Sherlock Holmes de Baker Street au grand écran – Natacha Levet

Sherlock Holmes, de Baker Street au grand écran…

Né de l’imagination d’Arthur Conan Doyle en 1887, le locataire du 221b Baker Street est devenu une figure mythique tant le personnage a connu de transformations et d’avatars littéraire, hantant le théâtre, la BD et les jeux vidéos.

Surhomme détective, il représente l’avènement de l’enquêteur scientifique, dans un genre littéraire, le policier, alors en plein essor. Figure mythique, ce héros typiquement britannique suscite un engouement mondial et est perçu comme une personne réelle par nombre de lecteurs.

Comment des exploits parviennent à écraser et évincer son créateur, devenu le simple agent littéraire du Dr Watson ? Qu’est-ce que la science de l’holmésologie ? Quel rôle a joué l’effet Watson dans ce succès ? Et en quoi le Dr House en est-il un avatar contemporain ?

L’avis du consulting blogger…

La dernière édition de l’opération Masse Critique a eu lieu alors que j’étais en pleine déprime post-Reichenbach (merci la BBC !). C’est donc tout naturellement que mon choix s’était porté vers les deux titres holmésiens de la sélection : un roman et ce titre. Quelques jours plus tard, j’apprenais avec plaisir que le hasard m’avait attribué l’un de mes deux choix. Un grand merci à Babélio et aux éditions autrement car j’ai été très agréablement surprise par cet ouvrage !

En effet, le titre et l’illustration de couverture, un brin racoleurs, m’avaient laissé imaginer un guide assez superficiel, surfant sur la vague commerciale du succès récent des films et de la série télévisée. Je m’attendais à une lecture pas franchement édifiante, mais sympathique, récréative.

Alors qu’en fait, on découvre au fil des pages un essai sérieux, documenté et construit, nourri de nombreuses citations, passionnant enfin ! J’ai tout particulièrement aimé les très nombreuses anecdotes, références et renvois  et je n’ai pas pu m’empêcher de prendre tout un tas de notes en cours de lecture et de griffonner dans mon livre, ce qui ne m’arrive pourtant jamais habituellement !

Le seul bémol serait le caractère parfois un peu répétitif de certaines tournures et énumérations, et le côté un peu figé de l’ensemble, voulus par la forme (et une erreur dans les dates de diffusion de la S2 de Sherlock). Revers de la médaille de ce côté scientifique et analytique très appréciable, j’aurais par moment aimé sentir un peu plus de passion chez l’auteur. Cela dit, l’ensemble est quand même très fluide et j’ai englouti le livre en une journée.

Un autre point un peu « embêtant », réside dans la présence assez récurrente de spoilers sur les diverses intrigues. Heureusement, ils sont généralement assez bien annoncés, du coup on a la possibilité de simplement sauter les lignes en question, histoire de se préserver de ces fâcheuses révélations.

Enfin un dernier truc qui m’a un poil gênée, puisque j’en suis à émettre des critiques, c’est que l’auteur se base sur des traductions auxquelles je ne suis pas habituée, et du coup certains titres de nouvelles et citations ont sonné bizarrement à mon oreille. Pour le coup, il aurait peut-être été judicieux d’opter pour la VO avec une proposition de traduction en bas de page… Mais c’est un détail.

Parce qu’en dehors de cela, j’ai vraiment adoré ma lecture, et contrairement à ce que suggère le titre, le grand écran n’occupe finalement qu’un bref chapitre en extrême fin d’ouvrage. au même titre que les adaptations télévisées, scéniques ou radiophoniques. L’accent est en effet très largement mis (pour mon plus grand plaisir) sur la création du personnage par Conan Doyle et ses nombreuses vies de papier : canon, pastiches, parodies, plagiats, adaptations graphiques…

L’autre thème majeur de l’ouvrage étant le rapport du public au fil des années, au personnage que représente Sherlock Holmes, et j’avoue que j’ai beaucoup aimé lire dans le détail la réaction du public londonien à la publication du Dernier Problème, découvrir quelques évocations des lettres envoyées au 221B par ce même public…Peut-être plus que n’importe quel autre personnage de fiction, Sherlock Holmes est terriblement vivant, et l’ouvrage en rend bien compte. Et c’est cela qui est terriblement chouette, on réalise à la lecture de cet essai que Sherlock est toujours là, partout dans notre quotidien, au détour d’une allusion ou d’une citation.

