’a beaucoup marqué. Je me suis rarement autant attachée à un personnage. Il faudrait que je le relise.

    J'aime

  4. sheherazade2000 dit :

    il est temps que je ressorte quelques « sherlock » de ma pal holmésienne 🙂
    je suis aussi attirée par le livre dont tu parles (joliment)

    J'aime

  5. mabiblio1988 dit :

    Un livre qui ne m’a vraiment pas plus. Je n’ai pas adhérer à l’histoire ni au style de l’auteur.

    J'aime

    • Méloë dit :

      C’est vrai que style et histoire sot bien particuliers. A mon avs on adhère totalement ou pas du tout. Il ne peut pas vraiment y avoir de juste milieux avec ce livre.

      J'aime

  6. belette2911b dit :

    Zut, j’ai envie de l’ajouter à ma wishlist !

    J'aime

    • Méloë dit :

      Mouaaaahaaahaaaa ! Ne compte pas sur moi pour me sentir coupable. C’est vraiment une superbe histoire, qui compte beaucoup pour moi et Sherlock est présent au détour de chaque page. J’espère de tout coeur que tu l’aimeras.

      J'aime

  7. Ida dit :

    Hello,

    J’ai adooooooooré ce roman. Je l’ai lu il y a tellement longtemps que je ne me souvenais plus les allusions qu’il comporte au sujet de Holmes.

    Je l’ai trouvé très touchant… Un authentique coup de coeur pour moi aussi. Je suis ravie qu’il vous ai autant plu.

    Au-delà des étiquettes il y a en effet toujours des personnes uniques. Toutefois, la narration par le héros lui-même, en suivant les modalités de ce que l’écrivain a pu observer et retenir des enfants différents, est assez proche de ce qu’on peut retrouver chez des autistes entrés dans le langage. Une logique pleine des fulgurantes évidences de l’enfance que les adultes s’efforcent de compliquer dans le meilleur des cas, voir d’oublier complètement parfois.

    Pour l’apprécier, je crois qu’il faut accepter d’entrer dans ce processus de « régression » vers sa propre enfance pour s’approprier cette logique différente et s’en distraire. C’est un mouvement un peu « contre-nature » pour un adulte très ancré dans sa position d’adulte. Ce n’est pas possible pour tout le monde, d’où les rejets viscéraux qu’il suscite parfois.

    Il ne s’agit pas de découvrir le monde de l’enfance tel que nous l’idéalison avec nos yeux d’adultes quand nous relisons certaines oeuvres plus standard… Mais vraiment d’accepter de lire ce livre comme un tout petit qui est encore dans une pensée organisée comme celle d’un tout petit (qui à cet âge là ne sait pas lire), une pensée pas encore rationnelle comme celle d’un adulte et à la fois pleine de fulgurantes évidences que l’esprit adulte s’empresse toujours de complexifier ou d’ignorer.

    Bref, vous l’aurez compris… Je suis une fan!

    J'aime

    • Méloë dit :

      Ce roman reste l’un de mes coups de coeurs absolus, même des années après sa lecture et cela me fait très plaisir de voir que vous l’avez aussi énormément apprécié. Vous me donnez même envie de le relire bientôt !

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s