Les aventures de Sherlock Holmes

Les aventures de Sherlock Holmes - 1ère édition

Les aventures de Sherlock Holmes…

Recueil comprenant les nouvelles suivantes :

Un scandale en Bohême, La ligue des rouquins, Une affaire d’identité, Le mystère du Val Boscombe, Les cinq Pépins d’orange, L’homme à la lèvre tordue, L’escarboucle bleue, Le ruban moucheté, Le pouce de l’ingénieur, Un aristocrate célibataire, Le diadème de béryls, Les Hêtres Rouges. 

L’avis du consulting blogger…

En prévision de la deuxième saison de l’excellente série Sherlock, produite par la BBC, il fallait absolument que je me plonge dans une ambiance holmésienne et que je découvre enfin ‘Un scandale en Bohême’ avant d’en voir l’adaptation.

Au programme de cette lecture, quelques nouvelles connues, mais surtout pas mal de découvertes. En effet, si j’ai, au fil des ans, lu de nombreux récits holmésiens, je n’avais jamais pris le temps d’ouvrir un recueil pour en faire une lecture suivie. Pour ne pas risquer l’overdose, cette lecture s’est en réalité étalée sur quelques semaines ; je picorais un texte selon mon humeur et cette lecture voulue « suivie » ne s’est finalement pas déroulée strictement selon l’ordre de publication. Je piochais les textes au fur et à mesure, selon mon envie du moment.

Bilan, c’était vraiment très chouette de baigner pendant deux semaines dans cette ambiance, parce que dès que je terminais un texte, je savais que ce n’était pas fini pour autant, qu’il m’en restait d’autres à découvrir, avant de me détacher de cet univers. Cela dit, je suis aussi un peu effarée d’en avoir autant lu d’un coup, parce qu’en conséquence, le nombre de nouvelles qu’il me reste à découvrir diminue, et c’est une vraie catastrophe ! Mais en même temps, j’ai super envie de retrouver cette ambiance le plus tôt possible et j’étais super malheureuse de la quitter…

Bref… voyons très rapidement ce que j’ai pensé de chaque titre. Mon avis tient à chaque fois en quelques lignes, vu que je n’ai pas pris la peine de prendre de notes en cours de lecture. Mais à la limite, au delà d’avis précis sur chaque titre, c’est le plaisir global que m’a procuré ce recueil que je veux retenir. Je veux tout plaquer pour aller vivre au 221B Baker Street !

Un scandale en Bohême (SCAN)

Le premier texte de ce recueil est sans doute mon préféré côté découvertes. Pour résumer rapidement l’intrigue, le roi de Bohême, sur le point de se marier, rend visite incognito à Sherlock Holmes et le charge de récupérer une photographie compromettante détenue par Irene Adler, une ancienne maîtresse. Watson rompt ici un peu avec la structure habituelle de ses récits et cela fonctionne vraiment bien. L’intrigue est vive, drôle, passionnante à suivre ; on découvre une autre facette de Sherlock Holmes, et puis Irene Adler, quel personnage ! J’ai beaucoup aimé la dynamique des interractions entre Sherlock et Irène ; voir ces deux esprits brillants s’affronter a quelque chose de jouissif.

La ligue des rouquins (REDH)

J’ai lu plusieurs fois ce texte et j’en gardais un souvenir très précis (une organisation philanthropique à destination des roux engage Jabez Wilson pour recopier l’Encyclopedia Britannica. Au bout de huit semaines, la ligue est dissoute sans raisons et Wilson, perplexe demande l’avis de Holmes sur le sujet) au moment de ma lecture mais j’ai quand même pris beaucoup de plaisir à relire ce texte. Alors qu’il s’agit d’une des affaires les plus simples du recueil, le mystère sur lequel elle repose est original et indétectable à la première lecture. C’est ce qui en fait tout le génie selon moi.

Une affaire d’identité (IDEN)

Ici l’intrigue m’a semblée un peu cousue de fil blanc, mais elle n’en est pas moins plaisante à suivre. On y fait la rencontre d’une jeune femme qui demande à Sherlock Holmes de retrouver son fiancé, mystérieusement disparu le jour du mariage… Comme vous le voyez, l’affaire est vraiment simple mais c’est toujours un immense bonheur de voir procéder Sherlock. Je suis particulièrement fan de la façon dont il raconte leur histoire aux inconnus qu’il rencontre pour la première fois, et la réaction de ces derniers face à ces révélations. Cela m’a toujours fascinée et quand j’étais petite, je m’amusais à observer les gens de la tête au pied pour reconstituer leur histoire, pour imiter Sherlock. Mais bizarrement, les gens ne le prenaient pas très bien et ma mère me demandait d’où me venaient ces élucubrations >< Bref.