En bref…

Un ouvrage passionnant qui m’a appris beaucoup de petits détails sympathiques. Ne vous fiez pas à sa couverture un poil racoleuse : son contenu est bourré de références, d’anecdotes qui donnent envie d’aller plus loin.

Acheter le livre sur Amazon

Infos : Sherlock Holmes, de Baker Street au grand écran, de Natacha Levet. Sorti le 8 janvier 2012 chez les éditions autrement. 211 pages. Edition numérique : 14€99 – édition papier : 19€.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

22 commentaires sur “Sherlock Holmes de Baker Street au grand écran – Natacha Levet

  1. Sara dit :

    J’ai hâte de le lire ! 🙂

    J'aime

  2. Matilda dit :

    Bon tu me donnes envie c’est tout 😀
    Il me tarde de le lire du coup !

    J'aime

  3. niki dit :

    mmm, voilà un livre qui me tente bien 🙂
    j’en ai un dans le même style en anglais = HOLMES AT THE MOVIE – j’ai été légèrement déçue parce que finalement je connaissais déjà tout le contenu 😉

    J'aime

    • Meloe dit :

      Là, je ne sais pas si les « spécialistes » apprendront grand chose, mais moi j’ai bien aimé.
      Tu voudrais le recevoir après Sara ?

      J'aime

      • niki dit :

        tu es super gentille de me proposer cela, mais avec la PAL énorme, les cadeaux et les prêts, j’hésite à ajouter un livre voyageur – mais c’était sympa de me le proposer, merci beaucoup 😀

        J'aime

  4. maggie dit :

    Quel succès ce holmes ! Ca a l’air passionnant en effet et la couverture est effectivement trompeuse : je n’aurai pas pensé à un essai… Je compte voir le film de G. ritchie… pour le livre peut-être plus tard…

    J'aime

    • Meloe dit :

      Pour le film, je vais m’abstenir de mon côté, mais je serais curieuse d’avoir ton avis. Pour la couverture, je pense qu’en cette période où l’on voit Holmes partout, c’est bien plus vendeur comme cela… Et tout comme Niki, si d’ici quelques temps tu as envie que le livre fasse escale chez toi, n’hésite pas à le dire 🙂

      J'aime

  5. Alicia dit :

    Il me tente grandement !

    J'aime

  6. Sybille dit :

    Il m’aurait probablement plu !!

    J'aime

  7. MyaRosa dit :

    Il a l’air superbe cet ouvrage !

    J'aime

    • Meloe dit :

      Ben là encore, la couv’ est trompeuse. Il y a bien un encart avec quelques chouettes photos, mais pas tant que ça en fait. Mais il est très plaisant à lire 🙂

      J'aime

  8. Alicia dit :

    Merci Meloe pour ta proposition, mais je souhaiterais déjà lire tout le canon holmésien avant d’entreprendre la lecture de ce genre d’ouvrage.. j’ai peur des spoilers principalement :p

    J'aime

    • Meloe dit :

      Je reconnais qu’il y a quand même un certain nombre de spoilers…Bon heureusement on peut facilement les éviter. Bonne lecture du Canon alors ! Il faut absolument que je m’y remette, mais je n’ai pas mes bouquins avec moi 😥

      J'aime

  9. Erato dit :

    Ah j’avais vu ce livre à la librairie et il me tente terriblement !! 😀
    Et encore plus depuis la lecture de ton avis… Mais, j’ai déjà un « beau livre » sur Sherlock Holmes déjà, tu sais avec des documents à l’intérieur, etc.

    J'aime

    • Meloe dit :

      Là c’est assez différent, car ça n’est pratiquement que du texte. J’aimerai bien un beau livre ❤ En tous cas, comme dit plus haut, si une fois qu'il aura fait son tour chez les deux premières, il te tente, n'hésite pas à le demander 😉

      J'aime

  10. belette2911b dit :

    Il est dans ma PAL, j’avais commencé à le lire, mais j’ai préféré me le garder pour la maison et pouvoir prendre des notes pour mes dossiers personnels.

    Aie, la faut que je m’y remette de suite !!!

    J'aime

    • Méloë dit :

      N’hésite pas à t’y replonger. Comme je le dis dans mon billet, elle spoile allégrement, mais j’imagine que tu ne risques pas grand chose de ce côté là. C’est un bouquin vraiment chouette à lire, et malgré le côté parfois un peu « travail universitaire » sur le plan de la forme, ça passe vraiment super bien vu que le sujet est passionant.

      J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s