Le mystère du Val Boscombe (BOSC)

Cette enquête m’a semblée un peu rapide par rapport aux autres, moins « tordue » aussi, mais elle se lit quand même très bien. Un jeune homme est accusé d’avoir assassiné son père ; sa fiancée, persuadée qu’il est innocent, demande à Holmes de faire la lumière sur l’affaire. Cependant, elle ne m’a pas marquée outre-mesure, et puis sa fin est… je sais pas… un peu… agaçante, manquant de panache. En revanche, j’ai beaucoup aimé le décor dans lequel elle prend place.

Les cinq pépins d’orange (FIVE)

Cette nouvelle fait également partie de mes préférées du recueil. Ambiance délicieusement mystérieuse et morbide sur fond de vengeance séculaire exercée par société secrète, il ne m’en faut pas plus pour me convaincre ! Seul bémol, sa fin légèrement frustrante. Heureusement cela ne vient en rien entacher la génialitude (oui, parfaitement, ce terme existe dans mon vocabulaire) de ce récit !

L’homme à la lèvre tordue (TWIS)

Là encore des souvenirs assez précis, pour une intrigue pas si marquante que cela (un homme aperçu à la fenêtre d’une fumerie d’opium disparaît et demeure introuvable… jusqu’à ce que Holmes s’en mêle, bien sûr), mais la relecture s’est tout de même avérée sympathique. En fait, c’est juste que j’ai un profond mépris pour le personnage principal, alors forcément cela influe sur mon appréciation globale de l’histoire. A noter que le cadre est particulièrement bien décrit et assez dépaysant pour un lecteur moderne.>

L’escarboucle bleue (BLUE)

Alors que je suis absolument certaine de n’avoir jamais lu ce texte auparavant, j’en connaissais l’intrigue (une escarboucle bleue, donc, se retrouve dans le jabot d’une oie. Sherlock va chercher à retrouver son origine). Bizarre… Bref, un texte sympathique, assez drôle même, mais sur lequel je bloque depuis que j’ai refermé mon recueil pour retrouver comment j’ai pu avoir connaissance de son intrigue… Limite, même au moment de ma lecture, cela m’intriguait plus que l’histoire en elle-même (oui, je suis légèrement obtuse sur les bords).

Le ruban moucheté (SPEC)

Ce texte relu pour la Xème fois conserve sans hésitation son statut de meilleure nouvelle holmésienne à mon goût (mais bon, il m’en reste encore à découvrir). Découverte vers 11-12 ans, cette nouvelle m’avait énormément impressionnée, froussarde comme je suis (une mort suspecte, des événements inexpliqués et menaçants, un personnage particulièrement antipathique et ma voilà à flipper comme une malade. Quant à la résolution du mystère, elle n’est pas là pour me rassurer, bien au contraire !). Je la connais absolument par cœur, mais je ne m’en lasse pas. Elle me fascine toujours autant et je crois que je pourrais la relire indéfiniment tout en ayant toujours aussi peur. Au passage, on peut en lire une courte réécriture fort sympathique sur le blog du Dr. Watson à cette adresse. Je suis juste super frustrée, parce que cela veut dire que Mofftiss n’adaptera pas ma nouvelle préférée.

Le pouce de l’ingénieur (ENGR)

Ce récit m’a bien plu également. En bref, tout débute lorsqu’un homme vient se faire soigner par le Dr. Watson; il a eu le pouce tranché par ses ravisseurs qui voulaient le tuer. Holmes va bien sûr chercher à comprendre les raisons et les circonstances de cet enlèvement et tentative d’assassinat. Si certains détails sont prévisibles, l’intrigue reste globalement très originale et ses personnages font froid dans le dos. Je crois que ce texte fait partie de ceux que j’aurais envie de relire d’ici quelques temps. J’ai vraiment beaucoup aimé le cadre de cette histoire, la tension qui monte peu à peu… Le mobile des criminels n’est pas forcément ébouriffant mais l’histoire est vraiment génialement racontée.

Un aristocrate célibataire (NOBL)

Lord Robert St Simon vient voir Holmes car la femme qu’il vient d’épouser a subitement disparu. Cette nouvelle a une résolution intéressante mais ne m’a pas particulièrement plu en dehors de ça. Ca n’est pas un texte particulièrement marquant à mon sens et ses personnages ne m’ont pas vraiment touchée malgré les évènements. Et puis, j’ai aussi eu un peu de mal avec la narration sans pouvoir dire précisément pourquoi. C’est la dernière nouvelle que j’ai lu dans le recueil parce que lorsque mes yeux se posaient sur ses premières lignes, je n’avais pas immédiatement envie d’en savoir plus.

Le diadème de béryls (BERY)

Voici tout l’inverse du texte précédent à mes yeux : Une intrigue pas forcément remarquable (un jeune homme vient d’être arrêté pour le vol de pierres précieuses. Son père, persuadé de l’innocence de son fils demande l’aide de Holmes pour l’innocenter), et des personnages pas forcément aimables mais inattendus, tour à tour émouvants et machiavéliques ! Une réussite, parce que malgré l’évidence, on se laisse piéger, et que si l’on sait avec certitude que ce n’est pas A, on n’imagine pas un instant que ça puisse être B (oui, je sais, je suis très claire dans mes explications -_-« )

Les Hêtres Rouges (COPP)

Malgré une scène finale un peu brouillonne, qui appelle une relecture pour pouvoir pleinement juger de ce texte, j’ai beaucoup aimé l’intrigue (une jeune femme vient de se voir proposer un poste de gouvernante dans une maison proche de Winchester. Des gages élevés lui sont promis en échange de certaines exigences : elle devra couper ses cheveux et porter certaines robes choisies par ses employeurs… Etonnée par ces étranges exigences, elle vient demander l’avis de Holmes avant de prendre une décision) ainsi que le personnage de Violette Hunter, jeune femme vive et intelligente. Cette nouvelle est très théâtrale, enlevée et très haute en couleur. J’ai beaucoup aimé le contraste entre l’absurdité de la situation de départ et le pragmatisme imparable de la résolution qui démontre bien ce que Sherlock ne cesse de répéter : que les crimes aux circonstances les plus extraordinaires sont souvent les plus simples et les plus facilement explicables.

En bref…

De très agréables moments passés en compagnie de Sherlock et du docteur. J’en viens d’ailleurs à apprécier de plus en plus ce dernier, qui se dévoile et gagne en profondeur eu fil des textes. 

Infos : Les aventures de Sherlock Holmes, d’Arthur Conan Doyle. Titre original : The Adventures of Sherlock Holmes, publié en recueil en 1892. Première publication en langue française : 1902.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

10 commentaires sur “Les aventures de Sherlock Holmes

  1. Matilda dit :

    Un scandale en bohême c’est le bien o/
    Rah tu me donnes trop envie de voir l’épisode 1, mais j’arrive pas à dl l’ep ici… je vais réessayer demain !

    J'aime

  2. Matilda dit :

    PS . J’ai mis des logo avec des fonds transparent sur mon blog maintenant ! Ça t’évitera d’avoir la bordure grise en dessous. Veille bien à laisser le fichier au format gif pour garder la transparence 🙂

    J'aime

  3. Meloe dit :

    Je vais aller chercher et installer cela alors.

    J'aime

    • Meloe dit :

      Ayé pour cet article, mais le logo ressort flou. C’est bizarre… Du coup, j’attends tes précieux conseils avant de le faire pour les autres.

      J'aime

  4. argali dit :

    J’ai lu «Un scandale en Bohême», «Peter le noir» et «L’Homme à la lèvre tordue», les trois premières nouvelles de SH parue en feuilleton dans la presse. J’ai aussi beaucoup aimé. Vivement que la 2e saison de la série passe sur nos chaines.

    J'aime

    • Meloe dit :

      La sortie française est prévue pour début février. Ca ne fait pas trop longtemps à attendre. Cela dit je suis quand même bien contente de pouvoir les visionner pratiquement en direct.

      J'aime

  5. Matilda dit :

    Ayéééé tu peux discuter de l’épisode avec moi. C’est vu et ouah.
    Y a des trucs que j’ai moins aimé, mais c’est quand même; si tu me permets le mot, un putain d’épisode.
    Et pour le logo je n’ai aucune espèce de début de solution à ce mystère. Je suppose que le fait de bosser l’image sur photoshop et d’avoir compressé les calques rend ça. Je vais t’envoyer par mail l’image originale, peut-être que de la récupérer de cowblog, la rend bizarre.

    J'aime

  6. Meloe dit :

    Un ou deux détails m’ont fait râler sur les bords aussi (on ne se refait pas), mais Ouah! On est bien d’accord! D’ailleurs je crois que c’est la première fois que je te vois jurer ! Tu es toute excusée, cela-dit.

    Ouais, effectivement, peut être qu’avec l’image source, ça fonctionnerait mieux.

    J'aime

  7. Matilda dit :

    En fait j’adore jurer, mais j’essaie d’éviter sur internet XD Ça égratigne mon image de marque tu images bien û_û

    J'aime

Comment at once if convenient.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s